mis à jour le

Blaise Compaoré à la clôture de la 16ème JNP : « …Il y en a qui ont encore de l'argent dans les marmites au Burkina… »

Laborieux, long et parfois stressant pour des membres du gouvernement et des intervenants des différents groupes, le dernier jour des JNP a laissé entrevoir bien de choses. Entre les recommandations des paysans, le « tract » du ministre de l'Agriculture et de la sécurité alimentaire et les « directes » du premier ministre à des paysans qui veulent plus d'investissement et moins d'impôts, la JNP a plus ou moins bien refermé ses portes.

Blaise Compaoré a passé 4h36 minutes avec le monde paysan du Burkina. Dans une tente géante dressée au gouvernorat des cascades, il a assisté à sa grande rencontre avec le monde paysan. Devant lui donc, sont passés les représentants des agriculteurs, producteurs, transformateurs, éleveurs pour des questions, recommandations, conclusions des fora, ateliers et autres activités qui ont eu lieu dans le cadre des JNP.

Conclusions et recommandations

Les représentants des 13 régions du Burkina ont défilé pour donner la liste de leurs besoins. Du sahel aux cascades, il ressort que la problématique de la maitrise de l'eau est un souci majeur pour le monde paysan. Ainsi, tous les intervenants ont demandé au président et à son gouvernement de réhabiliter ou de construire des barrages dans leur localité. Après l'eau, la subvention et la suppression des intrants agricoles et des matériaux agricoles ont été des demandes communes aux 13 régions. Pour les éleveurs, les conflits éleveurs/agriculteurs, des problèmes liés à la transhumance, la vaccination des animaux sont des inquiétudes. Un suivi plus efficient des recommandations, une organisation biennale de la JNP, font également partie des recommandations.

Les réponses du président et du gouvernement

« Ceux qui résistent à l'environnement ce ne sont pas les plus forts ni les plus intelligents mais ceux qui savent s'adapter. Nous tous qui sommes là, je crois que nous sommes nés dans l'insécurité alimentaire. Ceux qui ne se sont pas nourris ne sont pas développés... », ce sont là des phrases prononcées par le président dans sa tentative de répondre aux préoccupations des paysans. Entre autres remèdes envisagés par le président pour braver les difficultés de financement des secteurs de l'agriculture et de l'élevage, Blaise Comaporé compte mettre en place un fonds de l'agriculture. Ce fonds pourrait utiliser les actifs de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) et de la Caisse autonome de retraite des fonctionnaires (CARFO). L'Etat se porterait garant au cas où ces fonds seront mal gérés. Aussi, le président demande au paysan d'être bien formé, avec des plans d'affaire conséquente pour pouvoir convaincre les financiers. Dans le cas échéant, il pourrait se rabattre sur leurs frères burkinabè, car pour le président « ...Il y en a qui ont encore de l'argent dans les cagotes et dans les marmites au Burkina... ».

La part du premier ministre

Nous réfléchirons. C'est la phrase qui est revenue le plus de fois au cours de l'intervention du premier ministre. Interpellé sur les taxes des matériels agricoles, le premier ministre a pris les acteurs du monde paysans sur la contradiction de leur demande. Car, en même temps que les éleveurs et agriculteurs demandent la construction des barrages, la modernisation du matériel agricole, ils demandaient parallèlement la suppression des taxes sur leurs principaux produits d'importation. Pour Luc Adolphe Tiao, cela est difficile mais il compte réfléchir avec son gouvernement pour voir des taxes qui peuvent être supprimées sans trop grand préjudice.

La prolifération de l'orpaillage et son corollaire de destruction des terres agricoles soulevée par les paysans est également revenu dans l'intervention du premier ministre. Selon lui, au jour d'aujourd'hui 1.600.000 burkinabè s'en sortent directement ou indirectement grâce à l'or. Pour dire qu'il est difficile de ne pas prendre en compte l'activité des orpailleurs même dans un contexte de préservation de l'environnement.

Ousséni Bancé

Lefaso.net

Le Faso

Ses derniers articles: Tirage au sort des barrages de la coupe du monde 2014 :  Paroisse de Bissighin : les élèves et étudiants  Coupe OAPI : ONEA en dames et SONABHY en hommes 

Compaoré

AFP

Journaliste tué au Burkina: François Compaoré laissé libre en France avant l'examen de son extradition

Journaliste tué au Burkina: François Compaoré laissé libre en France avant l'examen de son extradition

AFP

Journaliste tué au Burkina : le frère de Compaoré arrêté en France

Journaliste tué au Burkina : le frère de Compaoré arrêté en France

AFP

Burkina: mandat d’arrêt international contre François Compaoré dans l'affaire Zongo

Burkina: mandat d’arrêt international contre François Compaoré dans l'affaire Zongo