mis à jour le

Chretien, auteur d'un livre sur Serigne Saliou Mbacké : Les terribles révélations sur Louis Alphonse Sarr

Louis Alphonse Sarr, l'homme qui disait être «à cheval entre les religions chrétienne et musulmane» serait mouillé dans un scandale sexuel avec une de ses disciples. Ses contempteurs ont profité de l'aubaine pour lui tailler un costume d'usurpateur. Le fondateur de «Touba Salikhine» ne souhaite pas répondre, car le dossier contre ces «ennemis» est en instruction.

Messe basse, pour mille confidences. Les langues déliées du Dahira «Touba Salikhine» claquent leurs vérités. Certains anciens irréductibles du marabout Sarr ont pris leurs distances. C'est le cas de Issa Dieng, un gaillard de 38 ans, teint noir, barbe négligée. Ce jour-là, rendez-vous est pris au commissariat des Hlm 5 (quartier de Dakar). L'homme porte un pantalon kaki, tee-shirt blanc quelconque, sandales en cuir. C'est un homme dépité longtemps plongé dans un trou noir qui vient de découvrir la lumière. Son récit ne laisse aucun doute sur son investissement de naguère. Tout est parti d'une rencontre, le 2 septembre 1999, Issa Dieng, «Diawrigne (lieutenant)» de Cheikh Béthio Thioune au Dahira Touba Liberté 2, se fait présenter, à l'occasion d'un Thiant (action de grâces), Alphonse Sarr.

Le guide des «Thiantacônes», Cheikh Béthio Thioune, souffrant de la gorge ce jour-là, demande à ses fidèles de bien prêter l'oreille à son hôte du jour. Alphonse Sarr émerveille par sa verve et son éloquence. Les «Thiantacônes» goûtent à ses propos, sans réfléchir. «Je pense qu'à l'époque, nous étions réceptifs à tout ce qu'il racontait. Il racontait qu'il connaissait la tradition primordiale de Serigne Saliou, que Serigne Touba était apparu en Inde, etc, il s'est fait introniser chez les «Thiantacônes» sans qu'on connaisse rien de lui à l'époque», raconte froidement Issa Dieng. Puis quelque temps après, cet homme a, lors d'une visite à Touba, rencontré une nouvelle fois Alphonse Sarr dans la maison du Khalife général Serigne Saliou Mbacké et a pu nouer des relations poussées avec le «marabout Sarr». «J'ai été appâté par cet homme, je l'ai hébergé chez mes parents après et je lui donnais tout ce dont il avait besoin», avise Issa Dieng. Qui commençait à perdre pied et à gâcher sa jeunesse dans un investissement stérile. Sentant le danger, ses parents l'envoient faire le «Modou-Modou» en Italie, le 11 septembre 2001. Malgré tout, Issa Dieng continue d'être en contact avec le fondateur de «Touba Salikhine». «Je lui envoyais à chaque fin du mois 500 mille F Cfa, je n'étais plus moi-même, j'étais obsédé par l'idée de lui envoyer de l'argent», avoue Issa Dieng.

Entre-temps, Louis Alphonse Sarr parvient à intéresser tous les enfants de Mame Marie Masseck Ndiaye, la grande s½ur du défunt Ousmane Masseck Ndiaye. Il parvient même à épouser une de ses filles, Fatou Diop, entre 2005 et 2006. Une union qui a fait long feu. Khadim Diop, le frère, préfère ne pas se prononcer. Dans un courrier d'échanges entre les disciples en 2007, certains de ses disciples se payaient même la tête de leur marabout «dieu» divorcé. «Le Serigne nous avait dit que sa vie s'arrêterait à 33 ans. Après les fameux 33 ans, «Dieu» s'est marié avec une de ses disciples et j'avoue que cela m'a ôté 70% de ma foi et de mes forces spirituelles», lit-on dans un document estampillé du Dahira.

En 2008, Issa Dieng, disciple très respectueux des règles religieuses, se marie avec une de ses cousines. Un mariage célébré dans la pure tradition musulmane. En décembre 2010, Issa Dieng retourne au bercail et continue ses activités de «Diawrigne» à «Touba Salikhine». Chaque mois, il collecte les dons d'une dizaine de disciples pour les donner au fondateur, Alphonse Sarr. Il s'investit tant dans «Touba Salikhine» qu'il perd sa femme qui finit par divorcer. «Je ne me rendais même plus compte que j'étais marié», reconnaît Issa Dieng. Un fol placement humain jusqu'à ces fameux 15 et 16 janvier où Louis Alphonse Sarr convoque son «Diawrigne» Issa Dieng et une dame à Joal pour un «Ziar». Où durant la première nuit, le menu ne laisse aucun doute sur les intentions du fondateur du Dahira, Louis Alphonse Sarr.

Au menu, une préparation dîner soleil (nems apportés), un bain purgatoire, présentation de linge soleil, présentation enveloppe de 50 mille F Cfa pour «Ziar», présentation offrande (weekhal) de 300 000 F Cfa.

Le premier couac de la visite intervient quand Louis Alphonse Sarr interdit l'accès de la retraite de la dame à son accompagnant Issa Dieng. Puis la suite, on la connaît, le fondateur de «Touba Salikhine» aurait fait des avances à la dame pour laver son «âme».

Quand la visite s'achève. Le scandale éclate. Et la dame s'en ouvre à Issa Dieng. «C'est comme si le monde s'écroulait sous mes yeux. J'étais atterré par ce qui venait de se passer. Mais en même temps, j'ai rendu grâce à Dieu, car cela m'a ouvert les yeux et j'ai compris que Dieu venait de me tirer du trou», explique d'un trait Issa Dieng. L'homme rompt le contact avec le fondateur de «Touba Salikhine», mais s'investit avec ardeur pour barrer la route à Louis Alphonse Sarr qui devait faire une séance de dédicace de son livre sur Serigne Saliou Mbacké, le 9 mars 2013, à la Maison de la culture Douta Seck. Dans un communiqué au vitriol, Issa Dieng «déclare être en opposition radicale contre l'auteur du livre, sa pensée satanique. Nous condamnons les dérives orchestrées par le sieur Louis A. Sarr et son livre qui ternissent l'orthodoxie islamique du vénéré Serigne Saliou Mbacké». Depuis, les disciples déchus de Louis Alphonse Sarr traitent «d'imposteur et d'usurpateur» leur ancien guide. Une bataille qui n'a pas encore livré tous ses secrets.

PROFIL

Louis Alphonse Sarr, un «saint» pas sain d'esprit

Louis Alphonse Sarr fait tout pour cultiver le flou autour de son personnage insaisissable. Il entoure sa vie de mystères et «se couvre de légendes pour tromper son monde». Des Musulmans sont prêts à mourir pour lui, alors que personne n'est sûr de sa croyance. Lors de la présentation de son ouvrage, le porte-parole de son mouvement, Khadim Diop, le décrivait en ses termes : «Louis A. Sarr, après un brillant cursus universitaire, divorce subitement avec l'Université suite à une révélation qui le mènera à Touba, le 27 juillet 1999, auprès du cinquième Khalife général des mourides, Serigne Saliou Mbacké.» Sous son physique imposant, Alphonse Sarr donne l'image d'un homme dont l'armure se craquelle rarement. Même si en 1999, dans un document dont copie est parvenu à L'Observateur, l'on apprend que Louis Alphonse Sarr a fait l'objet d'un isolement à l'hôpital Fann. A l'époque, l'étudiant Sarr logeait au 20, Pavillon H, cité universitaire. Dans un texte intitulé «Contribution définitive de l'Egypte pharaonique à la problématique du Sida par le Pharaon Jehser», il révélait ceci : «J'ai refusé de me réinscrire en première année d'Histoire, comme on me l'avait proposé, après mon retour d'isolement forcé. Cet article révèle le ténébreux épilogue du drame nécessaire à la trame millénaire d'un jeune Sénégalais de 25 ans.» Dans une interview accordée à L'Observateur, le 12 décembre 2012, Louis Alphonse Sarr n'éprouvait aucun mal à parler de son séjour à Fann. «A plusieurs reprises, on m'a traité de fou. Un jour, on m'a emmené même vers le professeur Sylla (Omar) de la clinique psychiatrique de Fann. Des gens me disent souvent que je suis hors norme», répondait-il sans tabous. Né en 1973, cet orateur hors pair et écrivain douteux qui a été lauréat en 2009 du Concours international de poésie sur «Cheikh Amadou Bamba et son apport à l'humanité», se singularise depuis peu par ses interventions dans le débat national et international sur l'identité culturelle et la renaissance africaine.

Hors champ, Alphonse Sarr arrive toujours à s'extirper par des formules et autres tournures à cette image troublée et nébuleuse qui lui colle à la peau. Le porte-parole du Dahira «Touba Salikhine» estime à des milliers femmes et hommes disciples de Louis Alphonse Sarr. «Je suis à cheval entre les religions chrétienne et musulmane...», serinait-il dans les colonnes de L'Observateur. Lui seul sait ce que ça veut dire.

KHADIM DIOP, PORTE-PAROLE DE «TOUBA SALIKHINE»

«Je ne peux pas me prononcer sur ces accusations...»

L'on a beau appeler Louis Alphonse Sarr, mais il n'a pas voulu décrocher son téléphone qui sonnait dans le vide. L'on a beau passer par des voies détournées pour essayer de le faire réagir. En vain. Le porte-parole de «Touba Salikhine», Khadim Diop, qui se trouve présentement à Saint-Louis, a préféré rompre le silence. «Je ne peux pas me prononcer sur ces accusations. Parce que ce sont des accusations d'ordre personnel, qui concernent la personne de Louis Alphonse Sarr», dit-il au bout du fil. Et de joindre plus tard, la rédaction de L'Observateur pour expliquer, au nom de son guide, que «l'affaire est en instruction devant la justice et qu'il ne souhaiterait pas en parler en l'état actuel du dossier, car il a déposé plainte contre ces gens qui l'accusent».

L'Observateur

Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye 

livre

AFP

En Libye, le Livre vert de Kadhafi aux oubliettes

En Libye, le Livre vert de Kadhafi aux oubliettes

AFP

Libération d'un détenu mauritanien de Guantanamo qui a dénoncé cette prison dans un livre

Libération d'un détenu mauritanien de Guantanamo qui a dénoncé cette prison dans un livre

AFP

Corneille dévoile pour la première fois ses blessures dans un livre

Corneille dévoile pour la première fois ses blessures dans un livre

révélations

La rédaction

Hicham Aboud promet de faire des révélations sur la “perversion sexuelle, les abus d’alcool et de stupéfiants” de Saïd Bouteflika

Hicham Aboud promet de faire des révélations sur la “perversion sexuelle, les abus d’alcool et de stupéfiants” de Saïd Bouteflika

[email protected] (Author Name)

Tunisie: Les salafistes mettent en doute les révélations officielles sur les réseaux terroristes

Tunisie: Les salafistes mettent en doute les révélations officielles sur les réseaux terroristes

satarbf

Les révélations de Snowden causeront des pertes colossales pour Google , Microsoft et  Amazon

Les révélations de Snowden causeront des pertes colossales pour Google , Microsoft et Amazon