mis à jour le

Ni partisans ni opposants. La Tunisie passe avant

Par Zakaria Bouker

La Tunisie est aujourd'hui attaquée.
L'ennemi de la femme émancipée, l'ennemi de la République, l'ennemi de la Tunisie a profité de notre démocratie chèrement acquise pour s'installer dans notre pays et placer ses agents à la tête de l'état.
Des armes en quantité illimitée, beaucoup d'argent, des agents de recrutements, affluent sans cesse dans notre pays.
Des camps d'entrainement à ciel ouvert se multiplient.
Notre pays est en guerre contre l'occupant.
Si nos moyens de défense restent modestes, nous nous devons d'être unis et de consolider l'unité par une grande détermination.
Car pour nous diviser, les agents islamistes et autres créent et alimentent une guerre opposant les néo destouriens aux d'archéo-communistes.
Ils créent une guerre entre pro-laïques et pro- musulmans
Ils s'érigent en redresseurs de torts et monopole de la foi
Il n'en est rien. Loin s'en faut.
Il est déplorable de voir des universitaires sensés baliser le chemin de la victoire tomber dans les invectives pour ou contre Nidaa,  pour ou contre la centrale syndicale pour ou contre le front de gauche ...
A la véhémence  à la haine, et les accusations succèdent aux déchirements.
Le pays est en danger, notre existence en tant qu'Etat indépendant et souverain est remise en question. Notre mode de vie est attaqué à coup d'arrestations, de millions de dollars, d'assassinats, de prédicateurs, de menaces et de terreur officielles.
Nos femmes et nos enfants en sont les premières cibles, nos universitaires et nos références religieuses et scientifiques sont visées. Notre patrimoine est chaque jour saccagé et incendié , notre histoire est réécrite par notre ennemi.

A trop vouloir expier sa colère, le discours mobilisateur vire au discours diviseur.

Il est venu le temps d'agir. Il est venu le temps de répondre à l'appel. Il est venu le temps de dépasser l'hésitation.
Il est enfin venu le temps de mettre sa survie et celle de ses proches en tête de liste de ses priorités quand on se lève le matin .
Notre objectif premier ne sera pas l'ennemie mais ceux qui agissent en son nom dans les rangs de l'opposition.
Les membres de l'ANC qui ne se reconnaissent pas dans cette gouvernance inféodée à un pays ennemi désigné, ont désormais le choix entre l'opposition et les privilèges.
Il n'y a plus de place à l'opposition molle. Soit on est avec le peuple, soit on est contre le peuple.
Ceux qui persistent dans le privilège de la représentativité sont les traitres de la nation.
Le 18 mai 500 universitaires indépendants vont créer l'évènement à Tunis. Celui de passer à l'action. que les forces vives, que les patriotes se joignent à la résistance .

Tunisie Focus

Ses derniers articles: Dimanche , Ban Ki-moon a reçu le rapport des enquêteurs de l’ONU en Syrie  Une météorite tombe  Journée internationale de la démocratie . Bla-bla-bla chez les arabes 

partisans

AFP

Gabon: les partisans de Ping ont "peur de se faire voler leur victoire"

Gabon: les partisans de Ping ont "peur de se faire voler leur victoire"

AFP

RDC: la police refoule plusieurs milliers de partisans de l'opposant Katumbi

RDC: la police refoule plusieurs milliers de partisans de l'opposant Katumbi

AFP

RD Congo: l'opposant Katumbi se présente

RD Congo: l'opposant Katumbi se présente

Tunisie

AFP

Soutien affiché des Premiers ministres du Benelux

Soutien affiché des Premiers ministres du Benelux

AFP

Panser les plaies de la dictature, le défi de la Tunisie

Panser les plaies de la dictature, le défi de la Tunisie

AFP

La Tunisie

La Tunisie