mis à jour le

En quête d’une stabilité professionnelle, les travailleurs du pré emploi observent sit in mercredi

Les travailleurs recrutés dans le cadre du pré emploi, des wilayas du centre du pays, organiseront un sit in, à Alger, afin de demander pour la énième fois leur intégration, le mercredi  1er  mai. Au nombre de 600 000, les travailleurs du pré emploi évoluent dans des conditions socio professionnelles très précaires. Le pré emploi  « une alternative fragile au chômage », ne cessent-ils de répéter à chaque rassemblement. Les jeunes du pré emploi se sont organisés depuis deux ans en comité afin de se faire entendre. Depuis, ils organisent  des rassemblements, et ils ont tenté plusieurs fois de marcher sur la capitale ...sans parvenir à se faire entendre. Leurs revendications en nombre de cinq sont les suivants : intégration de tous les jeunes du pré emploi  dans des postes de travail permanents, suspendre tous les concours de recrutement jusqu'à l'intégration des travailleurs du pré emploi, comptabiliser les années du travail dans la retraite, finir avec la politique du travail précaire et enfin, accorder une prime aux chômeurs jusqu'à ce qu'ils trouvent un travail. Le dispositif du pré emploi géré par l'ANEM se révèle défectueux sur le terrain. Le dispositif a-t-il permis d'absorber le chômage ? Idriss Mekideche recruté dans le cadre du dispositif du pré emploi, également membre du comité du pré emploi affilié au SNAPAP répond par un « non ». Pour lui le pré emploi  «  occupent les jeunes sans leur donner de vraies réponses au problème du chômage ». Psychologue de formation, Idriss raconte son expérience au sein d'un établissement scolaire. « Je suis polyvalent. Je réalise différentes taches » dit-il. « Ce qui est dévalorisant pour moi » affirme-t-il. « Il arrive même qu'on s'entasse  inutilement dans une APC d'une petite commune rien que pour occuper des jeunes diplômés assoiffés de stabilité professionnelle mais qui finalement se trouvent livrés à eux-mêmes  » témoigne-t-il. Notre interlocuteur dénombre surtout les tracas d'un jeune travaillant dans le cadre du pré emploi : « sous-payés, payés dans des délais records, instabilité dans le travail... ». « En réalité le pré emploi n'est qu'une imposture destinée à tromper les algériens sur la réalité crue du chômage... », résume un internaute en réaction à un article dans un blog. Ce qui est sur c'est que cette catégorie de jeunes « occupés » à plein temps  qualifient le pré emploi « d'esclavagisme moderne ». 

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien 

stabilité

AFP

Lesotho: législatives pour rétablir la stabilité

Lesotho: législatives pour rétablir la stabilité

AFP

La Guinée-Bissau vote pour retrouver la stabilité politique

La Guinée-Bissau vote pour retrouver la stabilité politique

AFP

Afrique du Sud: après les élections, la stabilité économique

Afrique du Sud: après les élections, la stabilité économique

travailleurs

AFP

Le Maroc pressé d'améliorer le sort de ses travailleurs domestiques

Le Maroc pressé d'améliorer le sort de ses travailleurs domestiques

AFP

Ethiopie: rapatriement massif de travailleurs illégaux en Arabie Saoudite

Ethiopie: rapatriement massif de travailleurs illégaux en Arabie Saoudite

inégalités

La couleur pourpre du raisin sud-africain

La couleur pourpre du raisin sud-africain

emploi

Algérie

Pourquoi l'Algérie doit changer de modèle économique

Pourquoi l'Algérie doit changer de modèle économique

Web

Si vous cherchez du boulot, cliquez!

Si vous cherchez du boulot, cliquez!

opportunités

La galère n'est pas moins pénible au soleil

La galère n'est pas moins pénible au soleil