mis à jour le

Coopération : LA FRANCE APPORTE DES APPUIS FINANCIERS POUR L’ELECTRICITE ET L’EAU

Des conventions ont été signées pour le financement de projets d'urgence en vue de la relance des services d'électricité et d'eau potable à Mopti, Tombouctou et Gao. Paris annonce en même temps une contribution de 25,6 milliards de Fcfa au projet de station compacte de Kabala

L'adhésion des partenaires au développement au projet de construction de la station compacte d'eau potable de Kabala se confirme. Une semaine après la tenue d'une table ronde avec les bailleurs de fonds sur le projet, la France vient d'annoncer qu'elle est prête à y mettre 25,6 milliards de Fcfa. La notification de cet engagement a été remise samedi par le nouvel ambassadeur de France au Mali, Gilles Huberson au ministre de l'Economie, des Finances et du Budget, Tiénan Coulibaly. C'était à la faveur d'une cérémonie au cours de laquelle deux autres conventions ont été paraphées pour un montant d'environ 1,3 milliard de Fcfa. Ces conventions portent financement des projets d'urgence pour la relance des services d'électricité et d'eau potable dans les villes de Mopti, Tombouctou et Gao.

L'événement s'est déroulé à la résidence de l'ambassadeur de France au Mali, en présence de plusieurs membres du gouvernement dont le ministre de l'Energie et de l'Eau, Makan Tounkara. Les documents y afférents ont été signés, côté malien, par le directeur général de la société Energie du Mali (EDM), Tidiani Kéita et le directeur général de l'Agence française de développement (AFD), Bruno Deprince et d'autre part entre celui-ci et le président directeur général de la Société malienne de gestion de l'eau potable (SOMAGEP), Boubacar Kane.

La lettre de notification de la France représente l'engagement de celle-ci dans la mise en ½uvre du projet structurant de construction de la station compacte de Kabala. Ce concours financier sera rétrocédé à la SOMAPEP, maître d'ouvrage du projet, pour le financement partiel de la construction de la station compacte de traitement d'eau potable de Kabala, ainsi que des ouvrages en amont avec un démarrage effectif des travaux dès 2014.

Cette annonce de la France intervient donc une semaine après la tenue de la Table ronde des bailleurs de fonds au projet du même nom. Cette rencontre s'était soldés par la confirmation des engagements des partenaires techniques et financiers qui ont réitéré leurs annonces portant sur la mobilisation d'environ 193 milliards de Fcfa pour ce projet dont le coût initial global est estimé à environ 165 milliards de Fcfa.

Les autres apports, objets de signatures des conventions, portent sur un montant d'environ 1,3 milliard de Fcfa. Cet appui de la France, à travers l'AFD servira au financement des projets de relance des services de production et de distribution de l'électricité et de l'eau potable dans les villes de Mopti, Tombouctou et Gao. Il permettra, ainsi, la remise en l'état des équipements énergétiques et hydrauliques endommagés suite à l'occupation de ces différentes villes par les groupes armés.

La première convention d'un montant d'environ 492 millions de Fcfa est accordée à EDM pour la remise en état de ses équipements dans les zones concernées. Tandis que la seconde convention servira à remettre en marche les outils de travail de la Somagep dans le cadre de la production et la distribution de l'eau potable. La finalité des opérations est de permettre la relance des activités économiques dans les villes favorisant le retour effectif de l'Administration et des populations déplacées.

A travers ces appuis, la France montre une fois de plus son accompagnement au Mali qui traverse en ce moment l'une des périodes les plus difficiles de son histoire, a souligné le nouvel ambassadeur de France, Gilles Huberson. Le diplomate français s'est dit très honoré de ces actions qui interviennent juste après sa prise de fonction dans notre pays. La France est fière d'apporter sa modeste contribution à des secteurs aussi importants que l'électricité et l'eau au profit de plus d'un million de personnes, a-t-il ajouté, en assurant de l'accompagnement de Paris dans la résolution de la crise qui secoue notre pays depuis plus d'un an maintenant.

Le ministre de l'Energie et de l'Eau, Makan Tounkara, a remercié la France pour ce geste qui, de son point de vue, s'inscrit dans la volonté de Paris d'½uvrer à l'instauration de la paix et à la consolidation de la démocratie dans notre pays. Selon lui, le problème d'accès aux services sociaux de base comme l'électricité ou l'eau potable demeure une priorité du gouvernement. Makan Tounkara a souligné la symbolique de la signature de ces accords qui dénote à suffisance que le Mali est un ensemble. « Vous voyez que ces accords concernent uniquement des villes du nord. C'est la preuve qu'aucune des régions n'est oubliée au Mali », a-t-il remarqué, tout en se félicitant de l'engagement des partenaires techniques et financiers pour la mise en ½uvre des projets de développement en général et des secteurs énergétique et hydraulique en particulier dans notre pays.

L. DIARRA

L'essor

Ses derniers articles: Mopti : Transport de viande, un casse-tête sanitaire  Promotion de la femme : RACHELLE DJANGONE MIAN S’EN VA  Sécurité alimentaire : DES CEREALES A 

coopération

AFP

Alger salue la coopération avec la Belgique sur les migrants

Alger salue la coopération avec la Belgique sur les migrants

AFP

Le Sénégal et la France renforcent la coopération contre le "terrorisme"

Le Sénégal et la France renforcent la coopération contre le "terrorisme"

AFP

Les Parlements tunisien et français scellent un accord de coopération

Les Parlements tunisien et français scellent un accord de coopération

France

AFP

Non-lieu en France dans une enquête sur le génocide au Rwanda

Non-lieu en France dans une enquête sur le génocide au Rwanda

AFP

Aux tirailleurs sénégalais, la France reconnaissante 50 ans après

Aux tirailleurs sénégalais, la France reconnaissante 50 ans après

AFP

Des parents d'enfants adoptés en RDC manifestent pour les faire venir en France

Des parents d'enfants adoptés en RDC manifestent pour les faire venir en France