mis à jour le

La piraterie des œuvres littéraires et artistiques au Mali : Le bureau malien du droit d’auteur tire la sonnette d’alarme

Le Bureau Malien du droit d'auteur (BUMDA) a organisé à son siège sis à Sogoniko, une conférence de Presse. Animée par M. Andogoly Guindo, directeur général de BUMDA, M'Baye Boubacar Diarra, producteur et le musicien Salif Keita, cette conférence avait pour thème «la piraterie des ½uvres littéraires et artistiques au Mali».

Pour Andogoly Guindo, notre pays dispose d'une culture immense, l'une des plus riches en Afrique au sud du Sahara. Il dira que le secteur des arts et de la culture occupe plus d'1/3 de la population active malienne et contribue au PIB dans une proportion substantielle. Mais malheureusement il fera constater que ce secteur souffre à cause de la piraterie.

L'industrie créative de notre pays se trouve aujourd'hui menacée dans son existence par la piraterie qui prend chaque jour des formes nouvelles, de plus en plus complexes et difficiles à cerner, a-t-il fait remarquer. Il fera savoir que malgré l'existence du code pénal qui réprime en ses articles 249 et suivants la contrefaçon les auteurs de cet acte crapuleux continuent à le faire.

Pour cela il fera savoir qu'à partir de cet instant la lutte est engagée : «tolérance zéro à la piraterie des ½uvres littéraires et artistiques au Mali». Pour l'orateur le Mali perd par an plus de 55 à 60 milliards de FCFA à cause de la piraterie, donc un manque à gagner pour l'Etat.

Les autres conférenciers ont tous reconnu que la piraterie doit être combattue avec la dernière énergie.

Pour Salif Keita la lutte contre la piraterie n'est qu'une question de volonté politique. «Si nos autorités décident de mener cette lutte, elles peuvent la gagner». Il a demandé à ce que tous les artistes se donnent la main et parlent d'une seule voix. Il a demandé à ce qu'ils se rencontrent pour décider de voter pour le candidat qui jurera de défendre leur cause.

Au cours de cette conférence la surprise a été le fait qu'un certain Fousseyni Traoré, ait l'idée de fabriquer une clé anti piratage, c’est-à-dire une clé sur laquelle des musiques pourront être stocké et qui ne pourra pas faire l'objet de contrefaçon.

Fousseyni SISSOKO

Mali Web

Ses derniers articles: Atelier de concertation du HCR sur le retour des réfugiés et déplacés du Mali : Les acteurs en conclave pour la facilitation du processus  ORTM / Journal TV 20h du 15 Septembre 2013  L’étrangleur de Bagadadji étranglé 

piraterie

Sécurité

Les pirates somaliens sont de retour dans le business d'otages

Les pirates somaliens sont de retour dans le business d'otages

AFP

L'Union Africaine réunie

L'Union Africaine réunie

AFP

La piraterie diminue dans le monde, sauf au large du Nigeria

La piraterie diminue dans le monde, sauf au large du Nigeria

Mali

AFP

L'état d'urgence au Mali prorogé d'un an

L'état d'urgence au Mali prorogé d'un an

AFP

Mondial-2018: Côte d'Ivoire privée de plusieurs cadres forfait contre le Mali

Mondial-2018: Côte d'Ivoire privée de plusieurs cadres forfait contre le Mali

AFP

Le Mali juge l'ex-chef de la "police islamique" de Gao

Le Mali juge l'ex-chef de la "police islamique" de Gao

droit

AFP

Zambie: droit dans ses bottes, le président justifie l'état d'urgence

Zambie: droit dans ses bottes, le président justifie l'état d'urgence

AFP

Maroc: les projets de loi sur la langue berbère et le droit de grève adoptés

Maroc: les projets de loi sur la langue berbère et le droit de grève adoptés

AFP

Burkina: un ex-bras droit de Compaoré élu président du nouveau parlement

Burkina: un ex-bras droit de Compaoré élu président du nouveau parlement