mis à jour le

Gourma Rharous : DES BANDITS PEU COURAGEUX

Gourma Rharous. Il est deux heures du matin en ce 23 avril 2013. Tout est calme quand soudain des cris de guerre  tirent les habitants de la petite bourgade de leur sommeil. Spontanément, les habitants se réveillent et affluent vers l'endroit d'où proviennent les cris. Ils découvrent des intrus criant et menaçant. Ils épellent des noms et demandent l'emplacement de la maison du chef de village. Mais les menaces des bandits cachent mal un manque d'assurance. Un jeune du village profite d'un moment de flottement de leur part pour détaler et ameuter le reste du village. Il le fait discrètement dans un premier temps en appelant plusieurs personnes avec son téléphone portable. Il passe ensuite à la vitesse supérieure en faisant du bruit avec des morceaux de métal ramassés sur place. L'écho de la nuit répercute le bruit. Les bandits sont pris de peur. Ils ont l'impression qu'ils sont attaqués de toutes parts. L'un d'eux appuie sur la gâchette. Le coup de feu déchire la nuit. Mais la panique gagne les rangs des assaillants qui commencent à se retirer, toujours avec des menaces et en proférant des invectives. Entre temps, ils ont dépouillé certaines personnes de leur téléphone portable. Mais le butin  est bien maigre : 6 téléphones portables, une batterie et un panneau solaire hors d'usage. Comme des ombres, les malfrats disparaissent dans la pénombre sans que personne ne sache quelle direction ils ont pris.

Comme l'avons déjà écrit dans nos colonnes, la libération des régions du nord a fait éclater les groupes armés. En petites bandes, ils multiplient maintenant les attaques et les exactions contre les paisibles citoyens. La dernière attaque dans le cercle de Gourma Rharous datait du 3 avril. Elle s'était produite à Bankoma, le jour de foire hebdomadaire de ce village. A 11 heures, des individus à dos de chameaux et fortement armés avaient fait irruption dans le marché semant la panique. Ils rançonnèrent les forains sans être inquiétés et partirent avec un gros butin  (argent, marchandises, téléphones portables).

Ces deux cas illustrent l'ampleur de l'insécurité qui prévaut dans la vaste zone du Gourma où des opportunistes qui avaient rejoint les islamistes armés ont tourné casaque pour devenir de vrais brigands. Ils s'attaquent aussi bien aux personnes isolées qu'à des groupes de gens.

L'insécurité dans le cercle de Gourma Rharous n'est malheureusement pas un cas isolé. Elle touche presque toutes les zones libérées. La situation d'insécurité résiduelle vécue par les populations du Nord avec le braquage des forains, le grand banditisme et les exactions de toutes sortes, étaient d'ailleurs jeudi dernier au centre de la question orale du député Oumar Bouri Touré, élu à Goundam, au ministre de la Défense et des Anciens combattants, le général Yamoussa Camara. (Réf  L'Essor de vendredi).

M. GAKOU

Amap-Gourma Rharous

 

 

L'essor

Ses derniers articles: Mopti : Transport de viande, un casse-tête sanitaire  Promotion de la femme : RACHELLE DJANGONE MIAN S’EN VA  Sécurité alimentaire : DES CEREALES A 

bandits

group promo consulting

CONFIDENCES KEDOUGOU- MOUSSA BA, VICTIME D’ATTAQUE A MAIN ARMEE A DOUTA «J’ai échappé à la mort, des bandits touaregs m’ont tiré une balle et m’ont pris 35 millions de FCfa»

CONFIDENCES KEDOUGOU- MOUSSA BA, VICTIME D’ATTAQUE A MAIN ARMEE A DOUTA «J’ai échappé à la mort, des bandits touaregs m’ont tiré une balle et m’ont pris 35 millions de FCfa»

satarbf

Les Bandits de R.Ghannouchi agressent deux jounalistes

Les Bandits de R.Ghannouchi agressent deux jounalistes

Actualités

Nigeria : 48 morts dans l'attaque d'un village par des bandits

Nigeria : 48 morts dans l'attaque d'un village par des bandits