mis à jour le

MINUSMA : Une mission de stabilisation et non d’interposition

Après l'adoption par le conseil de sécurité  de l'ONU,  le 24 avril dernier d'une nouvelle résolution (2100), établissant la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies au Mali(MINUSMA), le chef intérimaire de cette mission, M. David Gressly, s'était fait le devoir de rencontrer ce vendredi 25 les journalistes à l'hôtel de l'Amitié  de Bamako. Le but recherché était de partager avec eux le contenu de la dite résolution, ainsi que le mandat de la mission des nations unies au Mali et son impact sur la situation politico-sécuritaire dans notre pays.

 

 

 D'entrée de jeu, le conférencier du jour, le chef intérimaire de la Munisma, M. David Gressly, a tenu à préciser l'objectif principal de cette mission onusienne, dont il est aujourd'hui le patron. Il  s'agit d'aider l'Etat malien à recouvrer sa légitimité, d'étendre son autorité sur toute l'étendue du territoire en vue d'assurer la sécurité physique de toute sa population , et de veiller à ce que son territoire ne serve de plate forme pour l'émergence des menaces contre lui-même, ses voisins et contre la sous région. Toujours dans son commentaire, M. David Gressly a expliqué, que la mission aidera les autorités maliennes dans la mise en ½uvre de la feuille de route de la transition. « Ceci inclut la tenue de  l'élection en juillet, stimuler la confiance et se charger de la facilitation du processus de réconciliation aux niveaux national et local. En se prêtant aux préoccupations des journalistes sur la nature réelle de la mission, le conférencier, sans vouloir faire trop de commentaires, a répondu avec précision que c'est une mission de stabilisation et non d'interposition. C'est dire, n'ayant pas comme vocation à traquer les terroristes, mais à sécuriser les populations civiles. S'agissant de la libération de la ville de Kidal et du désarmement des éléments du MNLA, la réponse donnée par M.Gressly a laissé tout le monde sur sa faim. Il n'a pu donner aucune réponse convaincante, sauf qu'il est un intérimaire. Ce qui ne lui permettait pas de répondre à certaines questions. Toutefois, il  s'est simplement contenté de souligner qu'il ne saurait y avoir deux armées dans un même pays. L'on se pose alors la question : si les Nations unies ne seraient-elles pas entrain de cautionner la scission du Mali ?

 

Cependant, il faut alors le rappeler que la MUNISMA comprendra un effectif d'environ 11 200 personnels militaires et 1 440 policiers. La résolution envisage le transfert d'autorité de la majorité des troupes et de la police de la MISMA à la MINUSMA. Ce transfert prendra effet au 1er juillet prochain au cas où la sécurité le permettrait. Sa durée est d'un an renouvelable selon l'évolution de la situation sur le terrain.

 

Dramane Dembélé               

Mali Web

Ses derniers articles: Atelier de concertation du HCR sur le retour des réfugiés et déplacés du Mali : Les acteurs en conclave pour la facilitation du processus  ORTM / Journal TV 20h du 15 Septembre 2013  L’étrangleur de Bagadadji étranglé 

Minusma

AFP

La Minusma doit être plus offensive et l'Union africaine plus présente en Libye, pour Issoufou

La Minusma doit être plus offensive et l'Union africaine plus présente en Libye, pour Issoufou

AFP

La force du G5 Sahel fait mieux que la Minusma avec moins de moyens (président mauritanien)

La force du G5 Sahel fait mieux que la Minusma avec moins de moyens (président mauritanien)

AFP

Mali: deux Casques bleus burkinabè tués et d'autres blessés dans deux attaques samedi contre la Minusma

Mali: deux Casques bleus burkinabè tués et d'autres blessés dans deux attaques samedi contre la Minusma

mission

AFP

Soudan: fin de la mission de l'ONU au Darfour, craintes de violences

Soudan: fin de la mission de l'ONU au Darfour, craintes de violences

AFP

L'ONU renouvelle sa mission de paix en RDC, amorce un désengagement

L'ONU renouvelle sa mission de paix en RDC, amorce un désengagement

AFP

Mali: fin de mission pour la médiation qui n'a pas convaincu le mouvement de contestation

Mali: fin de mission pour la médiation qui n'a pas convaincu le mouvement de contestation