mis à jour le

On vous le dit

La gendarmerie d'Ouled Fayet aux abonnés absents   Les nombreuses plaintes des résidants de la coopérative Samira, route de Bouchaoui à Ouled Fayet, auprès de la gendarmerie pour dénoncer les camions qui jettent des détritus près de l'autoroute, en face de leur coopérative, n'ont servi à rien. Les gendarmes, censés faire respecter la loi, n'ont pas réagi, alors que les camions continuent à déverser des ordures sous les yeux de la brigade, située à une centaine de mètres ! C'est tout un business qui rapporte gros à des habitants d'une ferme voisine, qui ont dressé un péage pour encaisser l'argent des camions qui vont polluer une terre agricole, ainsi que le quotidien des citoyens !   Les satisfecit du ministre de la Justice   «La prise en charge des détenus algériens répond aux normes internationales», a déclaré, jeudi, à Tlemcen, le ministre de la Justice, garde des Sceaux. Dans une rencontre avec les avocats et les magistrats, à la veille de la tenue du Colloque international sur les investissements étrangers en Algérie,  M. Charfi a dit en substance : «Je suis très satisfait de la gestion des affaires des justiciables, des conditions de travail des magistrats et de la bonne prise en charge des détenus qui répond aux normes internationales.» Quand on sait que les détenus se plaignent de la promiscuité, des détentions préventives éternelles, du manque de téléphone dans les prisons (comme promis par son prédécesseur) et des abus des magistrats... On se demande si une visite d'une journée suffirait à diagnostiquer l'état de nos  «maisons de rééducation» et de ses locataires...   Les «hallabas» sévissent à Sidi Bel Abbès   Presque toutes les stations service de Sidi Bel Abbès connaissent, ces jours-ci, des pénuries récurrentes de carburant, provoquant de longues files d'attente, de jour comme de nuit. Les «hallabas», ces propriétaires de véhicules et de camions, dotés de réservoirs à grande contenance, sont considérés comme les principaux responsables de cette situation par les automobilistes de Sidi Bel Abbès. Il suffit de passer à n'importe quelle heure près d'une station service pour voir le nombre impressionnant de voitures, immatriculées à Tlemcen, qui n'hésitent pas à siphonner les stocks de carburant et se diriger vers Maghnia pour les écouler, par la suite, de l'autre côté de la frontière, en territoire marocain.     Un colloque sur la corruption dans l'obscurité   Le Colloque international sur la corruption dans les marchés publics, organisé les 24 et 25 avril derniers à Sidi Bel Abbès, a été clôturé dans l'obscurité à cause d'une coupure d'électricité qui a affecté la salle des conférences de l'auditorium, de l'université de Sidi Bel Abbès. Les infiltrations d'eaux provoquées par les intempéries de ces dernières 48 h ont ainsi dévoilé les carences de cet édifice construit récemment à coups de milliards. Les organisateurs ont été dans l'obligation d'interrompre la séance de clôture, consacrée à la lecture des recommandations du colloque, qui s'est terminée, finalement, dans un hôtel de la ville. Certains participants n'ont pas manqué, après cet incident, de s'interroger sur la qualité des infrastructures universitaires à Sidi Bel Abbès, lesquelles ont été attribuées dans le cadre de...marchés publics. C'est tout dire !

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien