mis à jour le

5 conventions signées aux Assises de l’agriculture à Meknes

Placée sous le thème « Agri Business et Sécurité alimentaire : une meilleure valorisation du potentiel agricole », la 6e édition des Assises de l'agriculture a eu lieu le 23 avril 2013 à Meknès. Cela reflète la volonté d’inscrire l’agriculture dans une voie de valorisation de la production avec l'objectif d’accroitre la compétitivité des produits marocains et leur inscription de manière renforcée dans le schéma mondial des échanges commerciaux.

Cette cérémonie a été présidée par Sa Majesté le Roi Mohammed VI, accompagné du Président Gabonais Haj Ali Bongo Ondimba ainsi que du Ministre de l'Agriculture et de la Pêche Maritime Aziz Akhannouch, à Sahrij Souani, dans la ville de Meknès.

« Le cumul pluviométrique national est proche de 434 mm, il est en augmentation de 27% par rapport à une année normale et de 91% par rapport à la campagne précédente.  Le régime pluviométrique a été caractérisé par une bonne répartition temporelle et spatiale, à  l'exception d'un froid précoce (avant décembre), les températures enregistrées affichent des niveaux cléments et normaux pour la croissance des cultures. Les conditions climatiques favorables ayant caractérisé  l'actuelle campagne ont eu un impact très positif  sur les cultures d'automnes, les disponibilités fourragères notamment sur parcours et l'arboriculture fruitière. En plus les ressources s'en trouvent renforcées suite à l'amélioration des nappes phréatiques et de la retenue des barrages. Ainsi, au 15 avril 2013, le taux de remplissage moyen des barrages à usage agricole a atteint 92% contre 69% pour la campagne précédente à la même période, soit une réserve de 12,6 milliards de m3 contre 9,4 milliards de m3 il y a un an » a déclaré Aziz Akhannouch, Ministre de l'Agriculture et de la Pêche Maritime.

 

Ces conditions climatiques permettent d'annoncer une bonne campagne céréalière. Cette prévision reste cependant tributaire des conditions climatiques entre le 15 et le 30 avril, phase de remplissage des graines, qui détermine le poids et la qualité du grain.

«  De plus, le couvert végétal de fin mars affiche un état végétatif très satisfaisant suite à un mois de mars doux et record en matière de pluviométrie (100 mm) et  la plupart des provinces céréalières affichent un état du couvert  bon à très bon sur 60 % de la superficie et moyen sur près de 30%, le reste étant faible » a ajouté M.Aziz Akhannouch lors de la 6e édition des Assises de l'Agriculture.

Par ailleurs,  la  superficie totale emblavée par les céréales (Blé dur, Blé tendre et Orge)  au titre de la campagne 2013 est  estimée à  5,15 millions d'Ha.

Ces cinq prochaines années seront l'occasion de consolider les acquis enregistrés, de répondre de plus en plus aux attentes des petits agriculteurs dans le cadre de l'agriculture solidaire et d'accorder la priorité aux zones montagneuses, le but étant de conforter la place du secteur en tant que levier de développement socio-économique.

Ces Assises visent à ouvrir les discussions sur les deux questions majeures de la sécurité alimentaire et de l'agribusiness et à exposer les expériences menées au Maroc et dans le monde dans les deux domaines.

Les deux thématiques «Agribusiness et sécurité alimentaire, une équation compatible?» et «Agribusiness: débouchés, rôles et acteurs» de ces Assises ont mis l'accent sur le fait que les produits agricoles marocains, alimentaires ou non alimentaires, doivent être valorisés, compétitifs, diversifiés, disponibles, distinctifs et attrayants pour assurer la sécurité alimentaire du Maroc.

Pour sa part, le Président Gabonais Haj Ali Bongo Ondimba  a déclaré que « le Gabon, dispose de terres propices à la culture, fait toutefois face à des difficultés relatives notamment à la faiblesse de la population agricole, aggravée par un exode rural intensif, un déficit en cadres agricoles, des infrastructures hydro-agricoles et logistiques encore peu valorisées. Il nous revient donc de travailler de concert pour bâtir des économies solides, durables et dynamiques qui profiteront à toutes les parties».

«Le Gabon et le Maroc jetteront les bases de nouveaux rapports plus denses qui continueront l'exemple d'une collaboration et d'une intégration Sud-Sud exemplaire, à travers des partenariats fructueux et multiformes dans tous les secteurs». Ajoute-t-il.

Lors de cette édition, une convention a été signée  par le Ministre de l'Agriculture et de la Pêche Maritime,  le Ministre de l'Energie, des Mines, de l'Eau et de l'Environnement, le Ministre de l'Economie et des Finances, l'Agence Nationale pour le Développement des Energies Renouvelables et de l'Efficacité Energétique et le Groupe Crédit Agricole du Maroc. Elle a pour objectif  de promouvoir l'utilisation du pompage solaire dans les projets d'économie d'eau en irrigation à travers l'octroi d'aides financières.

agriculture1

Pour un budget estimé à 7,64  Milliards de Dirhams, dont la contribution financière de l'Etat est évaluée à 2,04 Milliards de Dirhams, une  deuxième convention  relative à la mise à niveau  de la filière sucrière à l'horizon 2013/2020 a été signé par les Ministres précédemment cités, le  Président de la Fédération Interprofessionnelle Marocaine du sucre (FIMASUCRE), le Président Directeur Général du groupe COSUMAR et par le Président de l'Union Nationale des Associations des Producteurs des Plantes Sucrières du Maroc. L'objectif de ce contrat est l'extension progressive des superficies réalisées annuellement en cultures sucrières pour passer de 70.600 ha à 105.700 ha, dont  77.500 ha de betterave à sucre contre 54.200 actuellement et 28. 200 ha de canne à sucre contre 16.400, l'amélioration des rendements pour atteindre une moyenne de 64 T/ha  contre 54T/ha pour la Betterave et de 80T/ha  contre 66 T/ha pour la canne à sucre, l'amélioration du rendement en sucre à l'hectare à 11T/ha contre 8,5T/ha  pour la betterave et 9,6 T/ha contre 7,2T/ha pour la canne à sucre  et l'amélioration du taux de couverture pour atteindre 62% contre une moyenne de 35% .

Le président de la Fédération interprofessionnelle des Oléagineux (FOLEA) et le Ministre de l'Agriculture et de la Pêche Maritime  ont signé un contrat relatif à la relance de la filière des cultures oléagineuses. Elle a pour objectif  de diversifier progressivement les superficies réalisées annuellement en cultures oléagineuses pour atteindre 127 000 ha dont  85 000 ha  de tournesol et 42 000 ha de Colza , l'amélioration des rendements pour atteindre une moyenne de 18 qx/ha pour le tournesol  contre  11 qx/ha actuellement et de 20 qx/ha pour le colza .  Est également prévue l'augmentation du taux de couverture des besoins en huile à partir de la production nationale pour atteindre 19 % en 2020  contre de 2 %, moyenne actuelle. L'amélioration des conditions de collecte et de mise en place de silos de stockage est aussi en projet. Le coût de la mise en ½uvre des actions prévues dans le cadre de ce contrat programme s'élève, pour l'horizon 2020, à près de 421 millions de dirhams dont 117 millions de dirhams de contribution étatique.

Pour permettre l'augmentation de la consommation d'engrais au Maroc grâce à des actions de promotion et de conseil agricole, un accord pour la mise en ½uvre de l'initiative SAMAD  a été signé par le Ministre de l'Agriculture et de la Pêche Maritime et  le groupe OCP. L'objectif de ce partenariat  est d'assurer aux agriculteurs, notamment les plus défavorisés, l'accès aux engrais à un prix d'achat accessible, d'instituer une cellule de veille  permettant d'avoir une bonne connaissance de l'état de l'approvisionnement en engrais du marché au niveau national et régional, et d'augmenter le nombre de distributeurs d'engrais OCP sur le marché local, sous condition que les nouveaux distributeurs se conforment aux conditions requises pour le développement de l'agriculture nationale.  Est prévu également de mettre en place les outils nécessaires à la satisfaction des besoins du marché national en engrais phosphatés.

Fatimazahraa Rabbaj 

 

Focus  

Après une chute en 2012, retour vers un rythme soutenu

Les activités agricoles semblent de nouveau s'installer sur une pente positive en 2013, appuyées par le retour d'une  pluviométrie hivernale et printanière abondante et relativement bien répartie. Dans cet environnement favorable, la situation de la plupart des cultures s'est améliorée. Les superficies semées de céréales, des légumineuses et des cultures fourragères se sont affermies, laissant attendre un relèvement de leurs rendements au-delà des moyennes quinquennales. Pour leur part, les activités d'élevage profiteraient de l'effet conjugué de l'amélioration des fourrages et d'un apaisement relatif des prix des aliments de bétail, selon le  Haut Commissariat au Plan. 

 

La Nouvelle Tribune

Ses derniers articles: Peinture : Patrick Jolivet  Le Maroc renforce ses capacités de production en énergie solaire  Plus de 51.000 bénéficiaires de l’Initiative royale “Un million de cartables” 

Assises

AFP

Le meurtre de deux Congolais aux assises de l'Isère, 14 ans après

Le meurtre de deux Congolais aux assises de l'Isère, 14 ans après

AFP

Génocide: la justice française confirme le renvoi aux assises de deux Rwandais

Génocide: la justice française confirme le renvoi aux assises de deux Rwandais

AFP

Deux ex-miliciens algériens renvoyés pour torture devant les assises du Gard

Deux ex-miliciens algériens renvoyés pour torture devant les assises du Gard

Meknès

Benoit DOSSEH

Basket Clubs champions féminins: les qualifiés pour Meknès 2013

Basket Clubs champions féminins: les qualifiés pour Meknès 2013

LNT

Meknès : bientôt une nouvelle décharge

Meknès : bientôt une nouvelle décharge

Ahmed Bellasri - Lemag

La ville de Meknès candidate pour accueillir les Jeux olympiques 2024

La ville de Meknès candidate pour accueillir les Jeux olympiques 2024