mis à jour le

Benhachem veut réduire le surpeuplement carcéral

Le délégué général de l’administration pénitentiaire et de la réinsertion, M. Hafid Benhachem a annoncé, jeudi à Tétouan, la mise en place d’une stratégie intégrée pour surmonter le surpeuplement des établissements pénitentiaires.

Cette stratégie se base sur l’élaboration de projets et mesures portant sur la construction, le renforcement de la capacité d’accueil et le réaménagement de prisons, a-t-il indiqué lors d’une journée d’étude traitant du thème “le phénomène de la surpopulation dans les prisons : ses causes et ses solutions”.

Il a ajouté que la période 2002-2012 a vu la construction de 7 établissements pénitentiaires à Tétouan, Oued-Zem, Khouribga, Béni Mellal, Tiflet, Salé et Toulal ainsi que l’ouverture de 5 nouveaux autres centres pénitentiaires pour femmes à Safi, Benslimane, El Adir, Marrakech et Toulal.

La délégation générale de l’administration pénitentiaire et de la réinsertion a également programmé la construction, de nouveaux pénitenciers à Azrou, Fès, Bouizakarn et Sidi Bennour et de 5 prisons à Oujda, Asilah, Nador, El Hoceima et Sefrou, a-t-il poursuivi.

M. Benhachem a également fait état du suivi des travaux de construction de 11 nouveaux établissements pénitentiaires dont 6 avec une capacité d’accueil de 1.300 lits (Al Arjat, Tiflet, Rommani, Aït Melloul, Tanger), de 7 autres prisons ayant une capacité d’accueil de 200 lits à Gercif, Taourirt, Midelt, Zagora, Tata, Tan-Tan et Smara ainsi que la construction d’un centre de détention destiné à accueillir les femmes accompagnées d’enfants à Aïn Sebâa.

L’augmentation du nombre de structures pénitentiaires, a-t-il souligné, vise à réduire le phénomène de l’engorgement, améliorer les conditions d’accueil des pensionnaires et aménager des espaces appropriés en vue de la réinsertion des détenus, tels que les centres pédagogiques, les espaces sportifs éducatifs et culturels.

Selon M. Benhachem, ces établissements gèrent actuellement la situation de plus de 70.000 détenus, un chiffre qui ne dépassait guère 59.000 lors de la création de la délégation générale de l’administration pénitentiaire en 2008, soit une hausse de 12.000 détenus au cours des cinq dernières années.

De leur côté, les participants à cette rencontre ont estimé que la réduction de la population carcérale requiert des approches procédurale, sociale, religieuse ainsi qu’une politique pénale efficiente doublée de l’implication de toutes les composantes de la société.

Selon un rapport présenté par Mustapha Hilmi, directeur de l’action sociale et culturelle au sien de la délégation générale de l’administration pénitentiaire, la superficie réservée à chaque détenu n’a pas connu de changement depuis 30 ans, vu qu’à l’augmentation de 184,7 % de l’espace réservé aux détenus a correspondu un accroissement du nombre de pensionnaires de l’ordre de 188 %.

La Nouvelle Tribune

Ses derniers articles: Peinture : Patrick Jolivet  Le Maroc renforce ses capacités de production en énergie solaire  Plus de 51.000 bénéficiaires de l’Initiative royale “Un million de cartables”