mis à jour le

Meriem Ben Mohamed : “Coupable d’avoir été violée”

« Écrire, c’est surtout essayer de survivre » dit Le Clezio. Meriem Ben Mohamed, victime d'un viol par deux policiers, illustre parfaitement ce combat. Avec pudeur et dignité, mais aussi courage, elle relate dans son livre, Coupable d'avoir été violée, son combat devant la justice et le traumatisme de son viol. Elle évoque également sa vie de jeune tunisienne comme les autres avant que ce drame ne vienne faire tout voler en éclats. Pour recoller les morceaux, Meriem a ainsi décidé de s'exiler en France avec son fiancé, pour tourner la page et ne plus vivre dans la crainte perpétuelle de représailles. Le 29 avril prochain doit se tenir l'audience préliminaire du procès de ce crime devenu affaire d'État en Tunisie.

Dans la nuit du 3 au 4 septembre 2012, sur une route de la banlieue nord de Tunis, Meriem Ben Mohamed est victime de plusieurs viols commis par deux policiers, un troisième ayant menotté, éloigné et racketté son fiancé. La jeune femme, qui a le courage de surmonter le parcours du combattant de nombreuses victimes d'agressions sexuelles en Tunisie, porte plainte, persiste et devient un symbole. Dans ce livre, écrit en collaboration avec Ava Djamshidi, journaliste au Parisien, elle revient sur ces derniers mois éprouvants afin de combattre les préjugés et en espérant que son témoignage «serve à d'autres filles ».

Le récit pudique d'un « Cauchemar »

Meriem était une jeune tunisienne comme beaucoup autres, vivant chez ses parents et très proche de sa s½ur jumelle, une jeune diplômée d'un Master en finances, galérant pour trouver un travail. Une jeune tunisienne qui s'enthousiasme aussi, malgré ses inquiétudes et sa méfiance du système, en suivant l'actualité de la Tunisie, les élections, les manifestations...

Il suffira d'une soirée ordinaire : un frugal dîner sur le bord de la route, elle raccompagne son fiancé chez lui en voiture et voit sa vie basculer dans l'horreur après une interpellation par des policiers, sur le chemin du retour. En suivant le calvaire de Meriem, on découvre des policiers, violents, pervers et ripoux qui n'hésitent pas à lui demander, sans gêne aucune « Qu'est-ce que tu peux nous donner ? ». Ils exercent un chantage odieux sur le fiancé lui réclamant « 300 dinars (150 euros), 100 pour chacun des trois ripoux » pour ne pas exercer de représailles sur lui et sa fiancée.

Peine perdue, l'extorsion d'argent ne sera malheureusement pas leur seul méfait...Et rien n'y fera, ni les tentatives du fiancé, ni les supplications de Meriem, ni ses pleurs...L'un des policiers n'hésitant pas à refermer la porte de la voiture sur la main de la jeune fille qui essaye de s'enfuir.

La jeune femme ne cache pas non plus les ravages collatéraux d'un tel drame, une mère qui a tenté de se suicider ou certains amis qui se font la malle continuant « à penser que ce n’était pas grand-chose », les voisins accusateurs, et la terreur d'une vengeance des policiers et de leurs proches.

Pourtant, malgré le récit suintant d'horreur de cette nuit, Coupable d'avoir été violée est un livre qui humanise une jeune femme, victime d'un crime dont le but même est de déshumaniser, de détruire, de réduire au rang d’objet. Dès cette même nuit, Meriem n'a d'ailleurs pas de doute, faisant preuve d'une force et d'une ténacité que sa frêle silhouette ne laisserait pas deviner :

« Je vais me battre contre mes agresseurs. J'en ai la volonté farouche. Je vais me révolter. »

Un système et une société impitoyable... avec les victimes

« Dans son cerveau de Tunisien, la victime des viols : ce serait lui » :

déclare la jeune Meriem à propos de son frère obnubilé par 'l'honneur', précisant même qu'elle ne le lui a jamais dit, craignant pour sa propre vie s'il découvrait la vérité.

Une attitude, jetant l'opprobre sur la victime et non le criminel, qu'elle retrouvera souvent tout au long de son chemin de croix afin que justice lui soit faite. Au commissariat (où ses agresseurs iront jusqu'à la suivre pour la harceler), elle aura toutes les peines du monde à déposer sa plainte et subira un interrogatoire de sept heures. Seule une responsable locale de police l'encouragera à ne pas abandonner. En passant par l'accueil frigorifique et accusateur du personnel médical ; Il lui faudra faire trois hôpitaux, avant d'être auscultée.

« On sait comment les gens réagissent ici à l’égard des filles violées. Leur regard est terriblement violent. »

La jeune femme aborde divers sujets, parfois révélateurs de la société tunisienne : La peur du déshonneur, la schizophrénie d'une jeunesse tiraillée, les agressions verbales ou physiques, subies dans la rue ou ailleurs par les femmes; et banalisées par une société où pourtant près d'une tunisienne sur deux est victime de violences physiques dont 21,3 % sont d'ordre sexuel et pratiquées dans l'espace public, d'après une étude menée en 2011 par L'ONFP (l'Office National de la Famille et de la Population).

Que justice soit faite

C'est pour se reconstruire et tourner la page, mais aussi pour ne pas en arriver à exercer elle-même la loi du Talion que Meriem Ben Mohamed demande justice :

« Ces hommes m’ont tuée. Je prendrai ma revanche si on m’y oblige. [...] Ma vie dépend de leur condamnation. »

Elle dit ainsi attendre de pied ferme le procès, plus forte que jamais :

« Je ne crois pas en la Justice mais je crois qu'ils seront condamnés. D'abord, toutes les preuves sont contre eux. Et l'affaire a été très médiatisée...Je suis sûre que justice sera faite.»

Coupable d'avoir été violée n'est finalement pas un livre fait uniquement pour toucher les victimes de viols ou les femmes ... mais pour interpeler toute une société tunisienne, parfois dépeinte sous un jour réaliste et, malheureusement, à juste titre, sombre. Meriem Ben Mohamed espère sa traduction prochaine en Arabe pour sensibiliser le plus de personnes... nous aussi.

————————————————————————————

1. Meriem Ben Mohamed : pseudonyme choisi par la jeune femme.
2. Coupable d'avoir été violée, Meriem Ben Mohamed, avec Ava Djamshidi. Michel Lafon

Nawaat

Ses derniers articles: Peut-on (encore) se passer des banques au quotidien en Tunisie?  En Tunisie, le "plus grand drapeau au monde" ne fait pas l’unanimité  Tunisie-Union européenne: une mise sous tutelle déguisée 

Mohamed

AFP

Décès de l'islamologue tunisien Mohamed Talbi, "libre" penseur

Décès de l'islamologue tunisien Mohamed Talbi, "libre" penseur

AFP

Mohamed Abdullahi 'Farmajo', nouveau président de la Somalie

Mohamed Abdullahi 'Farmajo', nouveau président de la Somalie

AFP

Somalie: l'ex-Premier ministre Mohamed Abdullahi Farmajo élu président

Somalie: l'ex-Premier ministre Mohamed Abdullahi Farmajo élu président

été

AFP

Nigeria: le chef de Boko Haram dément avoir été blessé

Nigeria: le chef de Boko Haram dément avoir été blessé

AFP

Nigeria: "Nous n'avons été chassés de nulle part", affirme le chef de Boko Haram

Nigeria: "Nous n'avons été chassés de nulle part", affirme le chef de Boko Haram

AFP

CAN-2017: pour Joseph-Antoine Bell, le tirage "n'a jamais été aussi bon" pour le Cameroun

CAN-2017: pour Joseph-Antoine Bell, le tirage "n'a jamais été aussi bon" pour le Cameroun