mis à jour le

Pour vaincre l’endoctrinement et toute récupération par les groupes terroristes : Des organisations religieuses plaident pour une meilleure insertion socioprofessionnelle des arabisants

Livrés à eux-mêmes et sans attache professionnelle en dépit des diplômes qu’ils ont obtenus au terme de longues études au Mali ou à l’étranger, les jeunes arabisants ont fait le plus souvent l’objet d’une tentative de récupération des terroristes après l’invasion du pays. Si beaucoup ont refusé cet islam importé et le discours ambigu entretenu par les illuminés, combien parmi eux pourront résister assez longtemps à l’appât du gain. Quand on sait que les groupes terroristes ont toujours joué sur la précarité des personnes pour les enrôler. C’est pourquoi de nombreuses associations religieuses à travers l’union des jeunes musulmans du Mali (UJMMA) interpellent le gouvernement afin qu’il étudie ce dossier pour d’y trouver une solution.

C’était à l’occasion, dimanche dernier, d’une cérémonie de lecture du Saint Coran en hommage aux soldats maliens et alliés engagés au front.  Cet événement organisé par l’union des élèves et étudiants arabisants du Mali avait enregistré la présence du ministre des affaires religieuses et du président de l’UJMMA, Mohamed Maki Bah représentant les leaders religieux du pays.  Ce fut l’occasion pour les participants de se pencher sur le sort réservé aux arabisants qui ne semblent pas du tout bénéficier de l’accompagnement de l’administration pendant leur scolarité et dans la recherche d’emploi. Alors que l’union des jeunes musulmans du Mali et l’APEJ avaient signé, l’année dernière, une convention pour l’insertion socioprofessionnelle des jeunes arabisants.  Les participants ont fait le constat que cet engagement n’a pas été suivi d’effet depuis l’éclatement de la crise sécuritaire et institutionnelle. Précisons que depuis la chute du régime libyen, lequel avait pris en charge quelque 500 professeurs de medersas, le sort de ces jeunes arabisants est presque figé. Aujourd’hui, ils parcourent les rues à la recherche d’un mieux-être sans succès. Et ce ne sont pas les compétences qui manquent.

Le seul obstacle que ces derniers rencontrent est celui de la langue arabe. Une situation déplorée par l’UJMMA qui estime que le gouvernement avait beaucoup à gagner en jugeant ces arabisants sur leur valeur intrinsèque que sur des considérations d’ordre linguistique.

L’union des jeunes musulmans du Mali est tout de même parvenue en dépit de ses maigres moyens à assurer la formation professionnelle d’une centaine d’arabisants. Ils exercent, actuellement, chacun selon son domaine de compétence. De nombreuses organisations ou associations religieuses appellent le gouvernement à élaborer un projet de canalisation des jeunes arabisants à travers la création d’une cellule dédiée à leur cause. Une façon pour elle de mettre à l’abri les jeunes arabisants devenus la proie des terroristes et autres marchands d’illusion.

Aboulaye DIARRA

 

Mali Web

Ses derniers articles: Atelier de concertation du HCR sur le retour des réfugiés et déplacés du Mali : Les acteurs en conclave pour la facilitation du processus  ORTM / Journal TV 20h du 15 Septembre 2013  L’étrangleur de Bagadadji étranglé 

terroristes

AFP

Egypte: Al-Azhar appelle

Egypte: Al-Azhar appelle

Egypte

Qui sont les djihadistes égyptiens d'Ansar beït al-Maqdess qui ont allégeance à Da'ech?

Qui sont les djihadistes égyptiens d'Ansar beït al-Maqdess qui ont allégeance à Da'ech?

Mauvais signe

L'Algérie redevient-elle un bastion du terrorisme?

L'Algérie redevient-elle un bastion du terrorisme?

religieuses

AFP

Soudan du Sud: les autorités religieuses appuient l'ONU sur la force de protection

Soudan du Sud: les autorités religieuses appuient l'ONU sur la force de protection

AFP

Burundi: deux religieuses italiennes âgées assassinées

Burundi: deux religieuses italiennes âgées assassinées

Isidore AKOUETE

CM 2014-Burkina Faso-Algérie : Le ministre des Sports invite les autorités religieuses

CM 2014-Burkina Faso-Algérie : Le ministre des Sports invite les autorités religieuses