mis à jour le

Laâridh ne prétend pas trouver des solutions immédiates à toutes les questions

Les représentants du gouvernement et des deux principales organisations des employeurs ( UTICA ) et des travailleurs ( UGTT ) ont été unanimes, ce samedi, pour affirmer lors d’une conférence à Tunis, que le conseil national du dialogue social « est le garant d’un dialogue tripartite permanent, régulier et global ».
Les différents intervenants à la conférence tripartite sur l’institutionnalisation du dialogue social, organisée samedi à Tunis, ont aussi affirmé que le conseil du dialogue social, annoncé dans le contrat social, signé le 14 janvier 2013, bénéficie d’une autonomie administrative et financière.
La composition du conseil est tripartite à égalité entre les parties signataires du contrat.

Le chef du gouvernement provisoire ,Ali Laâridh ,a affirmé, à l’ouverture de la conférence, l’importance du consensus en cette étape difficile de transition que traverse le pays.
Il a aussi salué la compréhension et le sens de responsabilité des employeurs et de la direction syndicale au moment du dialogue qui a abouti à un consensus national autour du contrat social. « L’actuel gouvernement oeuvre pour trouver des solutions en cette période difficile que traverse le pays par la mise en place d’un programme économique et social qui vise à réduire le chômage et à augmenter le rythme du développement régional », a-t-il soutenu.

Laâridh a ajouté que le gouvernement cherche, avec patience et persévérance, à faire face au legs de l’ancien régime et aux défis du présent sans pour autant prétendre trouver des solutions immédiates à toutes les questions ni à réduire toutes les tensions. « Le dialogue demeure le seul moyen pour promouvoir la situation dans le pays », a-t-il dit, réaffirmant que l’institutionnalisation du dialogue est « la locomotive qui permettra de concrétiser le contrat social ».
De son côté, le ministre des affaires sociales, Khalil Zaouia a indiqué que cette conférence tripartite s’inscrit dans le cadre de suivi du contrat social qui vise l’instauration de relations professionnelles évoluées, fondées sur l’institutionnalisation du dialogue social tripartite. Il s’agit aussi de garantir le développement économique et social en tenant compte des intérêts de toutes les parties, a-t-il ajouté. « Le Conseil National du Dialogue Social constitue le cadre adéquat pour concrétiser les orientations et les objectifs contenus dans le contrat social », a-t-il encore dit.
« Les parties sociales ont donné au conseil d’importantes prérogatives dont notamment le suivi du climat social général et le contrôle du respect de la législation sociale, tout en accordant un intérêt à l’ensemble des préoccupations des organisations syndicales des travailleurs et des employeurs », a précisé le ministre des affaires sociales.
Les parties signataires du contrat social ont appelé à ce que le conseil national du contrat social soit consulté concernant les projets de textes législatifs en rapport direct ou indirect avec le domaine social.
Le conseil se chargera également de l’examen des questions socio- économiques telles l’emploi et les relations professionnelles qu’il juge intéressant d’évoquer et de fournir des recommandations.

Tunisie Focus

Ses derniers articles: Dimanche , Ban Ki-moon a reçu le rapport des enquêteurs de l’ONU en Syrie  Une météorite tombe  Journée internationale de la démocratie . Bla-bla-bla chez les arabes