mis à jour le

Association de malfaiteurs, tentative de mise en circulation de monnaie contrefaite,… : Les prévenus détenaient 350 millions de francs en faux billets

Le prévenu Mamadou Diouf et son présumé complice Cheikh Goudiaby étaient tombés dans les mailles des éléments de la Section de recherches de la Gendarmerie nationale le 21 mars denier. Ils détenaient des faux billets d'une valeur de 350 millions de francs. Des faits qui leur ont valu d'être attraits devant le Tribunal, qui a renvoyé son délibéré jusqu'au 3 mai. En attendant, les prévenus risquent 2 ans de prison ferme.

Le nommé Mamadou Diouf et son présumé complice Cheikh Goudiaby ont répondu hier, devant le Tribunal des flagrants délits d'association de malfaiteurs, tentative de mi­se en circulation de faux billets de ban­que, violences et voies de fait. Selon les termes procédant à leur indentification et établis dans le procès-verbal, c'est à la suite d'une traque menée par des éléments de la Section de recherches de la Gendar­merie nationale en patrouille qui avait abouti, le 21 mars dernier, à l'arrestation des mis en cause. Ils ont été arrêtés en possession de faux billets de banque d'un montant de 350 millions de francs.
Des faits qui ont valu au sieur Ma­ma­dou Diouf, qui se faisait passer pour un agent de la société Sénégal pêche et son présumé complice Cheikh Goudiaby leur comparution devant le Tribunal. Fa­­ce à des charges qui pèsent sur eux, les prévenus ont contesté toute implication dans un réseau de trafic de faux billets.

A la barre, ils ont reconnu partiellement les faits qui leur sont reprochés. Le nommé Mamadou Diouf a fait savoir au Tribunal que des Espagnols l'avaient sollicité pour une transaction d'or, moyennant de l'argent salle d'une valeur de 350 millions de francs Cfa. Ce prévenu a reconnu avoir effectivement détenu cette somme et devait procéder au lavage de ces billets noirs. Ce qui n'a jamais été fait, selon Diouf.

Une version balayée d'un revers de la main par la représentante du ministère public. Mme le procureur a requis 2 ans de prison ferme à l'encontre des prévenus. Le Parquet a souligné «la constance des faits, corroborée par une entente établie au préalable entre les mis en cause». Alors que l'avocat de la défense a conforté la version servie par son client. Il a demandé pardon, avant de plaider coupable. Le conseil des prévenus a sollicité la clémence du Tribu­nal, si celui-ci est convaincu de la constance des faits. A la suite des débats, l'affaire a été mise en délibéré jusqu'au 3 mai.

Un coup de feu a atteint la jambe gauche du gendarme
Au cours du mois de mars dernier, des éléments de la Section de recherches de la Gendarmerie nationale ont reçu une dénonciation anonyme relative à un réseau de faussaires et de trafic de faux billets de banque. Les nommés Mama­dou Diouf et Cheikh Goudiaby ont voulu introduire 350 millions de francs de faux billets dans le circuit économique. De concert avec d'autres gens en fuite, le lavage des billets noirs devait se faire après transaction. Selon les informations que détenait la police, la transaction devait avoir lieu le jeudi 21 mars dernier, à la cité des Mamelles, sise à Ouakam.

Sur les lieux, un dispositif de bouclage discret a été mis en place. L'intervention simultanée des gendarmes a permis de mettre la main, après une course poursuite, sur le nommé Mamadou Diouf détenant par devers lui un sac de billets noirs. Au cours de l'intervention, les pandores se sont opposés aux mis en cause à la descente du véhicule à bord duquel ils se trouvaient. Une altercation est alors née et le sieur Diouf et un gendarme se sont disputés l'arme de service que détenait celui-ci. C'est ainsi qu'un coup de feu est parti pour atteindre la jambe gauche du gendarme, qui a été admis à l'hôpital Principal de Dakar. Le sieur Cheikh Goudiaby a été lui aussi arrêté, alors que les deux autres mis en cause ont pu s'échapper, malgré l'intervention musclée des éléments de la Section de recherches. Au moment où les limiers s'approchaient d'eux, les présumés malfaiteurs ont pris la fuite.

Le Quotidien

Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye 

association

AFP

Algérie: une réunion d'une association

Algérie: une réunion d'une association

AFP

Génocide au Rwanda: Macron reçoit une association de soutien aux rescapés

Génocide au Rwanda: Macron reçoit une association de soutien aux rescapés

AFP

Génocide au Rwanda: Macron reçoit vendredi une association oeuvrant pour la "mémoire" et la "justice"

Génocide au Rwanda: Macron reçoit vendredi une association oeuvrant pour la "mémoire" et la "justice"

circulation

AFP

Enlèvement d'élèves au Cameroun: circulation restreinte dans le Nord-Ouest

Enlèvement d'élèves au Cameroun: circulation restreinte dans le Nord-Ouest

AFP

Le Nigeria, au coeur de la circulation d'armes illégales dans une région instable

Le Nigeria, au coeur de la circulation d'armes illégales dans une région instable

AFP

La libre circulation des personnes enfin actée dans toute l'Afrique centrale

La libre circulation des personnes enfin actée dans toute l'Afrique centrale

monnaie

AFP

Franc CFA: où est la (petite) monnaie ?

Franc CFA: où est la (petite) monnaie ?

AFP

Réforme du franc CFA: une "étape significative" pour la monnaie unique de la Cédéao

Réforme du franc CFA: une "étape significative" pour la monnaie unique de la Cédéao

AFP

Reçu par Macron, Ouattara défend le franc CFA, "une monnaie solide"

Reçu par Macron, Ouattara défend le franc CFA, "une monnaie solide"