mis à jour le

Hôpital Gabriel Touré : L’AVENIR SOUS DE BONS AUSPICES

L'hôpital a donné la preuve de son utilité dans le domaine du diagnostic. Il est également présent sur le front de la lutte contre le sida, le dépistage, la prise en charge des cancers et les soins aux enfants affectés et infectés par le Sida.

La 35è session du conseil d'administration du centre hospitalo-universitaire (CHU) Gabriel Touré s'est tenue mardi dans ses locaux sous la direction du président du conseil d'administration, Modibo Diallo, et en présence du directeur général de l'établissement, le Dr Lanseni Konaté.

Il faut rappeler que l'hôpital Gabriel Touré est l'établissement de 3è référence le plus sollicité du pays du fait de sa position géographique mais aussi des compétences qu'on y trouve notamment dans les différentes disciplines médicales et chirurgicales.  L'établissement qui a mission de soins, de formation et de recherche a été actif malgré les différents évènements que le pays a connus en 2012, comme en attestent  les chiffres contenus dans le rapport d'activités du premier semestre 2012. Pour l'exercice écoulé, l'hôpital a réalisé pour les activités de soins, 78 % des 142 900 nouveaux cas de soins attendus, dont environ 20 % ont été hospitalisés.

Dans le domaine du diagnostic des pathologies, Gabriel Touré a donné la preuve de son utilité. Le laboratoire d'analyses a effectué 62 % des  43 050 analyses d'immuno-hématologie attendues au cours de l'exercice passé. Il a aussi accompli en bactériologie 64 % des 7 575 prélèvements attendus et 32 % des 43 050 échantillons attendus ont été analysés en biochimie. Le service d'imagerie médicale (examens de scanner et de radio) a pu satisfaire 55% des actes sur une prévision de 34 815 actes.

Mais au-delà de ces statistiques, l'hôpital a été présent sur le front de la lutte contre la pandémie du Sida, du dépistage et de la prise en charge des cancers. Dans le domaine de la pédiatrie, l'établissement fait autorité et assure aussi la prise en charge des enfants  affectés et infectés par le VIH-Sida.

Pour le président du conseil d'administration, la session se tient en retard du fait de certaines contingences, notamment la crise politoco-sécuritaire, le changement intervenu dans l'administration hospitalière de l'établissement. Modibo Diallo a donné les précisions utiles sur les raisons qui font que le conseil statue encore sur le rapport d'activités du premier semestre 2012. Il a rappelé à cet effet que le budget 2012 de Gabriel Touré n'a même pas été adopté par le ministre des Finances qui n'aurait reçu les documents de la 34è session de mars 2012 qu'au mois de décembre dernier.

Il a informé les administrateurs du rappel à l'ordre du ministre des Finances dans une correspondance adressée à son homologue de la Santé sur cette situation qui va à l'encontre du décret portant réglementation de la comptabilité publique. Le président du conseil d'administration a invité la direction générale de Gabriel Touré à plus de promptitude dans l'information des administrateurs sur ce genre de blocage avant de demander au nouveau directeur général de Gabriel Touré de faire montre de courage, de patience mais surtout de compréhension et de sacrifices. Il a également rendu hommage à l'ancien directeur de l'hôpital pour le travail accompli.

Gabriel Touré entend se distinguer dans la mise en application effective du service public hospitalier, conformément à la loi hospitalière adoptée en 2002 dans notre pays. La direction générale affiche de réelles ambitions. « Nous ambitionnons de faire de l'hôpital Gabriel Touré une institution neutre, crédible, non partisane, efficace, efficiente et innovatrice, chargée de servir au mieux les intérêts du gouvernement et des citoyens notamment en accomplissant l'effectivité du service public hospitalier et du service au public  de qualité, conformément aux prescriptions de la loi hospitalière », a souligné Lanseni Konaté.

Auparavant, le directeur général de l'hôpital avait rappelé les difficultés réelles de sa structure au niveau de la pharmacie hospitalière qui cumule des arriérés. A ce propos, il a rappelé que malgré les performances opérationnelles, la pharmacie hospitalière souffre encore de ses dettes envers les clients, dont malheureusement des frais de justice, mais aussi de la lourdeur des procédures des marchés publics qui ne tiennent pas convenablement compte du caractère stratégique et quelque fois urgent de la disponibilité des médicaments à servir au bon moment et au bon endroit.

Il ressort des informations données aux administrateurs que pour la production des ressources financières, 50,6% soit plus de 2,5 milliards de Fcfa ont été mobilisés sur une prévision de plus de 5 milliards de Fcfa.

Il faut espérer que l'exercice 2013 qui s'annonce sous de meilleurs auspices pour l'hôpital, le voit relever de grands défis, notamment la réussite du service public hospitalier dans la prise en charge des urgences. Il s'agit, par exemple, d'assurer la prise en charge des malades reçus en urgence sans que l'on exige d'eux ou de leurs parents, des frais préalables.

B. DOUMBIA

 

 

 

L'essor

Ses derniers articles: Mopti : Transport de viande, un casse-tête sanitaire  Promotion de la femme : RACHELLE DJANGONE MIAN S’EN VA  Sécurité alimentaire : DES CEREALES A 

hopital

AFP

Soudan du Sud: confusion dans un hôpital de campagne après des combats

Soudan du Sud: confusion dans un hôpital de campagne après des combats

AFP

Madonna de retour au Malawi pour inaugurer un hôpital pédiatrique

Madonna de retour au Malawi pour inaugurer un hôpital pédiatrique

AFP

Libye: les combats

Libye: les combats