mis à jour le

La position du Maroc a été écoutée en très haut lieu à Washington et à l’ONU

Les négociations intenses menées par le Maroc au sujet du renouvellement du mandat de la Minurso, aussi bien aux Nations Unies que dans les capitales des grandes puissances mondiales, par le biais des émissaires de SM le Roi Mohammed VI, ont fini par faire prévaloir la position du Royaume, qui a été écoutée en très haut lieu à Washington et à l’ONU, a-t-on indiqué auprès d’une source proche du dossier.

Le retrait de la proposition US constitue “un dénouement positif et somme toute logique au regard du partenariat d’exception qui unit le Maroc et les Etats Unis, depuis plus de 225 années, et en droite ligne d’une relation privilégiée qui ne s’est jamais démentie depuis”, a déclaré à la MAP le Directeur du Centre Michael Ansari pour l’Afrique relevant du think tank américain Atlantic Council, Peter Pham.

Tout en affirmant qu’il se “réjouit” de cette décision, ce spécialiste des questions africaines, a applaudi l’Administration américaine pour avoir été attentive aux intérêts et aux préoccupations du Maroc”, notant que “cet épisode malheureux dans l’histoire séculaire entre les deux pays est désormais derrière nous” et qu’une solution à la question du Sahara marocain  sera trouvée dans le cadre du partenariat maroco-américain et de celui représenté par le groupe des amis du Sahara.

Le partenariat d’exception unissant le Royaume et les Etats Unis “constitue un facteur stabilisateur dans la région du Maghreb et du Sahel”, a-t-il dit, rappelant que “les deux pays ont des valeurs en partage et des intérêts communs allant de la sécurité dans la région et l’engagement en faveur du développement économique et des réformes politiques et sociales qui figurent en haut des priorités du Royaume, sous le leadership du Roi Mohammed VI, mais aussi de Son père feu SM Hassan II”.

Il a, en outre, estimé que la mobilisation “exceptionnelle” constatée au Maroc “n’a pas surpris ceux qui connaissent le Royaume”, en faisant observer que la question nationale est “très profondément ressentie par l’ensemble des Marocains, en droite ligne d’une double vérité historique et identitaire qui touche l’essence même de la nation marocaine”.

Le congressman Mario Diaz-Balart a, pour sa part, souligné que les “relations maroco-américaines demeurent fortes et solides” et que “les deux pays sont unis par une amitié séculaire empreinte de respect mutuel et attentive aux préoccupations et aux intérêts communs”.

Pour M. Diaz-Balart, “ce partenariat d’exception est appelé à grandir davantage, étant donné la place qu’accordent les deux pays à leurs relations bilatérales”.

LNT

La Nouvelle Tribune

Ses derniers articles: Maroc : Alerte de pluies et averses importantes dans plusieurs villes  Obsèques  La terre a tremblé 

Maroc

AFP

Quand la SNCF allait chercher des cheminots au Maroc

Quand la SNCF allait chercher des cheminots au Maroc

AFP

Le Rif, région frondeuse du nord du Maroc

Le Rif, région frondeuse du nord du Maroc

AFP

Le Maroc veut sauver le singe magot, un macaque en danger

Le Maroc veut sauver le singe magot, un macaque en danger

été

AFP

Nigeria: le chef de Boko Haram dément avoir été blessé

Nigeria: le chef de Boko Haram dément avoir été blessé

AFP

Nigeria: "Nous n'avons été chassés de nulle part", affirme le chef de Boko Haram

Nigeria: "Nous n'avons été chassés de nulle part", affirme le chef de Boko Haram

AFP

CAN-2017: pour Joseph-Antoine Bell, le tirage "n'a jamais été aussi bon" pour le Cameroun

CAN-2017: pour Joseph-Antoine Bell, le tirage "n'a jamais été aussi bon" pour le Cameroun

Washington

AFP

Soudan du Sud: Washington menace Juba d'un embargo sur les armes

Soudan du Sud: Washington menace Juba d'un embargo sur les armes

AFP

RDC: Washington redoute des violences si Kabila s'accroche au pouvoir

RDC: Washington redoute des violences si Kabila s'accroche au pouvoir

AFP

Libye: Washington sanctionne le principal opposant au gouvernement d'union

Libye: Washington sanctionne le principal opposant au gouvernement d'union