mis à jour le

Obiang Nguéma se prend une gifle à Paris

Guinée équatoriale: le président perd un procès face à une ONG française


Le président de Guinée équatoriale, Teodoro Obiang Nguema, le 12 février 2012 à Libreville AFP/Archives Issouf Sanogo

Le président de Guinée équatoriale, Teodoro Obiang Nguema, a perdu, jeudi à Paris, un procès pour diffamation intenté contre une association française de développement ayant publié un rapport au sujet des présumés "bie

Le président de Guinée équatoriale, Teodoro Obiang Nguema, a perdu, jeudi à Paris, un procès pour diffamation intenté contre une association française de développement ayant publié un rapport au sujet des présumés "biens mal acquis".

La cour d'appel de Paris a débouté le président équato-guinéen de ses poursuites en diffamation contre le Comité catholique contre la faim (CCFD-Terre solidaire).

Dans un rapport de 2009, consacré à la corruption dans une trentaine de pays en voie de développement, le CCFD-Terre solidaire avait pointé les "agissements" de plusieurs chefs d'État, dont le président Obiang Nguema, le seul à avoir attaqué en justice.

"La fortune amassée par le clan Obiang en Guinée équatoriale est estimée entre 500 et 700 millions de dollars (...). Cet enrichissement proviendrait du détournement de la rente pétrolière", écrivaient les auteurs.

"Le dictateur guinéen et dix membres de sa famille sont accusés d'avoir blanchi, entre 2000 et 2003, environ 26,5 millions de dollars en achats immobiliers, via un compte au Banco Santander de Madrid", ajoutaient-ils.

En première instance, le président de Guinée équatoriale avait été débouté par le tribunal correctionnel de Paris. Celui-ci avait même condamné M. Obiang à verser 2.500 euros à chacun des quatre membres du CCFD pour procédure abusive, mais la cour d'appel de Paris est revenue sur cette disposition.

A la tête de la Guinée équatoriale depuis plus de 30 ans, Teodoro Obiang Nguema fait partie des trois chefs d'État africains visés par une plainte des "biens mal acquis" déposée en 2008 à Paris par l'ONG Transparency International France (TIF), avec le président du Congo-Brazzaville Denis Sassou Nguesso et le défunt chef d'État gabonais Omar Bongo Ondimba.

Deux juges d'instruction, Roger Le Loire et René Grouman, ont été désignés pour mener l'enquête sur le patrimoine en France de ces trois présidents. Dans le cadre de cette enquête, plusieurs véhicules de luxe et du mobilier de grande valeur ont été saisis.

AFP

Ses derniers articles: Algérie: le président Tebboune va rentrer "dans les prochains jours"  Zimbabwe: un premier corps retrouvé lundi dans les décombres d'une mine illégale effondrée  Nigeria: retour en masse des déplacés de Boko Haram malgré la tuerie du weekend 

Guinée

AFP

Alpha Condé: il n'y a pas de "chasse aux sorcières" en Guinée

Alpha Condé: il n'y a pas de "chasse aux sorcières" en Guinée

AFP

En Guinée Équatoriale, le fardeau des classes surpeuplées malgré le coronavirus

En Guinée Équatoriale, le fardeau des classes surpeuplées malgré le coronavirus

AFP

Amnesty accuse la Guinée pour les violences post-électorales

Amnesty accuse la Guinée pour les violences post-électorales

président

AFP

Algérie: le président Tebboune va rentrer  "dans les prochains jours"

Algérie: le président Tebboune va rentrer "dans les prochains jours"

AFP

Algérie: l'opacité demeure après un mois d'absence du président Tebboune

Algérie: l'opacité demeure après un mois d'absence du président Tebboune

AFP

Burkina Faso: le président Kaboré déclaré réélu au 1er tour tend la main

Burkina Faso: le président Kaboré déclaré réélu au 1er tour tend la main

procès

AFP

Cameroun: procès le 17 décembre de trois militaires pour les meurtres de civils

Cameroun: procès le 17 décembre de trois militaires pour les meurtres de civils

AFP

Un homme accusé de torture pendant la guerre civile au Liberia menacé de procès en France

Un homme accusé de torture pendant la guerre civile au Liberia menacé de procès en France

AFP

Procès des attentats de Bamako en 2015: une "vengeance" après Charlie Hebdo

Procès des attentats de Bamako en 2015: une "vengeance" après Charlie Hebdo