mis à jour le

Journée mondiale de lutte contre le paludisme : Les recherches avancent sur un vaccin burkinabè

Ce 25 avril (2013) est consacrée comme journée mondiale de lutte contre paludisme. Un fléau qui fait des ravages dans les pays du sud. Au Burkina Faso les recherches avancent pourtant dans la formulation d'un vaccin efficace.

Le paludisme est une maladie provoquée par la piqure de l'anophèle femelle. A ce jour, font savoir les spécialistes, il constitue un véritable problème de santé publique. L'on dénombre plus de 300 millions de cas chaque année.

En raison de ses incidences sur le plan social et économique, le paludisme constitue un véritable frein à l'épanouissement des populations. Surtout pour les couches les plus vulnérables qui n'ont pas toujours accès aux meilleures conditions d'accès aux services sociaux de base.

Mais aussi et surtout à cause des comportements à risques dont profite hélas l'agent vecteur. Au Burkina, l'on estime annuellement à 4,5 millions, le nombre de cas annuellement recensés.

Le paludisme et les mauvaises attitudes

Les mauvaises conditions d'hygiène, les flaques d'eau stagnantes, l'absence de système permanent de pulvérisation intra domiciliaire, sont autant de comportements qui ne favorisent pas la recherche de solutions au problème.

Ces attitudes, conjuguées à la capacité de mutation et de résistance du parasite aux traitements, rendent problématique la lutte contre le paludisme, dont on se plait à dire qu'il se trouve au sud et les médicaments au nord.

Et même qu'il ne suscite pas autant d'intérêt et d'engouement que d'autres maladies telles que le Sida. En tout cas, la mobilisation de la communauté internationale n'est pas toujours aussi grande qu'on aurait pu le souhaiter.

Le ''Rts,s'' en bonne voie

Pour autant la recherche fait des progrès. Et au Burkina, plus précisément à Nanoro, des essais sont en phase avancée en vue de la mise au point prochaine d'un vaccin contre le paludisme. Baptisé Rtss, le candidat vaccin est en bonne voie aux dires des initiateurs.

Il est conduit par l'institut de recherche en science de la santé (irss) dans 7 pays africains parmi lesquels le Burkina.

A ce jour, estiment les spécialistes, le vaccin burkinabè est le plus avancé. Notamment en phase 3, c'est-à-dire du point de vue de la sécurité et de l'efficacité, largement au-dessus de la moyenne.

Juvénal Somé

Lefaso.net

Le Faso

Ses derniers articles: Tirage au sort des barrages de la coupe du monde 2014 :  Paroisse de Bissighin : les élèves et étudiants  Coupe OAPI : ONEA en dames et SONABHY en hommes 

lutte

AFP

Les promesses de lutte contre le plomb arrivent trop tard pour les victimes

Les promesses de lutte contre le plomb arrivent trop tard pour les victimes

AFP

Le Niger élabore une politique de sécurité et lutte anti-terrorisme

Le Niger élabore une politique de sécurité et lutte anti-terrorisme

AFP

L'Afrique de l'Ouest et centrale

L'Afrique de l'Ouest et centrale

paludisme

AFP

A Sao Tome, le paludisme ne tue plus

A Sao Tome, le paludisme ne tue plus

Santé

Pour la première fois, un vaccin contre le paludisme va être testé à grande échelle

Pour la première fois, un vaccin contre le paludisme va être testé à grande échelle

AFP

Burkina: 4.000 morts du paludisme dont 3.000 enfants en 2016

Burkina: 4.000 morts du paludisme dont 3.000 enfants en 2016

vaccin

AFP

Soudan du Sud: 15 enfants meurent d'un vaccin contaminé

Soudan du Sud: 15 enfants meurent d'un vaccin contaminé

AFP

La RD Congo autorise des tests de vaccin anti-Ebola

La RD Congo autorise des tests de vaccin anti-Ebola

AFP

Afrique: premier test

Afrique: premier test