mis à jour le

On vous le dit

La diversion de Moussa Benhamadi   Alors que la 3 G n'est pas encore opérationnelle en Algérie, Moussa Benhamadi, ministre de la Poste et des TIC, fait un commentaire sur la 4 G. Selon lui, l'Algérie a décidé de se doter de la 3G car la 4G reste une «technologie instable», qui fait l'objet d'une rude concurrence commerciale entre les Etats-Unis et l'Union européenne (UE). Selon lui, la 4G exige l'acquisition, par les utilisateurs, d'appareils téléphoniques mobiles «excessivement chers», alors que la 3G peut être fonctionnelle avec des téléphones portables ordinaires. L'introduction de la 3G, en Algérie, tourne au ridicule. Dans le domaine des TIC, on n'est pas mieux lotis : nous sommes l'un des rares pays, en Afrique, à tourner à 1 méga, dépassés par la Tanzanie et le Mali et bientôt par le Rwanda !   Squat d'une aile de mosquée   Les habitants de la station balnéaire de Bouisseville (Oran) ont signé une pétition pour dénoncer le squat d'un espace dans la mosquée de leur quartier. Selon le contenu de la pétition, un indu occupant a accaparé une partie attenante à l'édifice religieux, servant de salle coranique pour les enfants, pour en faire un lieu d'habitation. Quant à la genèse de l'affaire, cet occupant avait été hébergé, temporairement, en ces lieux par l'imam de la mosquée, mais l'indu occupant  s' est installé définitivement sur les lieux. Cet état de fait avait entraîné la suspension de l'imam et son remplacement. Quant aux fidèles, ils déplorent cette situation qui lèse les enfants. Le wali de Chlef interpelle le ministre des Ressources en eau   Le wali de Chlef, Mahmoud Djamaâ, est remonté contre la direction générale de l'Algérienne des eaux, à Alger. Il l'a fait savoir au ministre des Ressources en eau, Hocine Necib, lors de la visite que ce dernier a effectuée dans la wilaya, jeudi dernier. «Le marché relatif à la rénovation du réseau d'AEP de la ville de Chlef traîne à la direction générale de l'ADE. L'avis de sélection des entreprises de réalisation est à chaque fois déclaré infructueux, ce qui retarde également le lancement des travaux d'embellissement et d'amélioration urbaine de cette agglomération. Pendant ce temps, nous subissons les foudres des citoyens, alors que nous n'y sommes pour rien», a indiqué, d'un ton coléreux, le chef de l'exécutif de la wilaya, devant le ministre et le directeur général de l'ADE. Tout en tentant de dédramatiser la situation, le premier responsable du secteur s'est tout de même engagé à régler ce problème, quitte à «attribuer le marché de gré à gré». Le chef de daïra et le SG de Boumerdès agressés   Le chef de la daïra de Boumerdès et le secrétaire général de la commune ont été violemment agressés, dans l'après-midi de mercredi par trois jeunes ayant érigé un mur de clôture autour d'une surface de 20 ha relevant du domaine privé de l'Etat. L'agression s'est produite au-lieudit Sahel, quand les deux responsables s'y sont rendus en compagnie des services de sécurité pour exécuter l'arrêté de démolition du mur en question, apprend-on de source locale. Les auteurs de cet acte ont été placés sous mandat de dépôt,  précise-t-on. Les deux commis de l'Etat auraient reçu plusieurs coups de poing de la part des mis en cause. Ces derniers ont tenté de s'en prendre même aux gendarmes qui les ont arrêtés, ont souligné des riverains. Cet incident dénote que les opérations de démolition des constructions illicites ne sont guère aisées dans la région. Surtout lorsqu'on sait que certains contrevenants se sont habitués à piétiner la loi en toute impunité, depuis plusieurs années .