mis à jour le

JNP 2013 : Les bons et mauvais points

Avec 555.000.000 de francs Cfa comme budget organisationnel, les 72 heures de la Journée nationale du paysan, tenu à Banfora du 25 au 27 avril sont maintenant derrière nous. A l'heure du bilan, les bons et mauvais points de l'évènement.

Bons points

A l'actif du comité d'organisation, le volet animation. Tout au long des cérémonies entrant dans le cadre de la 16ème JNP, les organisateurs se sont contentés des artistes et des richesses du terroir. Rompant avec les « importations » d'artistes déjà confirmés qui dament le pion aux « locaux » lors des grandes manifestations.

Dans le même schéma, le comité d'organisation a composé avec des opérateurs locaux, ou du moins sur ce qui était faisable à Banfora. Par exemple, les hôtesses ont été recrutées sur place à Banfora, formées et payées à 15.000 f cfa par jours. Soit 60.000f cfa durant toute la JNP. De quoi subvenir à des petits besoins.

Le respect des programmes, le tour de tous les stands d'exposition par le président du Faso, la présence des ministres, l'attitude de la sécurité présidentielle ont permis aux banforalais de passer de très bons moments. A Banfora, les hommes chargés de la sécurité du président ont brillé par leur professionnalisme. Ils ont travaillé sans coudés, sans bousculade et sans injures. Autre temps, autres m½urs, dirait-on.

Mauvais points

Dans le lot des flops, on retiendra que les discours du gouverneur de la région des cascades et du président de la Chambre nationale d'agriculture à l'ouverture officielle de la JNP ont énervé plus d'une personne. Le discours étant jugé long ou décousu.

Après eux, les tentatives de réponse du ministre de l'agriculture et de la sécurité alimentaire, Mahama Zoungrana, au cours de la cérémonie de clôture ont été plus ou moins laborieuses. Effet de tract ou de surprise vis-à-vis des questions ? Le ministre n'était visiblement pas de la partie durant un bon moment.

Erreur de communication ou non prise en compte du canal traditionnel du crieur public, des banforalais n'étaient pas informés des motifs de la présence du monde paysan et du président Blaise Compaoré dans leur cité. Par exemple, sur 15 commerçants interviewés dans le marché de Banfora, 12 étaient au courant de la présence de Blaise Compaoré tandis que 04 personnes seulement étaient au courant de la tenue de la 16ème Journée nationale du paysan.

A regretter aussi, l'absence des leaders d'opposition. A la JNP, il n'y avait apparemment pas de place pour l'opposition politique. Comme si « quelles stratégies de renforcement de la résilience des populations face aux changements climatiques pour une sécurité alimentaire durable : enjeux et défis » n'incluait pas l'autre Burkina.

A contrario de l'opposition, la FEDAP/BC a brillé par sa forte représentation. En plus des ténors, des jeunes de la FEDAP/BC se sont également fait de la visibilité. A la clôture de la 16ème JNP, ces jeunes ont rappelé aux burkinabè que le président du Burkina Faso, c'est bien Blaise Compaoré.

Ousséni Bancé

Lefaso.net

2013

AFP

Madagascar: reprise du procès du lynchage d'un Français et d'un Italien en 2013

Madagascar: reprise du procès du lynchage d'un Français et d'un Italien en 2013

AFP

Attaques de 2013 en RDC : vingt ans de prison pour 17 adeptes d'une secte

Attaques de 2013 en RDC : vingt ans de prison pour 17 adeptes d'une secte

AFP

Comores: lourdes condamnations après la tentative de putsch d'avril 2013

Comores: lourdes condamnations après la tentative de putsch d'avril 2013