mis à jour le

Y a-t-il un trafic de cartes consulaires ?

Les relations entre le consulat général d'Algérie à Paris et le Mouvement des citoyens algériens en France (MCAF) se sont détériorées à cause d'une nouvelle affaire de trafic supposé de cartes consulaires. Saisie jeudi dernier, la justice française a renvoyé l'affaire au mois d'avril 2014. Paris. De notre correspondant De quoi s'agit-il au juste ? Il y a quelques mois, le MCAF avait été alerté par un résident algérien qui avait constaté que sa carte consulaire avait été subtilisée pour les besoins d'un déménagement. Contacté par El Watan, Omar Aït Mokhtar, président du MCAF, a confirmé l'accusation et expliqué le mécanisme de subtilisation : «Un membre de notre mouvement est allé au consulat d'Algérie à Paris pour demander sa carte consulaire. Mais grande fut sa surprise lorsque les agents lui ont appris qu'il avait déjà eu sa carte consulaire et qu'il avait même effectué un déménagement vers l'Algérie avec ce document. Or, ce résident n'a jamais fait de déménagement.» El Watan a pu contacter la personne en question ; il s'agit de Mohand Barache. Ce dernier, par téléphone, a confirmé sa mésaventure : «En novembre 2012, je suis allé au consulat pour refaire ma carte. Le préposé au guichet m'a tout de suite dit qu'il ne pouvait pas me refaire ma carte consulaire, car soi-disant je m'en suis servi pour un déménagement en Algérie. Or, il se trouve que je n'ai jamais déménagé.» Et d'ajouter : «Je pense que c'est une autre personne qui a fait un déménagement avec ma carte consulaire, avec la complicité des services du consulat, qui auraient délivré une fausse procuration au faux déménageur !» «Il n'y a jamais eu de trafic. Ce ne sont que des paroles» Quinze jours plus tard, raconte-t-il, M. Barache a été convoqué par un responsable, à l'ambassade d'Algérie à Paris. «Ce responsable m'a rassuré et demandé de ne pas déposer plainte pour taire cette affaire 'algéro-algérienne'.» Et d'enchaîner : «Devant la tournure prise par les événements, j'ai fini par faire une main courante au commissariat de police de Clignancourt, dans le 18e arrondissement de Paris. Depuis, le consulat m'a demandé de venir pour renouveler ma carte consulaire, mais j'ai refusé en attendant la décision de la justice française.» Pour la représentation algérienne, l'accusation du MCAF est sans fondement et ne repose sur aucune preuve tangible ; c'est ce qui l'a poussé à saisir la justice française pour diffamation. Convoquées jeudi pour s'expliquer devant la 17e chambre correctionnelle de Paris, les deux parties se sont renvoyé mutuellement les accusations, mais sans rentrer dans le vif des débats. Pour maître Khaled Lasbeur, avocat du consulat général d'Algérie à Paris, cette histoire s'apparente à une simple manipulation de la part du MCAF. Affirmant qu'il n'y a jamais eu de trafic de cartes consulaires, l'avocat estime que c'est la dignité de l'institution consulaire qui a été touchée, et donc l'honneur du consul général lui-même, M. Ouali. «Nous avons vérifié avec le consul général les dossiers un par un. Ce qui ressort, c'est qu'il n'y a jamais eu le moindre trafic. C'est pour cette raison que j'ai attaqué le MCAF en diffamation.» Et d'ajouter : «Le MCAF n'a présenté aucune preuve. Ce ne sont que des paroles qui sont de nature à semer la discorde au sein de la communauté algérienne en France. C'est un moyen pour M. Aït Mokhtar de se faire connaître, lui qui a échoué à devenir député.»  «Comment une personne dépendant du consulat de Bobigny (93) peut-elle savoir ce qui se passe dans celui de Paris ? C'est du n'importe quoi !», conclut-il. Les relations entre les représentations diplomatiques algériennes et une partie des résidents algériens vivant en France, notamment à Paris, ont souvent été difficiles. D'aucuns les accusent de bureaucratie et d'être loin des préoccupations quotidiennes des Algériens de France, sauf à l'approche des échéances électorales.

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien 

trafic

AFP

Gabon: des interpellations pour trafic de bois et d'ivoire

Gabon: des interpellations pour trafic de bois et d'ivoire

AFP

Après l'ivoire, la peau des ânes africains au coeur d'un trafic meurtrier

Après l'ivoire, la peau des ânes africains au coeur d'un trafic meurtrier

AFP

Bénin: l'homme d'affaires béninois Sébastien Ajavon impliqué dans un trafic de drogue présumé

Bénin: l'homme d'affaires béninois Sébastien Ajavon impliqué dans un trafic de drogue présumé

cartes

AFP

Présidentielle au Niger: retrait des cartes d'électeurs pour le 1er tour

Présidentielle au Niger: retrait des cartes d'électeurs pour le 1er tour

AFP

En Afrique, la montée en puissance de banques locales redistribue les cartes

En Afrique, la montée en puissance de banques locales redistribue les cartes

AFP

Guinée: les cartes d'électeur sont récupérées... par procuration aussi

Guinée: les cartes d'électeur sont récupérées... par procuration aussi