mis à jour le

Abdoulaye Sana de CB Energies : « Avec la mesure de détaxation des produits solaires importés, nous sommes dans une situation de distorsion de concurrence »

Abdoulaye Sana est responsable commercial à CB Energie Dédougou. Il se prononce, dans l'interview qui suit, sur la mesure de détaxation des produits solaires importés, ses difficultés d'application sur le terrain et sur la question de l'existence ou non d'une politique de promotion des énergies renouvelables au Burkina Faso.

Lefaso.net : Le gouvernement a pris une mesure détaxant pour cinq ans les produits solaires importés. En tant qu'acteur du domaine, comment l'accueillez-vous ?

Abdoulaye Sana : C'est une bonne chose. Elle est la bienvenue pour le développement du secteur de l'énergie solaire au Burkina.

Quel bilan pouvez-vous faire à ce jour de l'application de cette mesure gouvernementale de détaxation des produits solaires ?

La mesure de détaxation des produits solaires est en vigueur. Mais, elle a encore du mal à être appliquée. Les douaniers ne sont pas encore suffisamment informés sur la disposition. Et la société Cotecna, qui est chargée de contrôler et de donner les codes douaniers, n'est pas en accord avec les codes exonérés. Elle ne reconnaît pas aussi tous les produits comme solaires.

Bref on continue de payer les taxes sur une partie des équipements. Pire, pour ce qui est par exemple de notre activité de fabrication de petits produits (lampes, lampadaires...) solaires au Burkina, nous sommes dans une situation de distorsion de concurrence car nous n'avons pas de détaxe sur tous les composants (matières premières que nous utilisons pour le montage de nos produits) alors que les commerçants ont des exonérations complètes sur des produits similaires mais importés tels quels ! Cela met en péril notre activité.

La mesure de détaxation peut-elle profiter vraiment au développement du secteur ?

Malgré les difficultés d'application sur le terrain, la mesure est, comme je l'ai dit tantôt, la bienvenue pour le développement de l'énergie solaire. Mais, elle doit être aussi accompagnée d'une professionnalisation des acteurs et d'un contrôle de qualité des produits importés. La formation des acteurs est également primordiale (administration, douaniers, bureau de contrôle, rédacteur des DAO...).

Quels autres moyens faudrait-il envisager pour une meilleure promotion des énergies renouvelables au Burkina Faso ?

Il faut aussi réaliser plus de projets de petites tailles, il faut que l'on fasse davantage confiance aux acteurs locaux. Il faut se tourner vers le service rendu par les installations et se connecter sur certaines solutions techniques comme le pompage, la production en connecté réseau sur les bâtiments administratifs.

Mais, y-a-t-il à ce jour une politique du Burkina en matière d'énergie renouvelable ?

On peut dire qu'il y a une politique en matière d'Energies renouvelables au Burkina. Elle se traduit par l'appui des autorités à certains projets comme le programme bio-digesteur ou Jatropha. Mais, je note aussi qu'il n'y a pas de vraies mesures pour permettre d'intégrer véritablement les Energies renouvelables dans le processus de développement du pays. L'on procède toujours par des actions au coup par coup.

Pouvez-vous présenter en deux mots votre société ?

CB Energie a été créée en 2004. Elle compte aujourd'hui 30 travailleurs permanents, tous déclarés à la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS), et avec quelques temporaires. Le chiffre d'affaires moyen sur les dernières années est d'environ 100 millions de CFA/an.

Entretien réalisé par Grégoire B. BAZIE

Lefaso.net

Le Faso

Ses derniers articles: Tirage au sort des barrages de la coupe du monde 2014 :  Paroisse de Bissighin : les élèves et étudiants  Coupe OAPI : ONEA en dames et SONABHY en hommes 

énergies

AFP

Energies renouvelables: sommet panafricain

Energies renouvelables: sommet panafricain

AFP

Afrique: les planètes sont alignées pour les énergies vertes

Afrique: les planètes sont alignées pour les énergies vertes

AFP

Energies renouvelables: le Kenya mise sur la géothermie pour son électricité

Energies renouvelables: le Kenya mise sur la géothermie pour son électricité

concurrence

AFP

Au Nigeria, le monde du textile se plaint de la concurrence des Chinois

Au Nigeria, le monde du textile se plaint de la concurrence des Chinois

Business

Les fast-foods se disputent Harare

Les fast-foods se disputent Harare

[email protected] (Author Name)

Télécoms: Tunisiana se plaint d'être plus

Télécoms: Tunisiana se plaint d'être plus