mis à jour le

Alger et Tunis prennent les devants

La dégradation continue de la situation sécuritaire au Maghreb et l'instabilité au Sahel semblent avoir persuadé les responsables algériens et tunisiens de se mettre autour d'une table afin de convenir très vite d'une stratégie commune pour, en particulier, contrer la menace terroriste qui pèse lourdement sur la région depuis  2011, année du déclenchement des révolutions dites du Printemps arabe. Lors de sa visite d'une journée hier à Alger, le nouveau chef du gouvernement tunisien, Ali Larayedh, n'a pas caché, en tout cas, la volonté de l'Algérie et de la Tunisie de promouvoir leur coopération sécuritaire.    Dans une déclaration à la presse à son arrivée à l'aéroport international Houari Boumediène, M. Larayedh s'est dit confiant quant à l'avenir du partenariat entre les deux pays. «La sécurité de l'Algérie et de la Tunisie est une question commune», a-t-il insisté. Comme il s'agissait donc pour les deux parties d'être efficaces et surtout d'aller vite pour éviter d'être débordées un jour par la situation, le responsable tunisien a eu des entretiens avec le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, aussitôt après son arrivée à Alger. Les discussions se sont par la suite élargies aux membres des délégations des deux pays qui, par ailleurs, ont mis à profit cette visite pour faire le point sur les questions économiques. Dans un point de presse à l'issue de son entrevue avec son homologue algérien, le responsable tunisien a expliqué que les ministres des deux pays ont été chargés d'examiner et de préparer les dossiers à soumettre à la prochaine session de la grande commission mixte algéro-tunisienne dont la tenue est prévue l'été prochain. Eu égard aux nombreux défis posés justement par le contexte régional, M. Larayedh a estimé nécessaire que les résultats de cette réunion donnent une «forte impulsion» à la coopération bilatérale. Concernant la coopération sécuritaire, le chef du  gouvernement tunisien a souligné que les deux pays sont d'ores et déjà convaincus de la nécessité d'approfondir la coopération bilatérale pour faire face aux menaces qui pèsent sur les frontières et de lutter contre le terrorisme et le crime organisé. Pour lui, cette coopération doit inclure également «des échanges d'expertises en matière d'instruction et de formation militaires». Pour ce qui est du volet économique, les deux parties ont aussi mis en place une feuille de route ambitieuse. Celle-ci prévoit, entre autres, d'approvisionner la Tunisie en énergie et d'½uvrer à faciliter la circulation de personnes et de marchandises sur l'axe Alger-Tunis-Tripoli. A cet égard, M. Larayedh a fait savoir que les deux pays se sont mis d'accord pour «établir un partenariat entre les wilayas frontalières pour la réalisation de liaisons routières, le raccordement au réseau de distribution de gaz et la lutte contre la contrebande aux frontières».        Construire un axe Alger-Tunis-Tripoli    L'Algérie et la Tunisie ne sont pas les seuls pays à se montrer préoccupés par la précarité de la situation sécuritaire régionale et particulièrement par la prolifération de groupes terroristes dans les pays actuellement en transition. Traumatisés par l'assassinat, en septembre dernier, de leur ambassadeur en Libye et l'attaque de leur représentation diplomatique à Tunis peu de temps après, les Etats-Unis ont décidé, la semaine dernière, de placer 500 Marines (forces spéciales) sur la base Morón de la Frontera, située dans la province de Séville en Andalousie (sud de l'Espagne). Cette force d'intervention rapide aura pour principale mission de faire face à des situations d'urgence qui nécessiteraient, par exemple, une évacuation de ressortissants américains. Contrairement à la thèse avancée par certains titres de la presse internationale, la décision prise par Washington ne s'explique aucunement par l'agenda politique algérien et encore moins par la situation sécuritaire algérienne qui, quoi qu'on en dise, est sous contrôle depuis déjà plusieurs années. Et cela, les responsables américains le savent très bien, comme le rappelle d'ailleurs un article consacré hier par le site internet de CNN à la question de la sécurité en Afrique.

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien 

Alger

AFP

Paris et Alger veulent renforcer leurs liens

Paris et Alger veulent renforcer leurs liens

AFP

Alger veut réveiller les électeurs avant les législatives de mai

Alger veut réveiller les électeurs avant les législatives de mai

AFP

Économie et lutte antiterroriste au coeur d'une visite de Cazeneuve

Économie et lutte antiterroriste au coeur d'une visite de Cazeneuve

Tunis

AFP

Deux ans après, le procès de l'attentat de Sousse s'ouvre

Deux ans après, le procès de l'attentat de Sousse s'ouvre

AFP

Un cimetière chrétien saccagé va être réhabilité

Un cimetière chrétien saccagé va être réhabilité

AFP

Merkel au Caire pour discuter de la crise libyenne

Merkel au Caire pour discuter de la crise libyenne