mis à jour le

Le concours est-il renvoyé aux calendes grecques ?

Le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique a décidé de reporter le concours pour la chefferie de service dans les hôpitaux prévu pour le 5 mai prochain sans informer les concernés. Les doyens des facultés de médecine ont été destinataires, jeudi dernier, d'une correspondance leur demandant de transmettre dans l'immédiat tous les arrêtés des nominations des chefs de service par intérim de grade maître de conférences A (MCA) à travers les établissements de santé au niveau du territoire national. Une décision qui serait liée justement au problème posé par ces mêmes maîtres de conférences A qui ont saisi les deux tutelles, à savoir la Santé et l'Enseignement supérieur afin de demander un report ou une dérogation pour pouvoir participer à ce concours. Dans sa dernière correspondance adressée la semaine dernière aux deux tutelles, le collectif des maîtres de conférences A de Batna, Tizi Ouzou, Blida, Sétif, Sidi Bel Abbès et Oran a estimé que le report de cet examen «paraît être une décision juste et équitable pour les MCA dont la plupart sont chefs de service depuis plusieurs années. Ce report permettrait également de recenser et de mettre sur concours tous les postes non pourvus de chefs de service titulaires», avant de leur rappeler que tous les postes qu'ils occupent sont mis en concours lorsque «nous sommes éliminés par les conditions de participation qui imposent pour les MCA deux années d'ancienneté dans le grade et à dater de la nomination interministérielle survenue 6 mois après délibérations. Un retard qui nous est préjudiciable.» C'est ainsi que le collectif fait appel aux deux tutelles afin de «nous rétablir dans nos droits» avant de souligner que «l'éventualité d'organiser un deuxième concours nous paraît être une man½uvre dilatoire». De son côté, le Syndicat national des chercheurs-professeurs hospitalo-universitaires dit ne pas comprendre toute cette «cacophonie». D'aucuns qualifient la situation de surréalistes créée autour de l'organisation d'un simple concours qui pouvait être organisé loin de tous les commentaires comme cela se passe ailleurs dans le monde. Pour le secrétaire général du syndicat, Pr Djidjik, aucune information officielle confirmant ce report n'est encore annoncée. «En tant que syndicat, nous n'avons aucune information à ce sujet. Notre position par rapport à ce concours a été bien claire lors du conseil national tenu la semaine dernière. Le syndicat ne s'oppose pas au report et nous avons demandé aux deux tutelles de trouver des solutions afin d'arranger tout le monde. Mais nous leur avons signifié que d'autres postes supplémentaires doivent être ouverts afin de propulser les jeunes et donner un nouveau souffle à la santé», une allusion faite, sans doute, aux professeurs chefs de service dépassant les 60 ans et qui sont encore en poste. Un problème que la corporation a du mal à soulever publiquement par crainte de heurter la sensibilité de leurs maîtres. Mais actuellement l'on parle justement de la finalisation par les deux ministères du décret portant mise à la retraite de tous ces professeurs qui peuvent éventuellement continuer à exercer sans occuper de poste de responsabilité. «Le débat est aujourd'hui d'actualité lorsque l'on sait que de nombreux médecins compétents de rang de professeurs risquent de ne jamais accéder aux postes de chef de service qui sont déjà occupés depuis plus de 30 ans», murmure-t-on dans le milieu hospitalier.

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien 

concours

AFP

Kenya: les albinos ont leur concours de beauté pour  lutter contre les préjugés

Kenya: les albinos ont leur concours de beauté pour lutter contre les préjugés

AFP

Une Tunisienne remporte le concours "Miss monde Muslimah" en Indonésie

Une Tunisienne remporte le concours "Miss monde Muslimah" en Indonésie

group promo consulting

Concours professionnel des commissaires de police- 1 seul candidat admissible sur 20 postes

Concours professionnel des commissaires de police- 1 seul candidat admissible sur 20 postes