mis à jour le

Mali : la traque aux islamistes

« Dans chaque colonne, une douzaine de Français des forces spéciales accompagnent les Tchadiens. »

REPORTAGE – Les soldats tchadiens ont payé un lourd tribut, aux côtés des Français, dans les combats menés contre les djihadistes au Nord-Mali. Le photographe Patrick Robert les a rencontrés sur place.

 

Une colonne des Fatim (Forces armées tchadiennes en itervention au Mali), quelque part entre Kidal et Tessalit. Ces hommes ont joué un rôle clé dans la guerre contre Aqmi.

Une colonne des Fatim (Forces armées tchadiennes en itervention au Mali), quelque part entre Kidal et Tessalit. Ces hommes ont joué un rôle clé dans la guerre contre Aqmi.

C’était en février dernier, dans l’Adrar de Tigharghar, partie du massif des Ifoghas, au nord-est du Mali. Le commandement français venait de lancer l’opération «Panthère IV», définie comme «la dernière phase» de l’intervention Serval, selon François Hollande. Objectif: déloger les ultimes combattants d’Aqmi (al-Qaida au Maghreb islamique) et du Mujao (Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest) de ce massif montagneux et rocailleux, qui leur sert de forteresse naturelle. La géologie et la topographie en font un repaire idéal, difficilement accessible et fourmillant de grottes, cavernes, tunnels. Autant de caches pour stocker eau, vivres, armes, carburants et munitions. Et autant de geôles potentielles pour les otages français retenus par la nébuleuse islamiste…

 

"Les forces spéciales françaises d'un «détachement de liaison»."

« Les forces spéciales françaises d’un «détachement de liaison». »

La manoeuvre consiste à prendre l’ennemi en étau dans son sanctuaire supposé: la vallée d’Amettetaï, orientée est-ouest le long d’un oued où poussent quelques épineux bien utiles au camouflage. Une zone de 25 kilomètres sur 25 au début, qui se réduira progressivement et méthodiquement à un carré de 5 kilomètres sur 5. La progression se fait sur trois axes: les parachutistes du 1er RCP (régiment de chasseurs parachutistes) et du 2e REP (régiment étranger de parachutistes) au nord, les marsouins du 1er Rima (régiment d’infanterie de marine) à l’ouest et les Fatim (Forces armées tchadiennes en intervention au Mali) à l’est. Au total, 2400 hommes progressent sur le terrain, 1200 Français et 1200 Tchadiens. L’adversaire (estimé à 200 ou 300 combattants) est déterminé, voire fanatisé et il faut le déloger rocher par rocher.

 

"Rencontre sur le terrain entre le général français Bernard Barrera, patron de la composante terrestre de Serval et ses homologues tchadiens."

« Rencontre sur le terrain entre le général français Bernard Barrera, patron de la composante terrestre de Serval et ses homologues tchadiens. »

Le 22 février, les Tchadiens lancent l’assaut contre un QG islamiste, âprement défendu. Un appui aérien est fourni par l’armée française. Bilan, de source tchadienne: 26 morts et 66 blessés – dont un général – dans leurs rangs, 96 chez les djihadistes. Parmi ces derniers, les Tchadiens reconnaissentAbou Zeid, l’un des chefs algériens d’Aqmi, auteur de l’enlèvement des salariés d’Areva au Niger en 2010. Une information confirmée depuis par Alger et Paris. Ils affirment également avoir éliminé un autre leader d’Aqmi, Mokhtar Belmokhtar, mais le corps en question n’a pas été officiellement identifié.

 

Fouille d'une maison et découverte d'un dépôt de munitions (photo récupérée auprès de l'armée tchadienne).

Fouille d’une maison et découverte d’un dépôt de munitions (photo récupérée auprès de l’armée tchadienne).

Rusticité, mobilité, rapidité, et assaut frontal

Sur les lieux de l’affrontement, les militaires tchadiens découvrent des stocks d’armement et de munitions (obus, roquettes, grenades), du matériel de propagande (corans, drapeaux) et, trouvaille plus macabre, le passeport de Michel Germaneau, l’ingénieur français kidnappé puis exécuté par Aqmi en 2010. Sans oublier des véhicules «embossés», c’est-à-dire garés dans des tranchées et planqués sous des filets ou des arbustes. Ce qui n’a pas empêché l’aviation de les détruire. Ils font enfin une vingtaine de prisonniers de toutes nationalités et de tous âges (certains sont mineurs), qui seront envoyés à Bamako et remis à la justice malienne.

 

"Le 22 février, les Tchadiens ont fait une vingtaine de prisonniers (photo récupérée auprès de l'armée tchadienne)."

« Le 22 février, les Tchadiens ont fait une vingtaine de prisonniers (photo récupérée auprès de l’armée tchadienne). »

Le bilan des fouilles effectuées dans la vallée d’Amettetaï sera finalement de 1000 roquettes, 1500 obus, 60000 munitions et 22 armements lourds.

Ce fait d’armes confirme ce que les observateurs militaires savaient déjà: le contingent tchadien (environ 2000 soldats) est le plus opérationnel et le plus performant de la Mission internationale de soutien au Mali (Misma). Non seulement l’Armée nationale tchadienne est habituée aux milieux désertiques (les Ifoghas ne sont pas sans rappeler le Tibesti), mais elle n’a pratiquement pas cessé de se battre depuis l’indépendance: à l’intérieur comme à l’extérieur (Centrafrique, Darfour). Le photoreporter Patrick Robert a pu suivre une colonne tchadienne en avril et rapporter ces documents exclusifs (notamment les images fournies par l’armée tchadienne) sur une guerre médiatiquement sous contrôle strict. Il témoigne: «C’était une opération de ratissage, quelque part entre Kidal et Tessalit. Dispositif habituel, mais impressionnant, d’une colonne composée d’une centaine de véhicules: pick-up équipés de bitubes anti-aériens, blindés légers, quelques camions de ravitaillement. La force des Tchadiens repose sur leur mobilité et leur rapidité. La technique ancestrale des rezzous dans le désert, l’assaut frontal par surprise.»

 

"Les munitions découvertes pendant l'opération Panthère IV sont soigneusement examinées par les forces spéciales (photo récupérée auprès de l'armée tchadienne)."

« Les munitions découvertes pendant l’opération Panthère IV sont soigneusement examinées par les forces spéciales (photo récupérée auprès de l’armée tchadienne). »

La famille Déby paye aussi un tribut à la guerre

Le président tchadien Idriss Déby a dépêché au Mali son propre fils: le général Mahamat Idriss Déby, 29 ans. Népotisme? «Je ne pense pas, répond Patrick Robert. Le commandant en chef des Fatim est le général Oumar Bikimo. Le fils du Président est commandant en second et il respecte cette hiérarchie. Jamais il ne fait sentir ses origines familiales. En outre, dans l’armée tchadienne, les généraux – lui comme les autres – ne bénéficient d’aucun privilège: ils mangent et couchent à la dure, comme la troupe. Et au front, ils montent en première ligne. On l’a vu le 22 février dernier, lors des combats de l’Adrar, avec ce général blessé après l’explosion d’une mine sous son blindé. C’est suffisamment rare, en Afrique comme ailleurs, pour être souligné… La présence de Mahamat Idriss Déby est donc plutôt un signal présidentiel à double usage: primo, montrer aux partenaires étrangers son implication personnelle ; secundo, prouver à ses compatriotes que la famille Déby paye aussi un tribut à la guerre.»

 

Au cours de son reportage, le photographe a pu vérifier la collaboration étroite entre l’armée française et son allié tchadien. D’abord, au plus haut niveau, lors d’un briefing entre le général Bernard Barrera, patron de la composante terrestre de l’opération Serval, et le général Oumar Bikimo. Ensuite, sur le terrain, chaque colonne des Fatim est accompagnée d’un «détachement de liaison»: une douzaine de membres du commandement des opérations spéciales (COS) se déplaçant sur leurs propres véhicules. «Les forces spéciales coordonnent les manoeuvres tactiques avec l’état-major de Serval et les éléments français, explique Patrick Robert. Elles localisent les unités tchadiennes, peuvent réclamer et diriger un appui aérien (désignation des cibles), sont en mesure de déclencher une évacuation sanitaire par hélicoptère, si besoin est.»

 

Un retrait progressif des troupes

« Si l’ONU en fait la demande, le Tchad mettra à sa disposition des soldats tchadiens »

Le président Idriss Déby

Reste que les Français comme les Tchadiens ne peuvent pas s’éterniser dans les sables et les pierres du Mali septentrional. Les premiers ont amorcé un «retrait progressif» des éléments arrivés au Mali dès janvier. Les effectifs (4000 aujourd’hui) devraient être réduits de moitié d’ici à juillet. Quant aux Tchadiens, le Parlement de N’Djamena (qui avait donné son accord à l’envoi de l’armée au Mali) a voté le 15 avril une résolution préconisant leur rapatriement «dans un délai raisonnable». Il est vrai que, 72 heures plus tôt, trois soldats avaient encore été tués dans un attentat-suicide à Kidal, la grande ville du Nord où les Fatim ont établi leur base. De son côté, le président Déby a confirmé: «L’armée tchadienne n’a pas de compétence réelle pour faire face à une nébuleuse. Les soldats tchadiens vont retourner au Tchad. Ils ont accompli leur mission.» Avant d’ajouter, prévoyant: «Si l’ONU en fait la demande, le Tchad mettra à la disposition de l’ONU des soldats tchadiens.» En effet, faute de consistance réelle sans la France et le Tchad, la Misma pourrait être absorbée par une force de maintien de la paix onusienne, dont les modalités juridiques et militaires sont actuellement en discussion: la Minuma (Mission des Nations unies au Mali). 11.200 Casques bleus et 1400 policiers à recruter et à financer d’ici à cet été. Inch Allah…

 

Cliquer ici pour voir la vidéo.

 

Jean-Louis Tremblais
 
lefigaro.fr/ Publié le 26/04/2013 à 10:23

Mali Web

Ses derniers articles: Atelier de concertation du HCR sur le retour des réfugiés et déplacés du Mali : Les acteurs en conclave pour la facilitation du processus  ORTM / Journal TV 20h du 15 Septembre 2013  L’étrangleur de Bagadadji étranglé 

Mali

AFP

Religieuse colombienne enlevée: recherches au Mali et au Burkina

Religieuse colombienne enlevée: recherches au Mali et au Burkina

AFP

CAN: le Mali éliminé sans gloire dans la pataugeoire d'Oyem

CAN: le Mali éliminé sans gloire dans la pataugeoire d'Oyem

Football

Le Mali espère un miracle à la CAN 2017

Le Mali espère un miracle à la CAN 2017

traque

AFP

Libye: dans Syrte repris, la traque aux derniers jihadistes

Libye: dans Syrte repris, la traque aux derniers jihadistes

AFP

Nigeria: la police traque les ravisseurs de trois lycéennes

Nigeria: la police traque les ravisseurs de trois lycéennes

AFP

Gambie: la traque des auteurs de l'attaque bouleverse le quotidien

Gambie: la traque des auteurs de l'attaque bouleverse le quotidien

islamistes

AFP

Algérie: les islamistes s'organisent avant les législatives

Algérie: les islamistes s'organisent avant les législatives

AFP

Maroc: les islamistes remportent les législatives

Maroc: les islamistes remportent les législatives

AFP

Nigéria: face

Nigéria: face