mis à jour le

Les détrousseurs des peuples

Si vous croyez que les pays européens sont des pays démocratiques parce que les élections y sont libres, la presse indépendante et qu'on ne jette pas les opposants en prison, lisez d'urgence L'oligarchie, ça suffit, vive la démocratie(1) le petit livre - accablant, effrayant - d'un journaliste essayiste, Hervé Kempf, qui, faits et chiffres à l'appui, nous démontre que ces pays ne sont que des «théâtres de marionnettes dont nombre de fils sont tirés en dehors de la vue du public». Ni démocratiques ni dictatoriaux, les pays européens et, ceux qui, hors d'Europe, fonctionnent selon leur modèle, sont en réalité des pays qui glissent vers un régime oligarchique, c'est-à-dire «un système d'organisation politique dans lequel un petit nombre de personnes concentrent et se partagent les pouvoirs économique, politique et médiatique et discutent entre eux des décisions à prendre pour la collectivité». Se rencontrant régulièrement dans quelques clubs très sélectifs - la Trilatérale, le groupe Bilderberg, le Forum économique mondial, le Siècle - les oligarques appartiennent à la catégorie la plus fortunée de la population, qui elle-même se divise en «riches» - en France, 10% des citoyens, + de 7500 euros par mois pour un couple avec deux enfants --, «très riches» - I%, + de 17 600 euros par mois et par couple --, «hyper-riches» enfin, 0,1%, avec 142 500 euros mensuels par couple. C'est dans les deux dernières catégories (très riches, hyper-riches) que se recrutent les décideurs politiques - ministres, conseillers, députés, sénateurs, PDG des grandes entreprises publiques - qui naviguent entre les secteurs public et privé. Sortis des grandes écoles, ils commencent généralement leur carrière dans l'appareil d'Etat, la poursuivent à la direction d'une banque ou d'une grande entreprise, puis reprennent une fonction politique. Le va-et-vient est permanent et permet aux principaux centres de pouvoir d'agir de façon complémentaire : tel PDG, devenu ministre, mènera une politique qui favorisera le secteur d'où il vient ; tel autre où il envisage de siéger. Ces oligarques n'ont qu'un objectif : l'accroissement de leur pouvoir, de leur visibilité et de leur fortune. «Toutes les descriptions des milieux financiers, écrit Hervé Kempf, décrivent une obsession : gagner, gagner toujours plus, pour dépasser les rivaux dans la course au prestige matériel.» Se moquant de l'intérêt général, ils n'ont qu'un souci : des revenus toujours plus élevés, dans une société où «l'argent est le principal signifiant de la réussite sociale».  N'hésitant pas à augmenter eux-mêmes leur salaire lorsqu'ils entrent en fonction, ils subissent dès le début les assauts des lobbyistes qui s'efforcent d'orienter leurs choix politiques. Les 15 000 lobbyistes établis à Bruxelles et qui «représentent 2600 groupes privés» influencent considérablement la législation. Souvent, ils rédigent eux-mêmes résolutions et projets de loi. Toutes n'ont qu'un but : servir les intérêts des dirigeants. C'est pourquoi, dans tous les pays européens, les décideurs privatisent les entreprises détenues par l'Etat, démantèlent le service public - fermeture d'hôpitaux, de bureaux de poste, de commissariats -, vendent ou louent des biens nationaux (on peut s'offrir le toit de l'Arc de triomphe pour y célébrer un mariage, organiser bals et festins), réduisent les budgets sociaux (enseignement, santé, justice...), bloquent les salaires, diminuent le montant des allocations familiales et baissent indirectement les pensions de retraite. Obtenus autrefois à la suite de longues luttes ouvrières, tous les acquis sociaux sont progressivement bradés et de plus en plus de citoyens, faute de moyens, renoncent par exemple à consulter un médecin ou un avocat. Seuls les riches ont les moyens de se soigner et d'offrir à leurs enfants la possibilité de fréquenter l'université. La reproduction des castes dirigeantes est ainsi assurée et d'autant plus paisiblement qu'à dose homéopathique, quelques jeunes des classes «défavorisés» sont admis à l'ENA ou à Sciences-po. Ce qui, en donnant aux autres de faux espoirs, évite qu'ils ne s'insurgent et confère au pouvoir un air de démocratie. Beaucoup de citoyens ne sont pas dupes et si leur passivité est stupéfiante, elle s'explique aisément. Car tout est fait pour les rendre amorphes : lorsqu'on passe en moyenne 4 heures par jour devant une télévision qui endort tout esprit critique, lorsqu'on absorbe, entre deux émissions stupides, message publicitaire sur message publicitaire, lorsque l'attention ne s'éveille qu'à la diffusion d'un match, lorsqu'on est dépourvu, car l'école n'en donne pas, de tout outillage intellectuel pour décrypter valablement ce qu'on voit et entend, le cerveau est dans un état tel qu'abruti ou hypnotisé, on n'a plus les moyens de réagir. D'où ce désintérêt quasi général pour la «politique», la résignation («tous pourris !»), le repli sur soi et l'attente du prochain loto. Par crainte, malgré tout, qu'un jour le peuple ne se réveille, «l'oligarchie, estime Hervé Kempf, prépare un régime d'exception. Une bonne moitié du programme présidentiel de Jean-Marie Le Pen est depuis passée au Journal officiel». Le reste de ce programme s'y inscrira bientôt si, mal logés, mal soignés, mal payés ou sans travail, les damnés de la Terre n'ont plus la force de se lever. - 1) Hervé Kempf, L'oligarchie, ça suffit, vive la démocratie (essai, collection Points - Le Seuil, 2011 et 2013)  

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien