mis à jour le

Bouteflika, le DRS et le 4e mandat

Une information reprise par le journal online TSA fait état d'une agitation inhabituelle du clan présidentiel à la suite du déclenchement de l'opération «mains propres» lancée par le DRS. L'entourage de Bouteflika estime  que des menées subversives sont lancées contre le 4e mandat brigué par le Président. Il réplique en mettant en place, il y a trois semaines, une cellule spéciale. Pour une «première», c'en est une. Incontestablement. L'«entourage» du président de la République, chef suprême des armées, accuse - par source anonyme interposée -, nommément, les «services» du Département du renseignement et de la sécurité (DRS) de vouloir torpiller ses projets futurs, à savoir briguer un quatrième mandat et réviser la Constitution. Par dérobades et faux-fuyants, la communication présidentielle, prisonnière de l'ère néolithique, tente d'allumer des contre-feux. Ne réagissant pas sur le fond, notamment à la mise en cause directe du conseiller et frère du président, Saïd Bouteflika, de Chakib Khelil, ex-ministre de l'Energie et ami du président Bouteflika, respectivement cités dans l'octroi frauduleux, entre autres, de marchés publics à caractère sensible et stratégique à des groupes français et américains, ainsi que la mise en place d'un système gigogne de prévarication, le fameux «entourage du président de la République» préfère se perdre en conjectures, prétextant la lutte de clans, les tirs de barrage.   Selon le journal online TSA (Tout sur l'Algérie), l'«entourage du président Bouteflika - s'agit-il de Saïd Bouteflika himself?! - est désormais convaincu que l'opération «''mains propres'' lancée par le DRS n'a pas pour unique objectif de lutter contre la corruption, elle vise directement à empêcher le Président de briguer un quatrième mandat ; d'introduire certains articles dans la révision de la Constitution relatifs notamment à la création des postes de vice-président et de ministre de la Défense». «cellule spéciale» à la présidence  TSA rapporte par ailleurs que l'entourage présidentiel a décidé de réagir «après avoir laissé le DRS prendre l'initiative, en multipliant les enquêtes de corruption sur les contrats attribués dans différents secteurs». Cette «cellule spéciale» mise en place «il y a trois semaines» à la Présidence, précise-t-on, composée de six membres, dont «deux grands spécialistes dans les enquêtes à la retraite, des experts en droit et un ancien attaché militaire dans un pays musulman (?)», est chargée de suivre l'évolution des enquêtes en cours sur la corruption, notamment le scandale Sonatrach II. «De hauts responsables et anciens hauts cadres de l'Etat sont impliqués dans ces scandales, arguait la source de TSA. Le Président veut s'assurer que ces enquêtes sont menées dans le cadre de la loi et que toutes les personnes impliquées, quel que soit leur rang, soient sanctionnées d'une façon exemplaire.» Cette cellule «spéciale» sera-t-elle l'interface du DRS et de son service central de la police judiciaire -- créé en 2008 par décret présidentiel -- ou un service parallèle ? Rappelons que le 3 mars dernier, le ministre des Finances, Karim Djoudi, avait lancé officiellement les «activités» de l'Office central de lutte contre la corruption présidé par un magistrat proche du clan présidentiel. Le lancement tardif de cet office avait été interprété comme une volonté de «dessaisir» le DRS de ses missions de lutte contre la corruption.  

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien 

DRS

Bouteflika

Il parle enfin, mais c'est pour mieux se taire

Il parle enfin, mais c'est pour mieux se taire

La rédaction

Les juges encouragés

Les juges encouragés

La rédaction

Un nouveau service du DRS a été dissous : la presse algérienne échappera-t-elle

Un nouveau service du DRS a été dissous : la presse algérienne échappera-t-elle