mis à jour le

L’Oréal-Unesco For Women in Science récompense une marocaine

Cela fait 15 ans que la Fondation l'Oréal est engagée auprès des Femmes et de la Science. Lancé en 1998, le programme l'Oréal-Unesco pour les Femmes et la Science est une initiative qui a permis à de nombreuses scientifiques à travers le monde de matérialiser leur rêve, celui de développer leur recherche dans leurs domaines respectifs, de la biodiversité à la génétique, en passant par le médical. Ce programme a permis de développer de nombreuses thèses de recherches qui contribuent à changer le monde par la science et à en renforcer l'équité.

Né de l'ambition de mettre en avant la science mais également du constat que la femme est trop peu représentée dans l'univers scientifique, le programme « L'Oréal-Unesco For Women in Science »  avait donc un double objectif : promouvoir la science, pour l'intérêt général de la communauté, et promouvoir la femme également. Ce programme s'inscrit bien dans les prérogatives de l'Unesco. La mission principale de l'Organisation des Nations Unies est la promotion de la création, de la diffusion du savoir en vue de favoriser un monde juste et équitable. Au même titre, le groupe l'Oréal, fondé par un chimiste, est orienté de par son activité vers la science et la femme. « Derrière chaque produit l'Oréal, il y a la science», a déclaré le directeur général de L’Oréal Maroc, M. Jean Marc Auverlau, lors d'un point de presse organisé à Casablanca le mardi 09 avril.

Pour sa part, Mme Malika Ait Mbark, représentante de l'Unesco au Maroc, souligne que l'éducation a un rôle important dans le développement de la société. «Les carrières scientifiques peuvent être [inhibées] dans certains pays. Le manque de moyens et/ou d'infrastructures peut freiner les carrières scientifiques. Et notre rôle est justement d'aider ces compétences pour aller au bout de leur parcours.»

En effet, l'éducation est la clef de tous les tremplins, d'où l'intérêt d'encourager et de promouvoir, dans un pays comme le nôtre, la scolarisation des enfants, et de lutter contre l'abandon scolaire, que ce soit pour les filles où les garçons.

Ainsi, de nombreuses chercheuses émérites se sont vues décerner le prix l'Oréal-Unesco pour les Femmes et la science. En Asie, en Europe, en Afrique, ou encore dans le monde arabe, quelques 1700 scientifiques originaires de 108 pays ont été primées.  Il s'agit d'un engagement durable. Le programme consacre des femmes qui se distinguent par la qualité et l'originalité de leurs travaux, le but étant de détecter les talents. Ainsi, chaque année, une femme par continent est sélectionnée. Parallèlement, le programme de l'Oréal-Unesco identifie également des jeunes femmes scientifiques à fort potentiel. 15 bourses sont ainsi  octroyées à 15 femmes de par le monde.

Cette année, une marocaine fait partie des 15 lauréates. Il s'agit de la tétouanaise Naïma Abattouy, chercheuse post-doctorante, docteur en biologie de l'Université Abdelmalek Essaadi (Tétouan). La bourse, d'un montant de 40.000 dollars sur deux ans, lui permettra d'achever ses recherches sur la leishmaniose, maladie parasitaire transmise par la mouche des sables (phlébotome), très courante au Maroc. Naima Batouty s'est vue remettre son prix à Paris, dans un lieu mythique, là même où Marie Curie avait prononcé son discours sur la radioactivité. Il s'agit du grand amphithéâtre de l’Université de la Sorbonne, où les lauréates et les boursières ont reçu, lors d'une cérémonie grandiose, leur prix, en présence de Jean Paul Agon (PDG de L’Oréal et Président de la fondation L’Oréal) et d’Irina Bokova (Directrice Générale de L’Unesco).

Naima Abatouty, qui a déjà à son actif plusieurs publications dans des revues internationales, est une fierté pour tous les Marocains. Sa recherche aura une portée mondiale. Ses conclusions auront une importance capitale pour les autorités scientifiques à l'échelle internationale. Près de 2 millions de nouveaux cas de leishmaniose sont enregistrés chaque année. LNT est allée à la rencontre de Naima Abatouty. La biologiste  nous révèle dans cet entretien sa passion pour le domaine des parasites, ainsi que sa volonté de contribuer à atténuer la souffrance des malades.

L.O.

La Nouvelle Tribune

Ses derniers articles: Peinture : Patrick Jolivet  Le Maroc renforce ses capacités de production en énergie solaire  Plus de 51.000 bénéficiaires de l’Initiative royale “Un million de cartables” 

science

AFP

Face

Face

Science

Un insecte pourrait changer l'avenir des scientifiques africains

Un insecte pourrait changer l'avenir des scientifiques africains

E=mc2

L'Afrique ne produit que 1% des connaissances scientifiques mondiales

L'Afrique ne produit que 1% des connaissances scientifiques mondiales

récompense

AFP

Le poète nigérian Tade Ipadeola récompensé pour son hommage au Sahara

Le poète nigérian Tade Ipadeola récompensé pour son hommage au Sahara

Rodolph TOMEGAH

CHAN 2014: 750.000 dollars, c'est le minimum que touchera le vainqueur

CHAN 2014: 750.000 dollars, c'est le minimum que touchera le vainqueur

Steven LAVON

CAF Awards 2013: Désignez le

CAF Awards 2013: Désignez le

marocaine

AFP

La star marocaine Saad Lamjarred entendue dans une autre affaire de viol

La star marocaine Saad Lamjarred entendue dans une autre affaire de viol

AFP

Soupçonné de viol, la star marocaine Saad Lamjarred reste en prison

Soupçonné de viol, la star marocaine Saad Lamjarred reste en prison

AFP

Sahara occidental: l'ONU n'a pas constaté d'incursion militaire marocaine

Sahara occidental: l'ONU n'a pas constaté d'incursion militaire marocaine