mis à jour le

Si nous voulons éviter tout scénario où la violence prévaut

Yassine Brahim ,membre du bureu politique d’Al Joumhouri écrit ce qui suit sur son profil Facebook au sujet du dialogue national initié par le Provisoire président Marzougui :
L’obligation de consensus gêne. Elle gêne ceux qui rêvent de voir Ennahdha quitter le pouvoir de suite…Beaucoup d’entre eux ont défendu le scénario Assemblée Constituante qui est devenue une dictature j’espère transitoire. On est donc piégé. Ennahdha, grâce à quelques alliés, a la majorité à cette ANC. Elle en joue pour faire peu de concessions sur un grand nombre de sujets.

Pourtant, quelque soit le moyen de pression, il faudra qu’on trouve un compromis si nous voulons éviter tout scénario où la violence prévaut…Ennahdha doit aussi s’en convaincre vite car la situation sociale et économique ne résistera pas à un rallongement de cette phase. Demain est une journée cruciale de test: est ce qu’ils vont tenir à leur régime parlementaire déguisé ou ils vont accepter des vraies prérogatives au Président? Ayant vécu leur attitude, je suis pessimiste mais j’espère sincèrement me tromper car si cette phase de dialogue sur des questions évidentes et simples échoue, je ne vois pas le dialogue avec l’UGTT donner quoi que ce soit…
Surveillez donc de près ce qui va se passer demain à Dar Dhiafa…

violence

AFP

Sénégal: Regain de violence en Casamance: 13 jeunes tués dans une forêt

Sénégal: Regain de violence en Casamance: 13 jeunes tués dans une forêt

AFP

Dans le township d'Howick, les chiens comme antidote

Dans le township d'Howick, les chiens comme antidote

AFP

En Afrique du Sud, la violence politique embrase

En Afrique du Sud, la violence politique embrase