mis à jour le

Abdelaziz Bouteflika, à Alger, 14 janvier 2013 / AFP
Abdelaziz Bouteflika, à Alger, 14 janvier 2013 / AFP

Algérie: et si Bouteflika n'était plus en mesure de gouverner?

Victime d'un accident vasculaire cérébral ce week-end, il est interné à l'hôpital parisien du Val-de-Grâce.

L'état de santé du président algérien Abdelaziz Bouteflika "évolue bien", et il n'a subi "aucune lésion irréversible", a affirmé dimanche le Pr. Rachid Bougherbal, cité par l'agence de presse algérienne APS.

Le président de la République, 76 ans, "n'a pas subi de séquelles irréversibles", a précisé à l'APS le professeur Bougherbal, expliquant qu'"aucune fonction motrice ou sensorielle n'a été altérée".

L'accident ischémique transitoire (AIT) "n'a pas duré longtemps" et l'affection est "réversible" et "régresse" sans laisser de "lésions séquellaires", a ajouté le praticien qui l'avait soigné avant son transfert à l'hôpital militaire du Val-de-Grâce en France.

Le Val-de-Grâce accueille régulièrement des personnalités françaises et étrangères.

L'accident vasculaire n'est "fort heureusement", pas hémorragique, a souligné le Pr Bougherbal, directeur du Centre national de médecine sportive (CNMS).

Le chef de l'Etat doit "compléter" son bilan et "récupérer un peu de la fatigue occasionnée par cette affection", précise-t-il.

Le chef de l'Etat, qui a subi samedi à 13h30 (heure de Paris) un accident ischémique transitoire sans séquelles, a été transféré le même jour en fin d'après-midi à Paris pour y effectuer des examens complémentaires, sur recommandation de ses médecins traitants.

Le professeur Bougherbal avait annoncé que "le président de la République doit observer un repos pour poursuivre ses examens", tout en assurant que son état de santé ne suscite "aucune inquiétude".

Elu à la tête de l'Etat en 1999, réélu en avril 2004 puis en avril 2009, M. Bouteflika avait été opéré fin 2005 à Paris "d'un ulcère hémorragique au niveau de l'estomac", selon les autorités algériennes.

Le président algérien annonçait un an plus tard "qu'il avait été très, très malade" mais qu'il s'en était "sorti de manière absolument fabuleuse".

Depuis cette hospitalisation en 2005, l'état de santé de M. Bouteflika fait régulièrement l'objet de spéculations dans les journaux algériens qui mettent en doute les versions officielles, comme cela a encore été le cas dimanche.

AFP

AFP

Ses derniers articles: Nigeria: les innombrables vendeurs de rues de Lagos menacés de disparaître  Crash EgyptAir: l'avion probablement désintégré en plein vol après un incendie  Côte d'Ivoire: un mort et des blessés par balle lors d'une manifestation contre la vie chère 

santé

Le monde à l'envers

A Lagos il est plus difficile de donner son sang que de trouver des donneurs

A Lagos il est plus difficile de donner son sang que de trouver des donneurs

Santé

Depuis l'an 2000, l'espérance de vie a augmenté plus rapidement que jamais en Afrique

Depuis l'an 2000, l'espérance de vie a augmenté plus rapidement que jamais en Afrique

Santé

Comment des SMS ont sauvé des milliers de bébés au Rwanda

Comment des SMS ont sauvé des milliers de bébés au Rwanda

Abdelaziz Bouteflika

Scandale

En Algérie, une chaîne télé fermée pour avoir accueilli l'ex-chef de l'Armée islamique du salut

En Algérie, une chaîne télé fermée pour avoir accueilli l'ex-chef de l'Armée islamique du salut

Flou

C'est avant que l'opposition aurait dû faire bloc contre Bouteflika

C'est avant que l'opposition aurait dû faire bloc contre Bouteflika

Algérie

Pourquoi l'Algérie doit changer de modèle économique

Pourquoi l'Algérie doit changer de modèle économique

Val-de-Grâce

AFP

Algérie: Bouteflika au Val-de-Grâce pour un contrôle routinier

Algérie: Bouteflika au Val-de-Grâce pour un contrôle routinier

Adam Sfali - Lemag

Armée française : Bouteflika quitte l’hôpital Val-de-Grâce

Armée française : Bouteflika quitte l’hôpital Val-de-Grâce

Adam Sfali - Lemag

Armée française : Bouteflika quitte l’hôpital Val-de-Grâce

Armée française : Bouteflika quitte l’hôpital Val-de-Grâce