mis à jour le

Des fonctionnaires et des élus demandent le départ du wali

La tension est toujours visible à la wilaya de Mascara après le suicide, lundi dernier, de Driss Abdelkarim, directeur de la réglementation et des affaires générales (DRAG) dans son bureau. Hier, les fonctionnaires de la DRAG, soutenus par d'autres employés des services de la direction de l'administration locale (DAL), du secrétariat général et même du cabinet du wali ont accentué leur mouvement de contestation pour réclamer le départ du premier responsable de la wilaya, Ouled Salah Zitouni. «L'unique issue pour sortir de cette crise est l'intervention des hauts responsables du pays. Nous avons décidé de maintenir notre mouvement de contestation jusqu'à la satisfaction de nos revendications, à savoir le départ du wali, l'ouverture d'une enquête sur les causes réelles ayant poussé le défunt à mettre fin à ses jours et la restitution de la lettre mystérieuse qu'aurait écrite le défunt avant de se donner la mort», nous dira un syndicaliste du Snapap. Le secrétaire général du bureau de wilaya du Snapap à Mascara, Athmane Benchenine, déclare que le mouvement de protestation devait initialement prendre fin hier. «Mais nous avons changé d'avis en poursuivant notre mouvement en réaction aux propos tenus par le wali qui a déclaré à la presse que notre action est manipulée.» Le syndicaliste a révélé, en outre, que «si aucune réaction ne vient des autorités sollicitées, les fonctionnaires de la wilaya envisagent de se rendre à Alger, lundi prochain, pour faire part de leurs revendications au ministre de l'Intérieur.» Hier, certains présidents d'APC ont pris part au mouvement de protestation en boycottant la réunion du conseil de wilaya. Celle-ci n'a finalement pas eu lieu. «Les élus sont aussi victimes de la pression exercée sur eux par le wali», nous dira l'un d'eux. Appelé à nous fournir des informations sur le report de la réunion du conseil de wilaya, un directeur de l'exécutif, qui a préféré garder l'anonymat, a tenu à préciser que «la réunion n'a pas eu lieu parce que les protestataires ont empêché les directeurs d'exécutif et des chefs de daïra de pénétrer au siège de la wilaya». D'autres sources affirment, en revanche, que certains directeurs d'exécutif ont boycotté la réunion, sciemment, en signe de protestation contre le wali. La lettre mystérieuse Au sujet de la lettre qu'aurait laissée le défunt, nous avons pu accoster, hier après-midi, les deux fonctionnaires de la DRAG qui prétendent avoir aperçu le wali de Mascara empocher le document après l'avoir lu. «J'étais présent à l'intérieur du bureau du DRAG, quand le wali est entré accompagné du secrétaire général, de l'inspecteur général et ses gardes du corps. A cet instant, l'un de ses accompagnateurs lui a signalé la présence de la lettre en question posée sur la table. Le wali l'a récupérée, l'a lue et l'a pliée», dira, devant une foule de personnes, M. Mohamed, fonctionnaire de la DRAG. Ce dernier a tenu à préciser, dans le même contexte, qu'il n'a pas vu le wali mettre la lettre dans sa poche. Quant à son collègue, S. Kada, présent également sur le lieu du drame, est intervenu pour affirmer : «Oui, j'ai personnellement vu le wali mettre le document dans la poche de sa veste.» Contacté à ce propos, le premier responsable de la wilaya répond : «Je persiste n'ayant jamais trouvé ni lu de prétendue lettre qu'aurait laissée le défunt. L'affaire est entre les mains des institutions judiciaires habilitées à en faire toute la lumière.»  

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien 

fonctionnaires

AFP

Nigeria: les fonctionnaires en guerre contre les salaires impayés

Nigeria: les fonctionnaires en guerre contre les salaires impayés

AFP

Ouganda: restrictions vestimentaires pour les femmes fonctionnaires

Ouganda: restrictions vestimentaires pour les femmes fonctionnaires

AFP

Côte d'Ivoire: poursuite de la grève des fonctionnaires

Côte d'Ivoire: poursuite de la grève des fonctionnaires