mis à jour le

Revue annuelle de la SCADD 2013 : Un bilan contrasté

La revue annuelle de la SCADD, le référentiel de développement du Burkina, a eu lieu le 30 avril 2013 dans la salle de conférence du ministère des affaires étrangères et de la coopération régionale. Présidée par le Premier ministre, Luc Adolphe Tiao, cette session ordinaire a connu la participation des membres du gouvernement, des partenaires techniques et financiers, des représentants des collectivités territoriales, du secteur privé ainsi que des représentants des organisations de la société civile. A la lumière de cette revue, on note un bilan contrasté : fort taux de croissance (8%), faible appropriation de la SCADD par les acteurs concernés.

La session ordinaire du comité national de pilotage appelée revue annuelle de la SCADD a lieu une fois l'année depuis 2011. C'est cette instance qui examine et valide le bilan de l'exécution de la SCADD au cours de l'année écoulée et les mesures et indicateurs stratégiques pour les années à venir. Elle est toujours précédée d'une pré-revue, qui est purement technique contrairement à la revue qui est plus politique.

La pré-revue avait eu lieu 12 avril 2013 dernier. La revue 2013 de la SCADD avait pour ordre du jour : les conclusions de la pré-revue, l'examen et la validation du projet de rapport de performance de l'année 2012 ; l'adoption des ajustements éventuels aux mesures et indicateurs retenus dans la matrice de performance de la SCADD pour l'année 2013 ; l'examen et la validation du projet de matrice de performance de l'année 2014-2016.

Avant d'entrée dans le vif du menu, le premier ministre a prononcé le discours d'ouverture. Puis, place au secrétaire technique de la SCADD, Séglaro Somé, pour une communication introductive. Cette communication a porté essentiellement sur la pré-revue.

Ensuite, c'en est suivi une communication du ministre des mines et de l'énergie, Salif Lamoussa Kaboré, sur la contribution du secteur minier à l'accélération de la croissance et à la réduction de la pauvreté au Burkina Faso. Ainsi, on apprendra que 7 sites miniers sont fonctionnels aujourd'hui. Plusieurs demandes d'exploration ont également été délivré et d'autres en instance. En plus de l'exploitation industrielle, il y a l'exploitation artisanale de l'or qui fait vivre des milliers de burkinabè et contribue au développement du pays.

La rencontre de ce 30 avril était dédiée à l'approbation du bilan de mise en ½uvre de la SCADD en 2012 et à la validation des actions à conduire dans les trois prochaines années, à savoir 2014, 2015 et 2016.

Ainsi, on pourrait retenir que le Burkina a réalisé un taux de croissance de près de 8% en 2012. « Cette performance macro-économique dont on peut être légitimement fier contraste cependant avec un taux de réalisation des mesures de la matrice de performance de la SCADD de 56,67% et un taux d'atteinte des cibles des indicateurs de 66%, en raison de la persistance de difficultés et contraintes qui devront impérativement être minimisées », reconnait le premier ministre Luc Adolphe Tiao. « Ce bilan contrasté nous interpelle tous, m'amène à revenir sur une des conditions principales de la SCADD : celle de son appropriation ou du risque lié à la faible adhésion des acteurs, la SCADD ne produira pas les fruits attendus comme réponses aux préoccupations légitimes de nos populations », ajoute-t-il.

C'est donc dire que sans la capacité et à la volonté de l'ensemble des acteurs à agir de manière concertée et avec plus de synergie, à tous les niveaux, la mise en ½uvre de notre stratégie nationale de développement ne pourrait réussir. Pour favoriser cette concertation et la synergie d'intervention, le gouvernement a mis en place le dispositif de suivi et d'évaluation de la SCADD.

L'appropriation et la prise en compte de tous les acteurs concernés est donc une condition sine qua non pour la bonne mise en ½uvre des actions stratégiques.

Mais, une appropriation optimale ne serait possible sans une bonne connaissance de la SCADD. C'est pourquoi Luc Adolphe Tiao a invité « l'ensemble des acteurs à la réflexion continue sur les voies et moyens pour une parfaite maîtrise de la SCADD ».

Le succès de la mise en ½uvre de la SCADD reste tributaire de l'engagement de tous les acteurs. Il exige une forte adhésion des burkinabè qui sont les principaux bénéficiaires de la stratégie. « Dans ce sens, je vous exhorte à être des porteurs d'informations justes et des communicateurs chevronnés sur la SCADD afin de la démystifier auprès des populations et de la rendre moins élitiste », lance le chef du gouvernement.

Développement des piliers de la croissance accélérée ; consolidation du capital humain ; renforcement de la gouvernance ; prise en compte des questions transversales prioritaires dans les politiques et programmes de développement ; ce sont entre autres les piliers stratégiques de la SCADD.

Moussa Diallo

Lefaso.net

Le Faso

Ses derniers articles: Tirage au sort des barrages de la coupe du monde 2014 :  Paroisse de Bissighin : les élèves et étudiants  Coupe OAPI : ONEA en dames et SONABHY en hommes 

2013

AFP

Madagascar: reprise du procès du lynchage d'un Français et d'un Italien en 2013

Madagascar: reprise du procès du lynchage d'un Français et d'un Italien en 2013

AFP

Attaques de 2013 en RDC : vingt ans de prison pour 17 adeptes d'une secte

Attaques de 2013 en RDC : vingt ans de prison pour 17 adeptes d'une secte

AFP

Comores: lourdes condamnations après la tentative de putsch d'avril 2013

Comores: lourdes condamnations après la tentative de putsch d'avril 2013

bilan

AFP

Madagascar: le bilan du cyclone Enawo s'aggrave

Madagascar: le bilan du cyclone Enawo s'aggrave

AFP

Bombardement au Nigeria: nouveau bilan de 90 morts, pourrait atteindre les 170

Bombardement au Nigeria: nouveau bilan de 90 morts, pourrait atteindre les 170

AFP

Naufrage en Méditerranée: le bilan monte

Naufrage en Méditerranée: le bilan monte