mis à jour le

Vers un mouvement de protestation commun

La réunion de l'Intersyndicale de la santé publique a eu lieu hier après-midi. A l'ordre du jour : discuter des modalités des actions de protestation et la date de ce mouvement. C'est Mohamed Yousfi, président du Syndicat national des praticiens spécialistes de la santé publique (SNPSSP) qui l'a annoncé hier lors d'une conférence de presse animée à Alger. «Nous allons arrêter les modalités ensemble dans les plus brefs délais», a-t-il précisé. Ainsi, les professionnels de la santé ayant tant attendu la concrétisation vainement des promesses du gouvernement reviennent à la charge. Le conseil national du SNPSSP a décidé d'entreprendre les différentes formes de protestation : grève, sit-in et rassemblement. «Les instructions du ministre de la Santé ne sont respectées qu'au sein de son département», a déploré le Dr Yousfi qui a passé au crible les différentes étapes de négociations avec le Premier ministère ainsi qu'avec la tutelle. M. Yousfi a reconnu qu'il y a eu des revendications qui ont été concrétisées et d'autres qui sont en cours de concrétisation depuis la nomination de Abdelaziz Ziari à la tête du ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière. Parmi ces points : le concours du passage au grade ainsi que le service civil. Sur ce dernier point, le président du SNPSSP a estimé que beaucoup de choses restent à faire pour le maintien des spécialistes dans les Hauts-Plateaux et la région du Sud. Le Dr Yousfi vise les mesures incitatives d'ordre financier ainsi que l'encouragement de l'évolution de carrière. Pour ce qui est des revendications qui restent suspendues, M. Yousfi affiche un grand étonnement. «Le Premier ministre a donné des instructions pour la prise en charge de ces points et le ministre de la Santé s'est engagé à les concrétiser», a-t-il affirmé. Le médecin s'est interrogé sur les raisons qui retardent la prise en charge des doléances ayant trouvé un consensus dans le cadre des négociations. Trois mois après la rencontre des syndicats de la santé avec le MM. Sellal et Ziari, ces autorités n'ont même pas daigné ouvrir les dossiers relatifs à l'amendement du statut particulier, au régime indemnitaire ainsi qu'au logement de fonction. Ces trois revendications qui ont eu l'accord du Premier ministre n'ont pas vu le jour jusque-là, bien que «le Premier ministre ait donné son accord», souligne le président du SNPSSP. Même les revendications qui relèvent de la simple décision du ministre de tutelle sont en hibernation. Ces revendications consistent en l'abrogation de la discrimination de l'imposition entre les praticiens spécialistes hospitalo-universitaires et les praticiens spécialistes de la santé publique. «La revalorisation de la prime de contagion et de la prime de garde est de la provocation dans la mesure où la discrimination reste la même», a regretté le Dr Yousfi. Ce spécialiste a dénoncé entre autres la gestion de certains services par des hospitalo-universitaires.  

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien 

protestation

AFP

Présidentielle en RDC : appel

Présidentielle en RDC : appel

AFP

Viol de Zouhoura: vent de protestation au Tchad avant la présidentielle

Viol de Zouhoura: vent de protestation au Tchad avant la présidentielle

AFP

Journaliste tué en Guinée: une "journée sans presse" en protestation

Journaliste tué en Guinée: une "journée sans presse" en protestation