mis à jour le

Débat à l’Assemblée nationale française sur le Mali : Les propos louches d’un député nommé Lellouche

Le 22 avril dernier, l'Assemblée nationale française a approuvé à l'unanimité la prolongation de la mission des soldats français au Mali. A l'occasion des débats, le député Ump du clan Sarkozy, Pierre Lellouche, a avancé, sans réserve, des propos offensants à l'égard du Mali. C'est comme si par amnésique subite, Lellouche (ou le louche ?) oublie que c'est sa famille de la droite française qui a contribué à mettre le Mali dans une telle situation.

Pierre Lellouche

Chapeau pour le philosophe qui a dit que les déclarations du présent en disent long sur les actions du passé. L'élu de Paris, Pierre Lellouche, en voulant critiquer l'Europe pour l'absence de son soutien à l'intervention militaire de la France au Mali, a révélé ce que la France de Sarkozy a voulu faire du Mali. En effet, en plus du fait d'avoir exprimé les doutes de la droite française sur «la renaissance d'Etat malien viable et réconcilié», sa phrase « A qui allons-nous remettre les clés ? Les mois qui viennent seront déterminants pour la suite de cette opération qui recèle, chacun le voit bien, des risques d'enlisement considérables» traduit clairement que la France d'avant François Hollande prophétisait la chute de l'Etat malien et pourquoi pas sa partition.
Ce que l'Ump fait semblant d'ignorer, dans sa raillerie, c'est que, l'ancien président français, Nicolas Sarkozy, est le principal instigateur du chaos du Sahel. Il a fait du Sahel une véritable poudrière depuis qu'il a entamé sa guerre contre Kadhafi qu'il fallait à tout prix éliminer pour que jamais le dossier encombrant du financement d'un candidat à l'élection française en 2007, un certain Nicolas Sarkozy, ne soit jamais révélé. Hélas ! Cette affaire est aujourd'hui traînée par la droite française comme un boulet. Comme quoi, on peut tuer un homme, entraîner les grandes puissances dans un génocide sous le prétexte de faire la guerre contre un président faussement présenté comme un tyran, l'histoire restera toujours debout, crue et têtue.
C'est heureux que quelques heures seulement après cette sortie maladroite et malodorante de Lellouche, que le Mnla accuse la France de l'avoir trahie en acceptant de cautionner que l'armée malienne et les forces de la Misma viennent désarmer ses hommes à Kidal. A ce que nous sachions, ce n'est pas François Hollande qui a encouragé et peut-être même armé le Mnla. Bien au contraire, le jeu de Hollande consiste à respecter les Africains en général et les Maliens en particulier, pour ne pas les regarder les yeux dans les yeux afin de leur dire qu'ils sont en marge de l'histoire du monde, comme l'a du reste fait un certain Sarkozy.
Alors, quelle est bien cette droite française qui veut donner des leçons au Mali après avoir réclamé la tête du chef de l'Etat malien de l'époque parce qu'il avait refusé de cautionner la proposition de rapatriement des sans papiers de France de façon inhumaine ? Allons, Lellouche, du calme et digérez la perte du pouvoir sans tenter de régler si bassement des comptes avec la gauche au point de nous manquer de respect et de considération, nous les Maliens.
Rokia Diabaté

Mali Web

Ses derniers articles: Atelier de concertation du HCR sur le retour des réfugiés et déplacés du Mali : Les acteurs en conclave pour la facilitation du processus  ORTM / Journal TV 20h du 15 Septembre 2013  L’étrangleur de Bagadadji étranglé 

débat

AFP

Algérie: relance du débat sur la capacité de Bouteflika

Algérie: relance du débat sur la capacité de Bouteflika

AFP

Remède ou drogue: le cannabis "thérapeutique" fait débat en Afrique du Sud

Remède ou drogue: le cannabis "thérapeutique" fait débat en Afrique du Sud

AFP

Sénégal: 7 ans de débat pour un nouveau code de la presse

Sénégal: 7 ans de débat pour un nouveau code de la presse

Mali

AFP

Le Mali juge l'ex-chef de la "police islamique" de Gao

Le Mali juge l'ex-chef de la "police islamique" de Gao

AFP

Libération du Sud-Africain enlevé au Mali par Al-Qaïda en 2011

Libération du Sud-Africain enlevé au Mali par Al-Qaïda en 2011

AFP

L'otage sud-africain détenu par Al-Qaïda au Mali "va bien", selon son père

L'otage sud-africain détenu par Al-Qaïda au Mali "va bien", selon son père

député

AFP

Sénégal: l'ex-président Wade renonce

Sénégal: l'ex-président Wade renonce

AFP

L'Ougandais Bobi Wine, "président du ghetto" et star du reggae devenu député

L'Ougandais Bobi Wine, "président du ghetto" et star du reggae devenu député

AFP

RDC: plus de 3.000 morts au Kasaï selon un député d'opposition

RDC: plus de 3.000 morts au Kasaï selon un député d'opposition