mis à jour le

Le wali dit avoir la «conscience tranquille»

Le suicide, lundi dernier, de Drissi Abdelkarim, directeur de réglementation et des affaires générales (DRAG) de la wilaya de Mascara, dans son bureau, continue à susciter des spéculations et les interrogations. En effet, hier matin, des fonctionnaires de la DRAG, sous la houlette du représentant du Snapap, ont refusé de rejoindre leur poste de travail. ils ont observé un sit-in devant le siège de l'administration pour exiger «une enquête sérieuse» sur les causes du drame.  La protestataires s'élèvent  notamment contre  ce qu'ils qualifient de «pression exercée par le wali sur les fonctionnaires de l'administration locale» et dénoncent ce qu'ils appellent «autoritarisme» du premier responsable de la wilaya. Rencontré hier, le wali de Mascara, Ouled Salah Zitouni, nous a précisé que le défunt se trouvait, samedi et dimanche derniers, en mission à Alger. «Ce n'est que dans la matinée de lundi 21 avril qu'il est venu me voir pour me rendre compte des résultats de sa mission. Je l'ai félicité pour l'excellent travail accompli à cet effet.» Notre interlocuteur ajoute : «Au moment du suicide, j'étais concentré sur les travaux de l'APW. Quand j'ai appris la nouvelle, je me suis précipité vers le siège de la DRAG, accompagné du secrétaire général, du chef de cabinet et du protocole (...). Ceux qui prétendent que le défunt a écrit une lettre qu'il avait laissée sur son bureau n'ont qu'à apporter des preuves.» Concernant les revendications de certains agents de l'administration qui réclament son départ, le wali a précisé qu'«il s'agit de ceux qui ont été sanctionnés soit en étant mutés, dégradés ou ayant fait l'objet de mesures disciplinaires». Pour conclure, le chef de l'exécutif local nous a déclaré qu'il maintient son rythme et sa méthode de travail «quitte à déplaire à certains». Ouled Salah Zitouni a tenu également à démentir les informations faisant état de son limogeage : «Je suis un commis de l'Etat. J'ai été désigné par décret et rien n'empêche la tutelle de prendre une décision à mon encontre. Si jamais je suis amené à quitter cette wilaya, je partirais la conscience tranquille.»

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien