mis à jour le

Lettre ouverte au président de la République : Contribution à la création d'emplois dans le secteur du transport public au Sénégal (Alphousseyni Sadio)

Monsieur le président de la République, après votre brillante élection, à la tête du pays, votre style de gouverner avec sobriété et discrétion nous laisse espérer des lendemains meilleurs. En effet, votre combat pour le civisme et la gestion vertueuse au Sénégal est un chantier prometteur. C'est en espoir à cette éventualité que nous proposons à votre excellence cette contribution.

Monsieur le président de la République, je rêve souvent d'un Sénégal prospère, tranquille pour les générations futures. Une nation, un pays et un Etat «propre» où il fait bon vivre. Ce pari, nous pouvons le réussir si nous lui consacrons les éléments qu'il faut: les acteurs, le cadre, les outils et le temps.

Monsieur le président de la République avec une Concertation nationale sur le transport avec ces inombrables et effroyables accidents de la circulation, ces morts des routes, il est permis d'espérer l'arrêt de cette hécatombe. Cette peur de nos routes, bus, cars, chauffeurs, apprentis, rabatteurs et gares routières mérite réflexion pour que voyager à travers les routes du Sénégal soit plaisir, souvenir et nostalgie.

Objectif : création d'emplois
Cadre : Gares routières
Moyens : cars, bus
Acteurs : Etat, Mairies, Collectivités locales, Syndicats, Forces de l'ordre, Chauffeurs, voyageurs, commerçants, clients, mécaniciens, apprentis, rabatteurs etc...

Réaménagement proposés

Ce sont des aménagements proposés pour une utilisation efficace et efficiente de chaque espace.

Les gares routières

Leur réaménagement donnera :
Un grand hangar avec boutiques ou cantines, restaurants, cafés, toilettes et autres comodités (grand écran électronique pour l'annonce des départs et arrivées)
Une partie réservée aux départs
Une partie réservée aux arrivées
Une partie réservée à la pesée des bagages et à l'embarquement.
Un hangar mécanique : il comprendra des ateliers de réparation de dépannage de véhicules avec toutes les comodités devant permettre de travailler de façon autonome.
Rôle : dépanner, réparer, contrôler, donner un avis sur les autorisations de circulation délivrées aux cars et bus. Cette description des aménagements correspond presque à celles des aérogars. En effet au-delà de la main d'½uvre que ces aménagements mobiliseront, ils constitueront les prémisses de création de milliers d'emplois pour tous les Sénégalais avec les volets suivants :
La propreté des gares routières : elle sera confiée à une équipe sur appel d'offres et une grande récompense pour chaque année à la gare routière la plus propre (prix remis par une haute autorité étatique).
La sécurité : elle est prioritaire dans tout cet espace. Contrôle à l'entrée et à la sortie des véhicules, passagers et bagages par les agents avec détecteurs de métaux.

Vols et pertes de bagages : anihiler avec cette organisation et le désencombrement de tous les abords de cet espace.
Vente des tickets : C'est un espace sécurisé et informatisé chaque passager, doté d'un ticket dont une partie servira à identifier ces bagages pesés. Seuls les bagages en main ne seront pas étiquetés.
Emplois :
Les acteurs et animateurs de cet espace seront très nombreux. Aux spécialistes d'en déterminer et de définir leur nombre et leur qualité.

Mais d'ores et déjà on pensera à
Un directeur ou gestionnaire de chaque gare routière. Il lui sera enjoint une équipe d'exploitation avec des comptables, informaticiens, secrétaires, commerciaux. Puis, il y aura des fonctionnaires chauffeurs recrutés à partir des tests psychotechniques et visites médicales.

Les mécaniciens : regroupés autour d'un chef d'équipe, ils seront recrutés à partir des diplômes, tests psychotechniques et visites médicales.

Les agents de sécurité : recrutés sur la même base.

Tous ces agents seront sous le contrôle du gestionnaire et de son Drh qui appliqueront les règles de fonctionnement inhérentes à toute entreprise publique ou parapublique. Les commerçants ou commerciaux occupant l'espace commercial ou cantines. Ils seront exclusivement sénégalais, en particulier les ambulants qui signeront un engagement de respect de la discipline et la salubrité du lieu de travail au risque de s'exposer aux amendes prévues ou leurs exclusions par la brigade du service d'hygiène.

Ainsi, le nombre d'employés de chaque gare routière sera fonction de son niveau d'activité économique. Au niveau national, la réplication de ce projet au niveau local, départemental, régional permettra de générer des milliers d'emplois, surtout dans les localités à forte activités économiques et de stabiliser politiquement le pays ainsi il faudrait un grand organe administratif pour gérer toute cette activité.

O.N.T.R.A.S.

C'est l'Office National du Transport Routier du Sénégal : il sera géré par un haut fonctionnaire de l'Etat. Ce haut fonctionnaire sera épaulé par une équipe compétente de logisticien de transport et aura pour tâche de coordonner les offices régionaux de transport et d'impulser une bonne politique de transport sécurisé à travers l'espace national et international (vers les pays frontaliers du Sénégal).

Le budget de cet office sera autonome et ne proviendra que de ces activités transportalières.
Budget :
Il sera indépendant du budget de l'Etat. Le transport peut générer ses propres ressources finanières. Ainsi, un prélèvement sous forme de taxe sur chaque ticket de voyageur et bagage sera prélevé en plus des tickets de location des cantines. Cet ensemble peut constituer un budget conséquent.
Dépenses :
Ce sont les salaires payés aux emploiyés à partir du budget Les dépenses de location, des bus et cars (provisoires)
Excédents :
Ils seront orientés vers des investissements
Achat de bus neufs plus adaptés au transport voyageurs
Motivation des travailleurs méritants
Diverses sollicitations
Déficits :
Ils seront analysés et compensés aux besoins par l'Etat ou les collectivités locales.
Investissements :
Sous la supervition du conseil d'administration de l'Office et le contrôle de l'Etat, le gestionnaire sous réserve de l'accord de l'Office et la garantie de l'Etat peut soumettre une demande de financement d'une partie de ces activités à une banque ou à une institution financière.

Pour conclure Monsieur le président de la République sur cette idée, je voudrais qu'on y associe le secteur privé. J'espére que les retombées immédiates de l'application de cette réflexion apaiseront le climat politique et amorceront un véritable décollage économique par les changements qu'apporteront ces emplois.

Enfin, l'idée de «voyager propre», voyager en sécurité, voyager en confiance et voyager sans perdre de temps permettra d'annuler les différentes entraves du voyage au Sénégal. Des entraves telles que les accidents fréquents, des pannes fréquentes, des contrôles fréquents, divers agacements, arongances et violences constatés au cours des voyages et qui générent souvent des pertes de temps inutiles.

Cette perspective de modernisation du transport sera un atout de développement économique et de croissance économique, de programmation des activités économiques en liaison avec les instruments modernes du business (téléphone portable, fax, e-mail et internet). La perspective de voir disparaître les gares routières «sauvages» partout et n'importe où avec son corollaire de rabatteurs et agresseurs qui pourront être recrutés comme chargeurs dans les gares routières.

Tout cela peut faire espérer l'avènement :
- des loisirs ;
- de voyages de découvertes ;
- du tourisme de découverte :
- de meilleurs gestions de grands mouvements de populations (Magal, Gamou, Pente côte, Tabaski, Korités, Grandes vacances etc...).

Enfin pour terminer Monsieur le président, j'ose espérer qu'on aura affirmé avec fierté avoir maîtrisé ce secteur pour l'avoir modernisé sans grands frais ni financement extérieur. L'expertise locale aura fini de convaincre de sa capacité à prendre en charge beaucoup de secteurs économiques du pays en les réorganisant et en créant des emplois.
Veuillez agréer, Monsieur le président l'hommage de mon pronfond respect.

Alphousseyni SADIO
Technicien Supérieur de Laboratoire
SAMU Grand Yoff - Ingénieur Gestion urbaine (ENA) - Master en Macroéconomie (FASEG)

Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye 

lettre

Actualités

Lettre d’Alger : La surexcitation

Lettre d’Alger : La surexcitation

Steven LAVON

Bloqué au Qatar avec sa famille, le Franco-algérien Zahir Belounis appelle Zidane et Guardiola

Bloqué au Qatar avec sa famille, le Franco-algérien Zahir Belounis appelle Zidane et Guardiola

Oumar DIARRA

Afrobasket 2013 / Sénégal: Le président de la fédé envoie une lettre de protestation

Afrobasket 2013 / Sénégal: Le président de la fédé envoie une lettre de protestation

président

AFP

Angola: le président dos Santos ne se présentera pas

Angola: le président dos Santos ne se présentera pas

AFP

Angola: Dos Santos, président énigmatique et tout-puissant

Angola: Dos Santos, président énigmatique et tout-puissant

AFP

Gambie: Yahya Jammeh, imprévisible président

Gambie: Yahya Jammeh, imprévisible président

république

AFP

Burkina: début des travaux pour une nouvelle Constitution et une Ve République

Burkina: début des travaux pour une nouvelle Constitution et une Ve République

AFP

République démocratique du Congo: l'ex-rébellion M23 demande un nouveau programme de démobilisation

République démocratique du Congo: l'ex-rébellion M23 demande un nouveau programme de démobilisation

AFP

Air cocaïne: l'Egypte extrade le Français Naudin vers la République dominicaine

Air cocaïne: l'Egypte extrade le Français Naudin vers la République dominicaine