mis à jour le

Nigeria: arrivée des premiers secours à Baga, toujours des milliers de déplacés

Des milliers de déplacés et habitants sinistrés ont commencé à recevoir des secours jeudi à Baga, presque une semaine après les affrontements meurtriers entre armée et islamistes qui ont fait près de 200 mort dans cette localité du nord-est du Nigeria.

Par ailleurs, l'armée a indiqué que 7 personnes, deux policiers et cinq islamistes présumés, ont été tuées dans de nouveaux combats impliquant des membres du groupe Boko Haram dans une autre partie du nord-est du Nigeria.

Selon le porte-parole militaire de l'Etat de Yobe, des hommes armés soupçonnés d'être des "terroristes de Boko Haram" ont attaqué dans la nuit de mercredi à jeudi plusieurs positions militaires dans la ville de Gashua, provoquant des affrontements meurtriers.

Le 19 avril, 187 personnes, dont de nombreux civils, avaient trouvé la mort dans des combats entre l'armée et des membres présumés de Boko Haram, à Baga, où les premiers secours ne sont arrivés que jeudi.

Dans cette localité sur les rives du lac Tchad, aux confins des frontières du Niger, du Tchad et du Cameroun, "une équipe de secouristes a installé dix camps pour les déplacés" évalués à "des milliers de personnes", a indiqué jeudi le porte-parole de l'Agence nationale des secours d'urgence (NEMA) Manzo Ezekiel.

Les secours incluent des médecins chargés de soigner les blessés alors que de la nourriture et des vêtements sont en cours de distribution aux populations victimes de ces violences "barbares", selon le gouverneur de l'Etat de Borno (où se trouve cette localité), Kashim Shettima.

Selon la Croix-Rouge nigériane, quelque 300 logements ont été détruits dans la ville, en majeure partie ravagée par le feu que les populations ont fui.

Cette localité est située à 150 kilomètres de la ville nigériane de Maiduguri, considérée comme le berceau de l'organisation islamiste Boko Haram, omniprésente dans cette région frontalière.

"Si besoin est, nous allons renforcer immédiatement" les secours, a déclaré à l'AFP le porte-parole de la NEMA, selon lequel il est toujours difficile de donner une idée précise des dévastations.

Ces violences sont les plus graves qu'a connues ce pays depuis le début de l'insurrection du Bako Haram en 2009.

La Croix-Rouge a affirmé que "187 morts ont été enterrés" et que "77 personnes sont hospitalisées". L'armée a fait état de 37 morts.

Evoquant les derniers affrontements dans la nuit de mercredi à jeudi qui ont fait 7 tués, le porte-parole militaire a indiqué que des assaillants ont été blessés tandis que d'autres seraient toujours dans la ville de Gashua où ils sont recherchés.

Le président nigérian Goodluck Jonathan a ordonné mardi l'ouverture d'une enquête après ce bain de sang dont on ignore les véritables raisons et les circonstances précises.

Des habitants de Baga ont accusé les militaires d'avoir tiré sur des civils sans discernement. Ils ont également constaté que certains insurgés étaient équipés d'armes lourdes, en particulier des lance-roquettes anti-char.

AFP

Ses derniers articles: Tchad: Déby menace de retirer ses troupes des opérations en Afrique  "Biens mal acquis": mise en examen de la fille et du gendre de Sassou Nguesso  Ghana: Farmerline, l'application qui permet aux agriculteurs de voir grand 

arrivée

AFP

Arrivée au Maroc du président français Emmanuel Macron

Arrivée au Maroc du président français Emmanuel Macron

AFP

Arrivée seule, une fillette ivoirienne retrouve sa mère à Lampedusa

Arrivée seule, une fillette ivoirienne retrouve sa mère à Lampedusa

Terrorisme

Le responsable du groupe djihadiste Ansar Dine a été transféré à Bamako

Le responsable du groupe djihadiste Ansar Dine a été transféré à Bamako

secours

AFP

Libye: opérations de secours pour 900 migrants

Libye: opérations de secours pour 900 migrants

AFP

CAN: Renard vole au secours de Dussuyer et s'emporte contre les journalistes

CAN: Renard vole au secours de Dussuyer et s'emporte contre les journalistes

AFP

Avalanche en Italie: des migrants africains participent aux secours

Avalanche en Italie: des migrants africains participent aux secours

deplaces

AFP

Congo: la malnutrition des enfants déplacés du Pool au-del

Congo: la malnutrition des enfants déplacés du Pool au-del

AFP

RDC: les déplacés du Kasaï racontent une violence incompréhensible

RDC: les déplacés du Kasaï racontent une violence incompréhensible

AFP

Somalie: elles fuient la faim, et sont violées dans les camps de déplacés

Somalie: elles fuient la faim, et sont violées dans les camps de déplacés