mis à jour le

Sellal ce samedi à Béjaïa

Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, est attendu ce samedi à Béjaïa pour une visite de travail particulière, du fait qu'elle constitue la première du genre pour un responsable de ce niveau dans la hiérarchie de l'Etat, ces derniers dix-huit ans. Il faut remonter à novembre 1995 pour trouver trace d'une visite officielle d'un premier responsable du gouvernement, en la personne de Mokdad Sifi. Aucun chef de gouvernement ou Premier ministre sous l'ère Bouteflika n'a été à Béjaïa pour une visite de travail. Les déplacements d'Ahmed Ouyahia et de Abdelaziz Belkhadem ont eu lieu dans un cadre partisan et électoral à la rencontre des troupes du RND et du FLN. Avant eux, Ali Benflis n'a pas fait mieux, lui aussi, en sa qualité de candidat à la présidentielle de 2004. Une longue absence vue par la population comme un signe de mise à l'écart de la région qui n'a jamais accueilli également le chef de l'Etat. Le dernier passage de Bouteflika l'a été dans le cadre de sa campagne électorale de l'élection présidentielle de 2009. Abdelaziz Bouteflika avait promis, dans son discours électoral d'alors à la salle Bleue, de débloquer une fois réélu un fonds spécial longtemps réservé pour la wilaya. Cet engagement a été doublé de la promesse de réserver sa première visite, dans son «habit de président réélu», pour Béjaïa. Depuis ce discours, on n'a plus entendu parler de fonds spécial ou de visite de Bouteflika. Pour toutes ces considérations, la visite du Premier ministre mérite attention. Qu'apportera Sellal dans ses valises ? Dans le programme de la visite, pas l'ombre d'une inauguration. L'administration semble avoir eu des difficultés à rendre consistant le programme proposé pour la visite. Seul projet structurant d'envergure, on ne pouvait pas ne pas trouver place pour la pénétrante. Le chantier de l'échangeur des quatre-chemins à l'entrée de la ville de Béjaïa est retenu comme point d'inspection susceptible d'établir le lien avec le projet de la pénétrante qui devait être réalisée avec le double tunnel à Sidi Aïch. Accordé dans un cadre de gré à gré, une entreprise chinoise aurait eu le marché et se préparerait à un premier coup de pelle symbolique. Mais il est vrai que ce programme, comprenant plusieurs autres haltes dont celle de l'université, Amizour, Oued Ghir et la RN43, est soumis à de probables changements de dernière minute.  

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien 

Sellal

Djamila Ould Khettab

Sellal : Pas d’ouverture des frontières de l’extrême sud du pays

Sellal : Pas d’ouverture des frontières de l’extrême sud du pays

Contributeur AF

Pré-campagne : Saidani est ma bouche, Sellal mes mains, Saïd ma tête… PAR Kamel DAOUD

Pré-campagne : Saidani est ma bouche, Sellal mes mains, Saïd ma tête… PAR Kamel DAOUD

Abdou Semmar

Abdelmalek Sellal : “Parole, parole, parole” !

Abdelmalek Sellal : “Parole, parole, parole” !

Bejaïa

présidentielle algérienne

Dans tous les cas, le vainqueur, c'est l'abstention

Dans tous les cas, le vainqueur, c'est l'abstention

La rédaction

L'Algérie s'acharne sur les défenseurs des droits de l'Homme

L'Algérie s'acharne sur les défenseurs des droits de l'Homme

Benoit DOSSEH

JSM Bejaïa enrôle Kamel Djabour

JSM Bejaïa enrôle Kamel Djabour