mis à jour le

La société civile s’allie pour défendre la liberté d’expression en Tunisie

Aujourd’hui au SNJT une conférence de presse annonçait le lancement d’une coalition civile pour défendre la liberté d'expression en Tunisie. Une manière de montrer au gouvernement que la société civile est unie et qu’elle n’entend pas baisser les bras. En effet, deux ans depuis le déclenchement de la révolution le temps n’est pas au beau fixe pour la liberté d’expression en Tunisie. Plusieurs différentes tentatives de main mise sur la presse ont été observées, des universitaires et des blogueurs ont été inquiétés.

La salle du Syndicat National des Journalistes Tunisiens (SNJT) était bien pleine ce matin pour la conférence de presse de lancement de coalition civile pour défendre la liberté d’expression en Tunisie. Si cette coalition voit le jour c’est que le besoin de se regrouper pour lutter sur un même front se fait sentir au sein de la société civile. La militante et journaliste Naziha Rjiba, membre de l’association Vigilance pour la démocratie l’explique bien 

« Nous aurions aimé ne pas avoir le besoin de faire ce recours, mais parfois il y a des aléas dans l’Histoire. Elle va toujours de l’avant mais il lui arrive de faire des zig-zags. Nous sommes dans un zig-zag aigu contre les libertés. Certains veulent installer la « république des mollahs » en Tunisie. »

Sept organisations ont décidé de s’allier pour défendre la liberté d’expression : la LTDH, le SNJT, le Syndicat de la culture et de la presse de lUGTT, le Centre de Tunis pour la Liberté de la Presse, l’Association Vigilance pour la démocratie, le Syndicat pour les radios libres et le Syndicat tunisien pour la presse indépendante.

Cette coalition a plusieurs buts. Elle veut travailler à sensibiliser les citoyens à leur droit à l’information, accélérer le processus de mise en place de lois garantissant la liberté de la presse et d'accès aux documents administratifs ou encore lutter contre les lois liberticides.

Kamel Labidi, membre de l’association Vigilance explique lui aussi que lors de l’année 2012 de nombreuses tentatives de main mise sur les médias ont été faites et qu’il est important de mettre en garde la société tunisienne face au risque de revenir « à la case départ ».  :

« Nous avons cru que la page de la main mise sur les médias était tournée définitivement, or depuis début 2012 le nouveau pouvoir n’a pas cessé de multiplier les initiatives pour tourner le dos au processus de réforme des médias, pour empêcher toute restructuration. »

Fahem Boukadous du Centre de Tunis pour la Liberté de la Presse explique que : «  Cette coalition, qui réunit différentes organisations de la société civile a plusieurs initiatives à l’agenda. Nous voulons, entre autres, agir dans les rues, dans les milieux publics pour sensibiliser les gens à la liberté d’expression. Nous sommes convaincus qu'après la révolution il y a des menaces contre la liberté d’expression, contre les journalistes, les artistes, les écrivains et cette situation ne reflète pas notre révolution et ses demandes. » Fahem Boukadous explique également que cette sensibilisation doit permettre de lutter pour cette liberté d’expression sans laquelle la démocratie ne peut réussir en Tunisie.

Il aura fallu du temps pour qu’une telle coalition voit le jour. Mais Hichem Snoussi, ancien membre de l’INRIC, salue l’initiative et explique qu’elle est un message fort lancé au gouvernement : « Il doit avouer le fait qu’il s’est trompé à plusieurs reprises sur la question de la liberté d’expression. Il doit revoir sa vision et ses projets pour la Constitution comme pour les projets de loi. Il doit changer ses pratiques. Sinon la situation va tourner à la confrontation, ce qui serait décevant et ne serait pas dans l'intérêt de la révolution. » Le gouvernement est-il prêt à entendre le message ?

Nawaat

Ses derniers articles: Peut-on (encore) se passer des banques au quotidien en Tunisie?  En Tunisie, le "plus grand drapeau au monde" ne fait pas l’unanimité  Tunisie-Union européenne: une mise sous tutelle déguisée 

société

AFP

Mali: la junte réunit partis et société civile ce week-end sur la transition

Mali: la junte réunit partis et société civile ce week-end sur la transition

AFP

Mozambique: un officier de police arrêté pour le meurtre d'une figure de la société civile

Mozambique: un officier de police arrêté pour le meurtre d'une figure de la société civile

AFP

Coup de filet contre la société civile guinéenne avant des manifestations

Coup de filet contre la société civile guinéenne avant des manifestations

liberté

AFP

Tunisie: Amnesty International s'inquiète pour la liberté d'expression

Tunisie: Amnesty International s'inquiète pour la liberté d'expression

AFP

Mauritanie: l'ex-président Aziz remis en liberté mais sans son passeport

Mauritanie: l'ex-président Aziz remis en liberté mais sans son passeport

AFP

Virus: plage, café ou parc, Rabat-Salé goûte

Virus: plage, café ou parc, Rabat-Salé goûte

Tunisie

AFP

Vingt cadavres de migrants, dont treize femmes, repêchés au large de la Tunisie

Vingt cadavres de migrants, dont treize femmes, repêchés au large de la Tunisie

AFP

Libye: poursuite du fragile dialogue en Tunisie après une timide avancée

Libye: poursuite du fragile dialogue en Tunisie après une timide avancée

AFP

Darmanin en Tunisie et Algérie samedi et dimanche pour parler lutte contre le terrorisme

Darmanin en Tunisie et Algérie samedi et dimanche pour parler lutte contre le terrorisme