mis à jour le

Somalie : la Grande-Bretagne, 1er pays de l'UE à rouvrir son ambassade à Mogadiscio

MOGADISCIO (AFP) - (AFP)

La Grande-Bretagne a rouvert jeudi son ambassade à Mogadiscio, fermée depuis que la Somalie a plongé dans le chaos en 1991, devenant le premier pays de l'Union européenne (UE) de retour de façon permanente dans la capitale somalienne.

L'Union Jack a été hissé jeudi sur la nouvelle chancellerie, installée dans l'enceinte ultra-protégée de l'aéroport de Mogadiscio, en présence du ministre britannique des Affaires étrangères William Hague, en visite-surprise, et du président somalien Hassan Cheikh Mohamoud.

"Il s'agit du témoignage des progrès qu'a accomplis la Somalie", a déclaré M. Hague aux journalistes, après avoir inauguré l'ambassade fortifiée.

Intégrée dans le vaste complexe hébergeant l'aéroport et le quartier-général de la Force de l'Union africaine (Amisom), l'ambassade est un ensemble de petits bâtiment préfabriqués, entouré de murs anti-explosions - faits d'une structure de métal et de toile remplie de sable - et niché dans les dunes, tout près de l'océan Indien.

"J'espère que cela servira d'exemple à d'autres nations", a ajouté le ministre britannique.

Seuls l'Iran, l'Ethiopie, la Turquie et le Yémen était représentées jusqu'ici par un ambassadeur basé à Mogadiscio.Plusieurs ambassadeurs occidentaux sont accrédités auprès du gouvernement somalien mais basés pour, des raisons de sécurité, dans la capitale kényane, Nairobi, comme l'était jusqu'ici Matt Baugh, l'ambassadeur britannique en Somalie.

Le président somalien a présenté l'ouverture de l'ambassade britannique comme un "pas décisif", ajoutant espérer que "bientôt différents drapeaux flotteront dans différents quartiers de Mogadiscio".

"Cela montre au monde ce que nous sommes désormais (...), que la Somalie est ouverte à la reconstruction et au développement", a-t-il ajouté.

Le drapeau de la précédente ambassade britannique, descendu en janvier 1991 quand Londres évacuait ses diplomates alors que la ville sombrait dans le chaos après la chute du président Siad Barre, a été hissé symboliquement jeudi avant d'être remplacé par un drapeau neuf.

La précédente ambassade a été sévèrement endommagée par deux décennies de combats urbains, qui ont ravagé Mogadiscio, impliquant milices claniques de divers chefs de guerre, puis groupes islamistes.

Malgré le départ des islamistes shebab, chassés de la capitale en août 2011 par l'Amisom, Mogadiscio reste extrêmement dangereuse et les diplomates ne peuvent se déplacer qu'en convoi blindé sous forte escorte.

Depuis leur retrait de la capitale, les shebab ont essuyé une série de défaites militaires, abandonnant à l'Amisom et à un contingent éthiopien entré en novembre 2012 en Somalie, la totalité de leurs bastions du sud et du centre du pays.

Bientôt une conférence sur la Somalie à Londres

Parallèlement, l'élection en septembre du président Hassan Cheikh Mohamoud, après plus d'une décennie de gouvernements transitoires sans pouvoir ou corrompus, a suscité l'espoir de doter enfin la Somalie d'une réelle autorité centrale, dont elle est privée depuis 1991.

Décrits comme affaiblis, les shebab contrôlent néanmoins encore de larges zones rurales et ont adopté des tactiques de guérilla.Le 14 avril, un de leurs commandos a notamment mené à Mogadiscio une "attaque complexe" inédite, impliquant kamikazes, fantassins ceints d'explosifs, voiture piégée et prise d'otages, et affronté les forces somaliennes dans la capitale qui n'avait plus été le théâtre de combats depuis 2011.L'attaque, visant le principal tribunal de la ville, a tué au moins 29 civils.

De larges zones de Somalie échappent encore à l'autorité du gouvernement fédéral.Outre les territoires sous le contrôle des shebab, une partie des côtes sont aux mains de groupes de pirates, dont les attaques ont néanmoins largement diminué ces derniers mois, notamment grâce au déploiement d'une force navale internationale au larges de la Somalie.

La réouverture de l'ambassade britannique intervient une dizaine de jours avant une conférence internationale d'envergure sur la Somalie, prévue à Londres le 7 mai et qui devra définir le soutien de la communauté internationale au processus en cours.

"J'ai rencontré le président Hassan plus tôt dans la journée pour discuter de la conférence", a déclaré M. Hague.

L'actuelle Somalie avait conquis en 1960 son indépendance de la puissance coloniale italienne.Londres administrait de son côté le Somaliland (au nord) avant que, devenu indépendant, il s'unisse à l'ex-Somalie italienne pour former la Somalie indépendante.Le Somaliland s'est auto-proclamé indépendant de la Somalie en 1991, alors que le reste du pays plongeait dans le chaos, et a depuis son propre gouvernement.

Africa n°1

Ses derniers articles: Les coups de coeur du 24/06/13  Mali : l'UE débloque 90 millions pour "consolider" l'Etat  Afrique du Sud : un syndicat veut doubler les salaires dans les mines 

Somalie

AFP

Une rupture de câble prive la Somalie d'une précieuse liaison internet

Une rupture de câble prive la Somalie d'une précieuse liaison internet

AFP

Explosion d'un engin piégé au Kenya: 8 morts

Explosion d'un engin piégé au Kenya: 8 morts

AFP

Conférence sur la Somalie

Conférence sur la Somalie

pays

AFP

Centrafrique: guerre au sommet d'un pays miné par la violence

Centrafrique: guerre au sommet d'un pays miné par la violence

AFP

Migrants: le président ivoirien pour une mobilisation des pays musulmans

Migrants: le président ivoirien pour une mobilisation des pays musulmans

Immigration

Migrants: les pays européens appelés à l'aide

Migrants: les pays européens appelés à l'aide

ambassade

AFP

Libye: la Turquie rouvre son ambassade

Libye: la Turquie rouvre son ambassade

AFP

Malte s'attend

Malte s'attend

AFP

Des Tchadiens occupent leur ambassade

Des Tchadiens occupent leur ambassade