mis à jour le

Nominations clientélistes ou népotiques : Ibrahima Sène prend la défense de Macky

Avec sa franchise réputée qui le fait passer parfois pour un ours, Ibrahima Sène du PIT, tout comme Dansokho, son patron, n'est pas du genre à garder la langue de bois, quand il veut distiller ses quatre vérités. Dans cette correspondance open, il fait part de ses sentiments sur les reproches qu'on fait à son ami Macky Sall, et qu'il trouve injustes. Nous vous livrons son discours in extenso.

La nomination du tailleur de Mm la Présidente au CESE a servi de prétexte, une nouvelle fois, à une critique, tout azimut, des nominations effectuées par le Chef de l'Etat, Macky Sall. Il est accusé de « népotisme », de clientélisme », de promotion de la « médiocrité » etc, etc .... Ce faisant, les gens semblent oublier les signaux forts qu'il a donnés comme gage de son engagement à mettre la « patrie au dessus du parti ». La composition de son gouvernement, de l'Assemblée nationale et du CESE montre à souhait, que son parti n'a nulle part été prépondérant, pour un Président en exercice.
Mieux, il n'a pas hésité à se débarrasser de grands cadres de son parti pour incompétence aux Affaires étrangères, au Ministère de l'Intérieur, et à la Présidence de la République. Mais au Sénégal, malheureusement un nouveau type de délit commence à apparaître, c'est celui "d'incompétence", du fait de la parenté, de l'appartenance politique, ou d'amitié. Quand on est parent, ami ou membre d'un même parti qu'un Président de la République, on est "incompétent" pour 'être promu dans des responsabilités publiques! C'est une hérésie. Les seuls critères qu'il ne faut pas perdre de vue en République, sont l'aptitude professionnelle à occuper la fonction, l'étique et la moralité avérée.
Ce qui est inacceptable en République démocratique, c'est la discrimination des citoyens, pour des raisons de race, de religion, d'ethnie, de caste, de conviction politique et idéologique. Mais, la promotion de ses partisans compétents et de moralité et d'éthique avérée, est acceptable en République démocratique, comme c'est le cas aux USA, où le Président élu, balaie l'administration héritée du vaincu, pour placer ses hommes et femmes, sans que personne ne crie au scandale. Mais, pour ce faire, il y a des procédures transparentes de nomination aux hautes fonctions civiles et militaires, c'est leur audition par le SENAT. C'est exactement pour cela que les Conclusions des Assises nationales ont préconisé, dans la réforme de l'Etat, d'instaurer un appel à candidature pour les hautes fonctions publiques, et l'audition des Candidats par l'Assemblée nationale.
Le retard mis à réformer les Institutions est la cause de la continuation du pouvoir, du Président de la République, hérité de Wade, de nommer, de façon discrétionnaire, aux emplois civils et militaires, avec toutes les dérives que comporte tout pouvoir discrétionnaire. Donc, au lieu de nous offusquer, à chaque nomination, mobilisons-nous pour la refonte de l'Etat, telle que prévue dans les Conclusions des Assises nationales.
Dans tous les cas, le débat est ouvert.
Cheikh Ba
REWMI QUOTIDIEN

Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye 

défense

AFP

Mali: le ministre de la Défense nommé chef du gouvernement

Mali: le ministre de la Défense nommé chef du gouvernement

AFP

Réforme constitutionnelle au Bénin: démission du ministre de la Défense

Réforme constitutionnelle au Bénin: démission du ministre de la Défense

AFP

L'armée allemande aux avant-postes de la défense européenne en Afrique

L'armée allemande aux avant-postes de la défense européenne en Afrique