mis à jour le

Annulation de la procédure contre Boukary Daou : Quid de la séquestration et de l’incarcération de notre confrère?

Ce mardi 30 avril 2013, le Tribunal de la Commune IV a décidé, comme requis par les conseils du Directeur de Publication de notre confrère Le Républicain, l'annulation de la procédure contre Boukary Daou.

Boucary Dao

Motif invoqué par les magistrats: une procédure «nulle sur la forme». Il ne fut donc pas nécessaire d'examiner l'affaire sur le fond. Pas de procès, donc pas de risque de condamnation.

On ne peut toutefois pas faire l'économie de l'analyse de la désormais célèbre Affaire Boukary Daou. Tout simplement parce qu'il serait dangereux pour la liberté de la presse au Mali, un droit célébré dans le monde entier tous les 3 mai, de passer par pertes et profits la séquestration par la SE et la «détention provisoire» à la Prison Centrale de Bamako de Boukary.

Rappelons-nous en effet que Daou a été arrêté le 6 mars par la SE et détenu arbitrairement dans ses locaux, avant d'être « remis » à la BIJ et de se voir inculpé par un magistrat, le 18 mars suivant, de «publication de fausses nouvelles» et «incitation à la désobéissance». S'ensuivra une incarcération à Bamako Coura avant une mise en liberté provisoire le 2 avril, deux reports de procès et, enfin, cette sage et juste décision du tribunal.

Dans nombre de pays, une personne incarcérée sans raison légitime a droit à des réparations de la part de l'Etat. En outre, dans le cas d'espèce, avant la «judiciarisation» de son cas, Boukary Daou avait été séquestré par la SE plus d'une semaine, et de fortes rumeurs de pratiques avilissantes et inhumaines circulent dans les milieux des médias. Quid de la plainte que l'on se proposait de porter contre ce service?

En somme, la presse malienne doit-elle se contenter de se réjouir de cette issue heureuse. Nous ne le pensons pas, car le Directeur de Publication du Républicain n'est pas encore, à notre avis, totalement remis dans ses droits. La Commission de crise créée à l'occasion de ses démêlés politico-policiaro-judiciaires ne doit pas s'endormir sur ses lauriers. La vigilance et la mobilisation restent de mise. Une bataille a été presque gagnée, mais rien n'indique que le droit au libre exercice de la profession de journaliste au Mali ait fait un pas de géant mardi dernier. L'épée de Damoclès plane toujours sur nos têtes!

Ramata Diaouré

Mali Web

Ses derniers articles: Atelier de concertation du HCR sur le retour des réfugiés et déplacés du Mali : Les acteurs en conclave pour la facilitation du processus  ORTM / Journal TV 20h du 15 Septembre 2013  L’étrangleur de Bagadadji étranglé 

annulation

AFP

Annulation de tous les vols SAA entre le Zimbabwe et l'Afrique du Sud

Annulation de tous les vols SAA entre le Zimbabwe et l'Afrique du Sud

AFP

Présidentielle Sao Tomé: annulation de la victoire de Carvalho

Présidentielle Sao Tomé: annulation de la victoire de Carvalho

AFP

Burkina: annulation du manda d'arrêt contre Copaoré et Guillaume Soro

Burkina: annulation du manda d'arrêt contre Copaoré et Guillaume Soro

séquestration

Actualités

Mongi Khadhraoui dénonce la séquestration du journaliste Zied El-Hani

Mongi Khadhraoui dénonce la séquestration du journaliste Zied El-Hani

Actualités

Le Président de l’Association ILEF dénonce la séquestration de sa femme par la Brigade Financière

Le Président de l’Association ILEF dénonce la séquestration de sa femme par la Brigade Financière

Actualités

Me Ghodhbani : La détention des ex-directeurs de la télévision vise à légitimer la séquestration de S. Fehri

Me Ghodhbani : La détention des ex-directeurs de la télévision vise à légitimer la séquestration de S. Fehri