SlateAfrique

mis à jour le

Une militante homosexuelle ougandaise récompensée

La militante LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres) ougandaise Jacqueline Nabagesera, vient de recevoir le prestigieux prix Martin Ennals pour les droits humains. Cette distinction lui a été décernée pour saluer le combat qu’elle mène dans le cadre de son association Freedom and Roam Uganda contre les discriminations dont sont victimes les homosexuels.

«C’est une femme exceptionnelle, d’un courage rare; elle lutte sous le coup des menaces de mort pour le respect de la dignité humaine et les droits des minorités», a déclaré le jury de la fondation Ennals basée à Genève en Suisse, en attribuant le prix à Jacqueline Nabagesera.

Le prix Martin Ennals est la principale distinction du mouvement mondial des droits de l’homme. Le jury est composé des représentants d'ONG comme Amnesty International, Human Rights Watch et la International Commission of Jurists. D’une valeur de 20.000 francs suisses (16.000 euros), il permet d’encourager et d’aider diverses initiatives en faveur du respect des droits de l’homme. Jacqueline Nabagesera reçoit ce prix trois mois après la mort en janvier 2011 d’un autre militant homosexuel ougandais, David Kato, tué dans des circonstances non encore élucidées.

Il faut dire que l’homophobie est pratiquement un sport national en Ouganda. Les homosexuels, hommes et femmes, lorsqu’ils sont dénoncés ou soupçonnés, sont obligés de changer de domicile régulièrement pour éviter les agressions. Surtout depuis qu’un journal a publié une liste d'homosexuels présumés en appelant à les «pendre» —liste dans laquelle figurait le nom de Jacqueline Nabagesera.

En 2009, un député avait déjà proposé de condamner les homosexuels à la prison à vie au lieu des quatorze ans prévus actuellement pour les coupables d'«outrage d'homosexualité». Cette proposition de loi, baptisée «loi antihomosexualité», vient à nouveau d'être présentée au Parlement ougandais. Elle prévoit également la peine de mort pour les personnes séropositives qui auraient des rapports homosexuels.

L’homosexualité est toujours interdite dans 37 pays du continent africain et les sentiments homophobes y sont très répandus. Cette haine est d’ailleurs fortement encouragée par certains prêtres fondamentalistes chrétiens et de nombreux chefs religieux et traditionnels.

Les Nations unies ont d'ailleurs épinglé l’Ouganda (un Etat membre) pour ses positions sur l’homosexualité, qu'elle estime contraires aux droits de l’homme.

Lur sur BBC News