mis à jour le

Mobutu et son épouse Boby Ladawa, décembre 1996, peu de temps avant sa chute / REUTERS
Mobutu et son épouse Boby Ladawa, décembre 1996, peu de temps avant sa chute / REUTERS

Le jour où le dictateur Mobutu versa des larmes en public

Le 24 avril 1990, l'ex-roi du Zaïre rétablissait le multipartisme, en pleurs et devant foule médusée.

Il s’agit probablement de l’une des scènes les plus surprenantes de l’histoire politique africaine de ces  trente dernières années. Et elle se passe en République démocratique du Congo. À cette époque, le pays s’appelle encore Zaïre, et il est dirigé par le plus-que-craint dictateur Mobutu Sese Seko. Nous sommes le 24 avril 1990.

Mais que se passe-t-il exactement ce jour-là? Le journaliste et blogueur d’origine congolaise Trésor Kibangula revient, dans son blog Congolol, sur ce jour qui restera dans les annales de l’Histoire. «Le 24 avril 1990, Mobutu pleura… le multipartisme réinstauré sous les larmes du président de la République», écrit-il.

Si l’on s’en souvient encore, 22 ans après, c’est que le maréchal-président n’était pas n’importe qui, nous fait comprendre le blog Congolol.  Il arrive au pouvoir en 1965 par un coup d’Etat et le dirige d’une main de fer, jusqu’en 1997, avant d’être chassé par les armes… Mobutu est une terreur, ses colères sont foudroyantes et il donne l’image d’un homme que rien ne peut ébranler.

Pourtant, ce 24 avril 1990, nous rappelle Trésor Kibangula, le président Mobutu va en étonner plus d’un. Devant les caméras et sous les yeux médusés de milliers de personnes qui assistent à la fin du parti unique, Mobutu va verser de chaudes larmes.

Réelle émotion ou tentative de ruse? Personne n’aura compris. Mais tout le monde aura retenu cette phrase Comprenez mon émotion». Le blogueur Trésor Kibangula souligne d’ailleurs à juste titre que la phrase est restée dans l’histoire de l’ex-Zaïre, qui, avec de nombreux autres pays de l’Afrique subsaharienne fait face aux vents de la démocratisation.

Seulement, Congolol s’interroge sur ce qu’il reste de cette date historique du 24 avril 1990, le jour où Mobutu a dû lâcher du lest et autoriser le multipartisme? Au vu de la situation pas forcément réjouissante de la RD aujourd’hui, on peut effectivement se poser la question. Les larmes de Mobutu étaient-elles prémonitoires?

Lu sur Congolol

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: L'Angola nomme sa nouvelle autoroute Fidel-Castro, mauvaise idée  En Gambie, une dictature vieille de 22 ans s'achève dans les urnes  Une télé marocaine maquille des femmes victimes de violences conjugales 

Mobutu Sese Seko

Portrait

Chéri Samba, le grand maître de la peinture populaire

Chéri Samba, le grand maître de la peinture populaire

CINEMA

Vie et survie d'une enfant soldat

Vie et survie d'une enfant soldat

RDC

Il ne faut pas plaindre Kabila

Il ne faut pas plaindre Kabila

multipartisme

Cameroun

Moi, Biya, président depuis 30 ans

Moi, Biya, président depuis 30 ans

Homo politicus

Les dirigeants les plus étonnants

Les dirigeants les plus étonnants

Côte d’Ivoire

Comment les pro-Gbagbo peuvent reconquérir le pouvoir

Comment les pro-Gbagbo peuvent reconquérir le pouvoir

démocratie

Politique

En Gambie, une dictature vieille de 22 ans s'achève dans les urnes

En Gambie, une dictature vieille de 22 ans s'achève dans les urnes

AFP

Dans la Tanzanie de Magufuli, développement et démocratie sont-ils compatibles?

Dans la Tanzanie de Magufuli, développement et démocratie sont-ils compatibles?

AFP

Ali Bongo: "la démocratie s'accommode mal de la prise d'assaut d'un parlement"

Ali Bongo: "la démocratie s'accommode mal de la prise d'assaut d'un parlement"