SlateAfrique

mis à jour le

Desmond Tutu, mascotte du cinéma 3D sud-africain

Connu pour son combat contre l’apartheid en Afrique du Sud, qui lui vaut le prix Nobel de la paix en 1984, Desmond Tutu se lance aujourd'hui dans le cinéma. Du moins, il prête sa voix à un vieux sage africain apparaissant dans Jock of the Bushveld, premier film d’animation sud-africain en 3D.

A ses côtés, des personnalités non moins célèbres telles que Bryan Adams, chanteur de rock d’origine canadienne qui avait entre autre participé à la bande originale du film Robin des Bois, princes des voleurs . C’est ce dernier qui double le héros du dessin animé, Jock, un «bull terrier fidèle et attachant avec un cœur grand comme la savane», tel que le décrit RFI.

Pour le réalisateur Duncan MacNeillie, réunir de tels protagonistes n’a pas été une mince affaire. Après avoir convaincu Desmond Tutu de participer à l’aventure, restait à trouver la voix principale: celle du chien. Un casse-tête finalement résolu grâce à une tasse de thé:

«Ça a été une heureuse coïncidence. Je me rendais à Capetown pour rencontrer l’archevêque Desmond Tutu, qui avait déjà un rôle dans le film. Quand je suis arrivé, Bryan Adam prenait le thé chez lui. Ce dernier m’a invité à son concert, et en échange je l’ai invité à passer voir notre travail sur le film», explique-t-il au quotidien sud-africain Times Live.

Mais la participation de personnalités étrangères ne change pas la vocation sud-africaine de la réalisation:

«L’étendue du paysage, les plantes et les animaux du Bushveld sont très spécifiques. Nous ne voulions pas d’un décor africain pétrifié et stéréotypé. Nous avons fait très attention de ne pas le faire ressembler au Roi Lion de Disney […] Le film est aussi sud-africain que possible, et nous voyons plus la participation de figures internationales comme un hommage au film.»

C’est le 29 juillet prochain que les salles de cinéma de la nation arc-en-ciel diffuseront les aventures de Jock of the Bushveld en 3D. Mais l’histoire de ce petit chiot téméraire est loin d’être inconnue pour les Sud-Africains, puisqu’elle s’inspire du best-seller de l'écrivain Sir James Percy Fitzpatrick:

«En Afrique du Sud, Jock of the Bushveld est un grand classique, publié pour la première fois en 1907. Quant à Jock, ce chiot curieux et courageux, il est devenu un héros national. Dans ce bestseller, l’auteur Sir James Percy Fitzpatrick raconte sa propre histoire quand il conduisait des convois dans l’est du Transvaal pendant la ruée vers l’or des années 1880», indique RFI.

Néanmoins, la version actuelle de Jock of the Bushveld diffère considérablement du scénario original. L’homme n'est plus le héros de l'histoire et se fait voler la vedette par Jock, le chiot. Pour MacNeillie, la révolution dans le monde de l’animation y est pour beaucoup:

«Au lieu d’avoir des hommes qui observent les animaux, nous avons inversé les rôles pour nous concentrer sur des animaux qui observent les gens.»

Lu sur RFI, Times Live