mis à jour le

Insécurité en banlieue : Le Gign en renfort dans la traque des agresseurs…

Le concert de rap qui a abouti à une violence inouïe, occasionnant l'assassinat de deux agresseurs, à Guédiawaye samedi, a été déploré par la police. Selon son porte-parole, le colonel Alioune Ndiaye, que nous avons joint au téléphone, «il est dangereux que les populations se fassent elles-mêmes justice car, cela peut aboutir à un règlement de comptes sans précédent. «Tous les postes de police de la banlieue sont ainsi renforcés par un dispositif du Gign», révèle, par ailleurs une autre source policière.

«Une enquête est menée et la justice sera saisie, si des coupables sont identifiés car, une des familles des deux victimes a clamé que son enfant n'est pas un agresseur», a confié Alioune Ndiaye. La banlieue vit toujours au rythme des agressions. Mais, la police, bref les forces de l'ordre, n'ont pour autant baisser les bars. Elles sont sur le qui-vive. «La banlieue qui compte aujourd'hui de nouveaux postes de polices, a vu son effectif renforcé, pour éradiquer le grand banditisme qui y sévit. Des éléments du Gign y sont affectés, pour épauler les éléments, notamment, dans les patrouilles diurnes». Information confirmée par le colonel Alioune Ndiaye, chargé de la communication de la police.

La banlieue dakaroise a toujours été une priorité qui a fait que des nouveaux postes de police y ont été installés, dont le dernier en date est celui de Nimzatt Wakinane, pour faire face au grand banditisme. «La police n'a jamais failli à sa mission de protection des citoyens mais, comme dans tous les pays du monde, il y a des choses qui peuvent lui échapper», a laissé entre M. Ndiaye, avant de s'offusquer : «il ne faut pas que les populations fassent elles-mêmes justice. Nous sommes dans un pays qui fonctionne bien, avec tous ses démembrements. Il ne faut pas se substituer aux forces de l'ordre qui sont là, pour faire leur travail. Car, il est dangereux que les populations se fassent elles-mêmes justice. Cela peut aboutir à un règlement de compte sans précédent». Pour Alioune Ndiaye, ce qui s'est passé dans la banlieue aboutissant à l'assassinat de deux personnes supposées être des agresseurs est grave. «Une des familles des victimes a déclaré que son enfant n'est pas un agresseur. En ce sens, une enquête est ouverte et la justice sera saisie, si des coupables sont identifiés. Nous demandons aux populations de faire confiance à leur police de proximité et de ne pas régler, à leur manière, les problèmes», a-t-il conseillé.


Sékou Dianko DIATTA

REWMI QUOTIDIEN

Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye 

insécurité

SOS

Un enfer nommé Centrafrique

Un enfer nommé Centrafrique

Vu de Ouaga

La Libye et la dictature des milices

La Libye et la dictature des milices

Steven LAVON

Insécurité au Caire: L’Egypte rassure la FIFA et le Ghana !

Insécurité au Caire: L’Egypte rassure la FIFA et le Ghana !

banlieue

Moussa Fall

Banlieue Dakaroise : Une révolte contre les inondations se profile

Banlieue Dakaroise : Une révolte contre les inondations se profile

satarbf

Accrochage armé entre terroristes et BAT dans la banlieue de Tunis

Accrochage armé entre terroristes et BAT dans la banlieue de Tunis

group promo consulting

Taux du chômage des jeunes en banlieue  L’inquiétude et les doléances vont crescendo

Taux du chômage des jeunes en banlieue L’inquiétude et les doléances vont crescendo

GIGN

AFP

Tchad: deux gendarmes du GIGN blessés en mars lors d'une mystérieuse fusillade

Tchad: deux gendarmes du GIGN blessés en mars lors d'une mystérieuse fusillade

Coupé décalé

Les terrains de jeu favoris des soldats français

Les terrains de jeu favoris des soldats français