mis à jour le

MNLA: pas d’élection à Kidal sans négociation avec Bamako

Un soldat du MNLA, le 26 février à Kidal.

Au Mali, le gouvernement affiche sa détermination à organiser l’élection présidentielle dont le premier tour devrait se tenir le 7 juillet. Certains sont sceptiques. A Bamako le président de la Céni estime que le délai n’est pas tenable. Romano Prodi, envoyé spécial des Nations unies pour le Sahel, juge que ce sera difficile. Et qu’en sera-t-il dans les zones du pays contrôlé par le MNLA ? Pour Mahamadou Djeri Maïga, le vice-président du mouvement qui est en visite en France, il n’est pas question d’organiser des élections avant l’instauration d’un dialogue avec Bamako, ni de laisser l’armée malienne reprendre le contrôle du nord.

Mahamadou Djeri Maïga

Vice-président du MNLA

Si on n'est pas écoutés, si on veut coûte que coûte nous mettre à la merci du Mali, sans accord, sans rien, nous on apprend, on apprend à faire la guerre! La France sait qu'on ne va pas accepter de se désarmer sans qu'il y ait un consensus entre nous et le gouvernement du Mali.

 

Par RFI

Kidal

AFP

Mali: trois Casques bleus tués dans une attaque jihadiste

Mali: trois Casques bleus tués dans une attaque jihadiste

AFP

Mali: la Croix-Rouge reprend ses activités

Mali: la Croix-Rouge reprend ses activités

AFP

Mali: rentrée scolaire

Mali: rentrée scolaire

Bamako

AFP

Mali: l'ex-président "ATT" de retour

Mali: l'ex-président "ATT" de retour

AFP

"Mali Twist": la jeunesse de Bamako dans l'oeil de Malick Sidibé

"Mali Twist": la jeunesse de Bamako dans l'oeil de Malick Sidibé

AFP

Mali: hommage aux victimes de l'attentat islamiste près de Bamako

Mali: hommage aux victimes de l'attentat islamiste près de Bamako