mis à jour le

Rempa’Arts Azemmour, un festival tourné vers le Street Art

Pour sa troisième édition, qui se tiendra du 17 au 19 mai, le Festival des arts plastiques devient «Remp'Arts Azemmour». S'inscrire dans la continuité historique tout en suivant une démarche résolument moderne est le défi que les organisateurs ont dû relever, à travers cette nouvelle version du festival où le street art, expression artistique très actuelle, est très présente. Cela explique cette nouvelle appellation, le Remp'Arts, un jeu de mots sur les remparts d'Azemmour et l'art urbain. «On veut donner une nouvelle tournure à ce festival pour qu'il soit orienté vers les jeunes», a déclaré M. Ali Kettani, producteur délégué du festival.

Pour sa part, Zaki Semlali, président du Conseil d'Azemmour, a déclaré que Remp'Arts Azemmour ambitionne une ouverture de la ville sur le Maroc et sur l'étranger. «Il y a énormément de choses à voir à Azemmour. La ville a vu naître un grand nombre d'artistes et aujourd'hui, on veut promouvoir une nouvelle génération et une nouvelle forme de l'art, tout en gardant le cachet d'Azemmour.»

Ainsi, de l'art dans les rues aux arts des rues, Azemmour ouvre son festival à de nouvelles formes artistiques, en particulier le street art, qui regroupe le graffiti et les fresques murales. En effet, cette forme artistique a réussi à s'imposer sur la scène internationale comme un art à part entière depuis qu'Andy Warhol puis Basquiat lui ont conféré ses galons.

Pour la présente édition, le Remp'Arts met en avant l'une des figures légendaires de la cité, Estevanico (l'esclave devenu explorateur et savant), qui servira de thème commun aux divers street-artists internationaux qui auront fait le déplacement. Parmi les références mondiales du Street Art qui seront présentes à Azemmour, on retrouve Battes (Danemark), El Decertor (Peru), Kooka (France), Mizer (Russie), et plusieurs autres. Ceet, de son vrai nom Fouad Ben Allal, un artiste originaire de Casablanca et établi en Chine, sera l'ambassadeur du Maroc à l'international.

Tournée vers la modernité, le festival demeure ancré dans l'histoire. Placé sous le signe du melting-art, le Remp'Arts mettra également en scène les arts classiques et d'autres disciplines de culture urbaine, telles que le théâtre de rue, la musique ou la danse, dans l'esprit de la Halqa marocaine. Ce sera une belle opportunité de promotion pour la ville, selon Ali Kettani, qui déclare : «Le festival est conçu comme une grande fête d'Azemmour trois jours durant. Le but est de pérenniser cette attractivité pour que les gens reviennent tout au long de l'année.».

Ainsi, en plus des animations musicales et artistiques, le festival sera également ponctué de conférences débats, de compétions sportives, ou encore de workshops au profit des jeunes. Avant cela, une résidence artistique sera mise en place à partir du 10 mai. Un avant-goût sera donné au public à travers un évènement sur le street art, à la Fnac-Casablanca, le 4 mai prochain.

L.Ouazry

La Nouvelle Tribune

Ses derniers articles: Peinture : Patrick Jolivet  Le Maroc renforce ses capacités de production en énergie solaire  Plus de 51.000 bénéficiaires de l’Initiative royale “Un million de cartables” 

festival

AFP

Maroc: Ellie Goulding inaugure le 16e festival Mawazine de Rabat

Maroc: Ellie Goulding inaugure le 16e festival Mawazine de Rabat

AFP

Sénégal: au festival de jazz de Saint-Louis, une émotion nommée Marcus Miller

Sénégal: au festival de jazz de Saint-Louis, une émotion nommée Marcus Miller

AFP

Sénégal: Saint-Louis débute son festival de jazz sous haute surveillance

Sénégal: Saint-Louis débute son festival de jazz sous haute surveillance

art

AFP

Sue Williamson donne une voix

Sue Williamson donne une voix

AFP

Art africain: le Musée Dapper ferme et devient nomade

Art africain: le Musée Dapper ferme et devient nomade

AFP

Danse de voyous, le pantsula sud-africain devient un art

Danse de voyous, le pantsula sud-africain devient un art