mis à jour le

Togo: inhumation de l'écolier décédé lors des manifestations à Dapaong

Le drame de Dapaong s’est déroulé dans un contexte tendu : fonctionnaires, opposition et jounalistes ont multiplié les manifestations la semaine passée.

Anselme Gouyano Sinandaré, le garçon de 12 ans tué par la police le 15 avril dernier, lors des manifestations à Dapaong, a été inhumé jeudi 25 avril dans la ville. Plusieurs personnalités, hommes politiques et amis étaient présents. La dépouille d'Anselme Gouyano Sinandaré, 12 ans, est arrivée dans la cour de la cathédrale Saint-Charles Lwanga de Dapaong dans le silence. Le jeune garçon avait été touché par une balle lors d'une manifestation, le 15 avril dernier.

Parrains, autorités politiques, amis et camarades d'école, tous avaient gardé le calme pour une cérémonie digne. Pour briser ce silence, le célébrant Augustin Namounou, vicaire général de l'évêque de Dapaong avait les mots : « Si je me tais, ça peut être aussi compris comme une complicité tacite. Alors, je vais essayer de parler. Et en parlant, si ça heurte certaines personnes, sachez que ce n'est pas ça, mon but. Mon but serait que plus jamais cela ne se passe sur la terre de nos aïeux. »

La Synergie des travailleurs, présente, s'en indigne encore. Atchi Walla, son coordinateur adjoint, estime que ce n'est pas normal que des enfants descendent dans la rue pour réclamer quelque chose, et qu'on aille les enterrer comme cela. Il faut trouver les responsables.

Un fonctionnaire de police incarcéré

Emu comme tous les autres, le ministre de la Sécurité, Damehane Yark, ajoute : « C'est la faute à nous tous d'avoir poussé le bouchon trop loin. »

Le fonctionnaire de la police, responsable du couloir où Anselme Gouyano Sinandaré a été fauché, est incarcéré depuis mercredi. Les manifestants réclamaient notamment des réformes électorales et le départ du président. Le Togo a été dirigé d’une main de fer par le général Gnassingbé Eyadéma de 1967 à sa mort en 2005. Porté au pouvoir par l’armée, son fils Faure Gnassingbé lui a succédé. Il a remporté en 2005, puis 2010, l’élection présidentielle dont les résultats ont été contestés par l’opposition.

L'essor

Ses derniers articles: Mopti : Transport de viande, un casse-tête sanitaire  Promotion de la femme : RACHELLE DJANGONE MIAN S’EN VA  Sécurité alimentaire : DES CEREALES A 

inhumation

AFP

Cameroun: inhumation du footballeur Patrick Ekeng, décédé lors d'un match

Cameroun: inhumation du footballeur Patrick Ekeng, décédé lors d'un match

AFP

RDC: dernière messe en hommage

RDC: dernière messe en hommage

AFP

Inhumation

Inhumation

manifestations

AFP

Cameroun: violentes manifestations

Cameroun: violentes manifestations

AFP

L'Ethiopie remanie son gouvernement après des manifestations

L'Ethiopie remanie son gouvernement après des manifestations

AFP

Zimbabwe: l'interdiction des manifestations anti-Mugabe est légale

Zimbabwe: l'interdiction des manifestations anti-Mugabe est légale